Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Asie - pacifique

Un petit tsunami atteint le nord du Japon

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/07/2011

Plus de peur que de mal. Un petit tsunami a touché le nord du Japon, ce dimanche, ne faisant pas de dégâts. Une alerte avait été déclenchée après un fort séisme de magnitude 7,1 dans l'océan Pacifique.

AFP - Un petit tsunami a atteint dimanche matin le nord du Japon après un fort séisme de magnitude 7,1 qui s'est produit dans l'océan Pacifique, en face de la région du Tohoku (nord-est) déjà dévastée le 11 mars par un raz-de-marée géant.
              
Une vague de 10 centimètres a été enregistrée dans le port d'Ofunato, situé dans la préfecture d'Iwate, et dans le port de Soma (préfecture de Fukushima), a annoncé l'agence météorologique nationale, qui a levé sa mise en garde à 11H45 (02H45 GMT), près de deux heures après le séisme.
              
Aucun dégât n'a été signalé et les images diffusées par les télévisions montraient une mer calme à Ofunato et dans les autres ports de la région.
              
L'agence avait déclenché un "avertissement" contre les risques d'un tsunami pouvant atteindre 50 cm sur le rivage des préfectures d'Iwate, Miyagi et Fukushima, après qu'un séisme de 7,1 se soit produit au large, à 09H57 (00H57 GMT), à une profondeur de 10 kilomètres.
              
L'épicentre était situé dans la région de l'océan Pacifique où s'était déjà produit il y a quatre mois un séisme destructeur de magnitude 9, le plus violent jamais enregistré au Japon.
              
La compagnie d'électricité Tokyo Electric Power (Tepco), qui gère la centrale nucléaire de Fukushima, gravement endommagée par le séisme et le tsunami du 11 mars, a indiqué qu'elle n'avait pas été informée de nouveaux incidents après la secousse de dimanche.
              
Comme à chaque alerte au tsunami, les ouvriers de la centrale se trouvant près du littoral avaient reçu l'ordre de se mettre à l'abri dans des endroits surélevés jusqu'à la levée de la mise en garde. Mais les techniciens employés à refroidir les réacteurs sont restés à leur poste.
              
"Nous sommes encore en train de procéder à des vérifications, mais le refroidissement des réacteurs se poursuit", a précisé une porte-parole.
              
Les autorités des villes côtières avaient également conseillé aux personnes résidant près des côtes de se réfugier sur les hauteurs par mesure de sécurité.
              
Le 11 mars, un raz-de-marée géant avait déferlé sur les côtes du Tohoku faisant près de 23.000 morts et disparus.
              
Une vague de 14 mètres de haut s'était notamment abattue sur la centrale Fukushima Daiichi, provoquant l'accident nucléaire le plus grave depuis la catastrophe de Tchernobyl en 1986.

Première publication : 10/07/2011

  • JAPON

    La sécurité des centrales nucléaires nippones de nouveau testée

    En savoir plus

  • JAPON

    Le tout nouveau ministre de la Reconstruction démissionne

    En savoir plus

  • JAPON

    L'AIEA critique la réaction de Tokyo après la catastrophe de Fukushima

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)