Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

FRANCE

Martine Aubry peine à prendre les traits d'une candidate 2.0

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 11/07/2011

Martine Aubry, candidate à l’investiture socialiste, a déclaré "avoir horreur" des réseaux sociaux. La candidate, poussée par son équipe de campagne, s’efforce pourtant d'être présente sur Facebook et Twitter.

Martine Aubry "a horreur de Facebook et Twitter". Dans le train qui la ramenait de Valence jeudi, la candidate à la primaire du Parti socialiste a lâché, devant des journalistes du Point, tout le bien qu’elle pensait des réseaux sociaux. "C’est typique de cette société où chacun pense à son nombril", a-t-elle ajouté. Ce week-end, elle a enfoncé le clou en pointant du doigt Internet, responsable selon elle de la diffusion de rumeurs la concernant. Enfer et damnation sur le Web. Les billets, largement relayés par les réseaux sociaux incriminés, fleurissent sur les blogs : "Martine Aubry, ennemie des internautes", "Martine Aubry préfère le grand banditisme", en référence à l’appui du député PS des Bouches-du-Rhône à la réputation sulfureuse Jean-Noël Guérini…

 
Apprentie web-communicante
 
Pourtant, à l’instar d’autres candidats PS, Martine Aubry tweete. Depuis peu, mais elle tweete et met à jour ses statuts Facebook. Deux semaines à peine après la création de son compte sur Twitter, 9 000 personnes la suivent déjà. Et sa page Facebook officielle, récemment créée, compte plus de 11 100 fans. Ses messages sont plus sérieux, plus conventionnels que ceux de Benoît Hamon, qui rapporte des propos de sa fille de trois ans ou d’Arnaud Montebourg qui remercie les "twittos" (utilisateurs de Twitter) et n’hésite pas à ponctuer ses messages de "smiley". Ségolène Royal, elle, raffole de twitter, au point de multiplier des sessions de questions-réponses directes avec les internautes (deux en une semaine le 28 juin et 5 juillet).
 
Dans la quarantaine de tweets postés sur son compte, Martine Aubry reste, elle, extrêmement sobre et informative : elle se contente de donner quelques détails sur son agenda ou de rapporter des idées entendues lors de ses déplacements. Aucun trait d’humour, aucune remarque extérieure à son activité politique. "Martine Aubry ne va pas sur Twitter pour raconter sa vie", explique son responsable de campagne sur le Web Emile Josselin, interrogé par Le Point. Entre raconter sa vie et se forger une image un peu plus attrayante, il y a un pas que Martine Aubry semble avoir du mal à franchir. La nature de ses tweets et de son mur Facebook ne contribue pas à casser sa réputation de femme austère, mauvaise communicante et peu prompte à l’humour.
 
"Mamy Aubry"
 
"Chacun reste conforme à son identité politique. Il faut être soi-même. Il est normal que la campagne web fasse ressortir l’identité des uns et des autres", affirmait fin juin Émile Josselin lors d’une interview accordée à Public Sénat. Alors que les femmes et les hommes politiques souhaitent plus que tout apparaître connectés, Martine Aubry ne semble pas vraiment préoccupée par le décalage générationnel et technologique qu’elle incarne. C’est en l’occurrence ce qui ressort des commentaires postés à la suite de sa remarque de jeudi. "Elle fait un peu mamy Aubry", se moque un tweet relayé à de nombreuses reprises. "Aubry vient de se coller sur la peau un beau sparadrap 2.0", en commente un autre.
 
La campagne n’en est pour l’heure qu’à ses débuts. Compensant le faible enthousiasme de sa patronne, Emile Josselin affiche une grande ambition pour sa campagne web. Elle s’annonce d’ailleurs prometteuse. Le lancement du compte twitter et du site web de Martine Aubry ont reçu un succès tel qu’ils ont enregistré plus de visiteurs en deux jours que le site du Parti socialiste au moment de l’arrestation de Dominique Strauss-Kahn. Le projet web d’Émile Josselin est aussi simple qu’ambitieux : "se mettre en contact les uns avec les autres […]. Il y a plusieurs cercles : les sympathisants, les militants et ceux vraiment déjà dedans au départ, des sortes de super militants", explique-t-il à Public Sénat. Une sorte de… réseau social martiniste, en somme. Un type de réseau dont la candidate, sans peur de la contradiction, a fait l’apologie dans l’un des tweets qu’elle a posté lors de son déplacement à Turin : "Lu à Turin au 150e anniversaire de l'unité italienne: "Sono tutti una rete", nous sommes tous un réseau. Rassembler, toujours."
 

 

Première publication : 11/07/2011

  • FRANCE

    Visée par des rumeurs Martine Aubry veut porter plainte

    En savoir plus

  • POLITIQUE FRANÇAISE

    Martine Aubry entre de plain-pied dans la bataile de la primaire socialiste

    En savoir plus

  • FRANCE

    Avec la candidature de Martine Aubry, la bataille socialiste est lancée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)