Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

EUROPE

Le gouvernement freine le projet de rachat de BSkyB par Murdoch

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/07/2011

Le ministre britannique de la Culture a renvoyé lundi devant la Commission de la concurrence le dossier du rachat du bouquet satellite BSkyB par le groupe News Corp, dirigé par Rupert Murdoch, après le scandale du News of the World.

AFP - Le scandale des écoutes au Royaume-Uni a encore rebondi lundi, avec un brusque coup de frein gouvernemental au projet de rachat de BSkyB par le groupe Murdoch et des révélations selon lesquelles la reine et le travailliste Gordon Brown figurent au nombre des victimes.
              
Le gouvernement a cédé lundi à des pressions grandissantes en renvoyant devant la commission de la Concurrence le dossier explosif du rachat du bouquet satellitaire BSkyB par le groupe Murdoch, dont la conclusion qui devait être imminente se trouve ainsi retardé de plusieurs mois.
              

Le ministre britannique de la Culture, Jeremy Hunt, a annoncé devant le Parlement qu'il allait immédiatement saisir la commission, une option qu'il avait jusqu'à présent écartée.
              
News Corp, le groupe de Rupert Murdoch, News Corp, avait fait savoir juste auparavant qu'il retirait les concessions faites aux autorités pour obtenir leur feu vert, et acceptait de s'en remettre à cette autorité.
              
Le groupe avait notamment proposé de séparer la chaîne d'information Sky News du reste de BSkyB pour répondre aux inquiétudes sur le pluralisme de l'information.
              
"Si l'on s'en tient aux critères légaux, l'offre de rachat ne conduira pas à conclure à un déficit de pluralisme en matière de presse", a assuré News Corp dans un communiqué.
              
Ces annonces quasi-simultanées sont intervenues alors que l'opposition travailliste menaçait d'infliger un camouflet au Premier ministre David Cameron en faisant voter mercredi une motion réclamant précisément le renvoi du dossier devant l'autorité de la Concurrence. Avec le renfort attendu d'élus libéraux-démocrates, membres de la coalition mais aussi opposants déclarés de Rupert Murdoch.
              
Considéré comme un proche du magnat de la presse, M. Cameron se trouve dans une position très délicate depuis les révélations sur l'ampleur des écoutes du News of the World.
              
Dernière en date, l'ex-Premier ministre travailliste Gordon Brown en aurait été lui aussi victime, lorsqu'il était ministre de l'Economie.
              
Selon The Independent, des détectives privés travaillant pour le tabloïd ont piraté sa messagerie et accédé à ses relevés bancaires, avant de remettre les informations obtenues à un autre journal du groupe.
              
La BBC a pour sa part révélé que des policiers chargés de la sécurité de la famille royale avaient réclamé de l'argent au NotW pour livrer des informations sur la famille royale, dont la reine Elizabeth elle-même.
              
Signe que l'horizon s'est obscurci sérieusement pour le groupe Murdoch, les investisseurs ont lourdement sanctionné le titre BSkyB à la Bourse de Londres, où il a perdu environ 15% depuis l'éclatement du scandale.
              
La fermeture du News of the World, qui a publié dimanche son dernier numéro après 168 ans d'existence, n'a pas provoqué l'électrochoc escompté par M. Murdoch, arrivé ce week-end à Londres pour reprendre les choses en main.
              
La prise de contrôle des 61% de BSkyB qu'il ne détient pas encore est, de l'avis général, le sujet qui tient le plus à coeur au magnat de la presse, âgé de 80 ans.
              
Il veut bénéficier des formidables profits générés par le bouquet satellitaire pour financer sa stratégie britannique et imposer sa politique d'un accès payant aux journaux en ligne.
              
Un échec de cette opération à plus de 10 milliards d'euros signerait une défaite sans précédent pour News Corp, le groupe de M. Murdoch, soulignent les analystes. Et offrirait une victoire tout aussi éclatante à ses nombreux adversaires, qui ont accentué d'autant la pression sur David Cameron.
              
Quant à Rupert Murdoch, il s'est affiché ce week-end en compagnie d'une des figures les plus controversées du scandale, Rebekah Brooks, directrice générale des titres britanniques du groupe qui pourrait être bientôt entendue par la police. La chute de celle qui fut surnommée "la reine des tabloïdes" placerait en première ligne James Murdoch, l'héritier de l'empire.
              


             


              

Première publication : 11/07/2011

  • ROYAUME-UNI

    Le gouvernement britannique veut empêcher Murdoch de racheter BSkyB

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Rupert Murdoch est arrivé à Londres pour déminer la crise du News of the World

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)