Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Radical"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: des morts trop télégéniques

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique - forum pour la paix : comment relever le défi de la réconciliation nationale ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine - l'UE contre la Russie : les "mistral" plus forts que les sanctions ?

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 2)

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le Festival de Carthage souffle ses 50 bougies !

En savoir plus

FOCUS

Angela Merkel au sommet de son pouvoir?

En savoir plus

MODE

Les collections de l'été 2015 déjà au salon Who's Next à Paris

En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • MH17 : jour de deuil aux Pays-Bas, Washington évoque une "erreur" de tir

    En savoir plus

  • Vidéo : à Khan Younès, les cortèges funéraires se succèdent

    En savoir plus

  • Tour de France : Thibaut Pinot, une dose de "combativité", une dose de "déconne"

    En savoir plus

  • Plusieurs compagnies aériennes annulent leurs vols vers Israël

    En savoir plus

  • Violences à Sarcelles : quatre personnes condamnées à de la prison ferme

    En savoir plus

  • Gaza : "Nous devons aller jusqu'au bout de la mission", prévient Israël

    En savoir plus

  • Les négociations de paix en Centrafrique tournent court à Brazzaville

    En savoir plus

  • Londres relance l'enquête sur la mort de l'ex-espion russe Litvinenko

    En savoir plus

  • Les télévisions libanaises unissent leur voix pour soutenir Gaza

    En savoir plus

  • Le FBI accusé de transformer des citoyens musulmans en terroristes

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : victoire du réformateur Joko Widodo

    En savoir plus

  • Transferts : le Colombien James Rodriguez quitte Monaco pour le Real Madrid

    En savoir plus

  • Gaza : l'armée israélienne annonce la disparition d'un de ses soldats

    En savoir plus

  • Dunga sélectionneur : le manque d’imagination du football brésilien

    En savoir plus

SPORT

Les Bleues, de l'ombre à la lumière

Texte par Emmanuel VERSACE

Dernière modification : 12/07/2011

Qualifiée pour les demi-finales de la Coupe du monde en Allemagne, l’équipe de France féminine de football n’a jamais été aussi médiatisée. Une popularité qui, pour certains spécialistes, risque de ne pas survivre à la compétition...

Méconnues, voire inconnues, du grand public avant qu’elles ne se lancent dans l’aventure de la Coupe du monde 2011, les joueuses de l’équipe de France de football n’ont jamais été autant suivies par les Français. Selon Médiamétrie, leur qualification en demi-finales, samedi, contre l’Angleterre a été vue par 3,22 millions de téléspectateurs. Un record.

TF1, la première chaîne française et propriétaire des droits télévisuels du Mondial féminin via sa filiale d’Eurosport, envisage même de diffuser le 17 juillet la finale en cas de qualification des Bleues. Devant l’ampleur du phénomène qu’elles suscitent, la Fédération française de football (FFF) en a profité pour lancer une consultation portant sur les droits d'exploitation audiovisuelle de la division 1 féminine pour les saisons 2011-14.

"Compliqué pour Ribéry, facile pour les filles"

Plusieurs explications sont avancées pour expliquer cet engouement. Du point de vue sportif d’abord. Le football dame n’est peut-être pas aussi spectaculaire et physique que la version masculine, il en demeure pas moins technique. Thierry Roland, le présentateur historique du football version homme, se dit bluffé par le niveau des Bleues. "Si on compare avec les hommes, c'est moins attrayant, mais elles sont vraiment très bonnes, commente-t-il sur Lepost.fr. Contrairement aux Bleus, elles tirent bien les corners, ce qui est quand même le b.a-ba du football. Ce qui est trop compliqué pour Franck Ribéry semble facile pour les filles." Et voilà pour le tacle...

Autre différence notable : sur la pelouse, les footballeuses font preuve de plus de fair-play et simulent moins que leurs homologues masculins. Un fait que la chaîne américaine entièrement dédiée aux sports ESPN s’est amusée à mettre en scène avec l’aide de la joueuse américaine Abby Wambach, qui cumule 158 sélections et 120 buts en équipe nationale (voir vidéo ci-dessous).

La simulation, un mal du footbal mâle ? (publicité ESPN, en anglais)

Des primes 20 fois moins élevées que les mutins de Knysna

Leur popularité tient également au fossé existant entre elles et le monde du football-business qui, en période de crise, est jugé immoral autant par les politiques que par une partie de l’opinion publique. Loin des salaires mensuels à cinq chiffres engrangés par les joueurs professionnels de l’élite – le salaire moyen en Ligue 1 est de 45 000 euros – les footballeuses de la première division féminine touche entre 1 500 et 3 500 euros quand elles n’ont pas une activité parallèle. Mais cette différence de traitement ne les trouble pas outre mesure. "Cela ne me choque pas qu’on ait beaucoup moins qu’eux car on n’a pas leurs sponsors et on ne brasse pas autant d’argent", déclarait dans "Le Parisien" Gaëtane Thiney, l’attaquante internationale de FCF Juvisy, qui fait partie des joueuses non professionnelle de l’équipe de France.

À un an presque jour pour jour de la grève des joueurs de l’équipe de France en Afrique du Sud, la comparaison est inéluctable. Leur simplicité et la proximité qu’elles entretiennent avec le public constitue un bol d’air frais comparé à l’univers encadré et policé de la sélection masculine. Le rapprochement sur l’affaire des primes est également tentant. En cas de qualification en finale, les Bleues toucheraient 15 000 euros chacune. Les garçons en auraient touché 20 fois plus lors du Mondial-2010...

"On revient aux fondamentaux du sport en tant que jeu et aux valeurs d'autrefois, que l'on retrouve en Coupe de France et qui existent encore - un peu - dans le rugby", explique Cédric Gründler, responsable du blog lemarketingsportif.com, qui est plutôt pessimiste sur la pérennisation du football féminin en France après le Mondial. "La Coupe du monde se déroule dans une période où il n'y a plus de foot sur les écrans et les aficionados consomment ce qu'ils trouvent. Même si la FFF vient de lancer un appel d'offres pour les droits TV, il n'y a presque aucune chance pour que les audiences rencontrées tout au long de l'année soient aussi importantes que celles de ces derniers jours", prédit-il. Une preuve de leur succès serait la réaction des Français si elles venaient à gagner la Coupe du monde. Réussiront-elles à réunir 1,5 million de supporters sur les Champs-Élysées comme c'était le cas en 1998 ? C’est tout le mal qu’on leur souhaite.

Première publication : 12/07/2011

  • FOOTBALL FÉMININ

    Les Bleues se qualifient pour les demi-finales du Mondial au bout du suspense

    En savoir plus

  • FOOTBALL FÉMININ

    Les Bleues retrouveront l'Angleterre en quarts de finale de la Coupe du monde

    En savoir plus

  • FOOTBALL FÉMININ

    Marta, "la Pelé en jupe", star du Mondial

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)