Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

DÉBAT

L'Allemagne à la rescousse du budget français ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Drame du "cercueil volant" en Côte d'Ivoire et un riche couple sauve des migrants en mer

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

Moyen-orient

Valse avec Bachar, 11 ans de relations franco-syriennes

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 12/07/2011

En 2008, Bachar al-Assad assistait au défilé du 14-Juillet. Trois ans plus tard, l'ambassade de France en Syrie est attaquée par ses partisans. Retour sur une décennie de tumultueuses relations entre Paris et Damas.

  • 2000. Après avoir été le seul chef d’État occidental à se présenter aux obsèques du père de Bachar al-Assad, Hafez al-Assad, le 10 juin 2000, Jacques Chirac réserve un accueil chaleureux au nouvel homme fort de Damas, qui jouit d’une image de réformateur (voir le diaporama ci-dessous).
  • Février 2005. Après l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri en février 2005, imputé à la Syrie par les proches du défunt, les relations diplomatiques entre la France et le régime de Bachar al-Assad se dégradent considérablement. Dans la foulée, le président français, Jacques Chirac, ami intime de Rafic Hariri, décide de rompre les contacts de haut niveau avec les dirigeants syriens.
     
  • Mai 2008. En restaurant le dialogue avec la Syrie après son élection à la présidence en mai 2008, Nicolas Sarkozy entend sceller la rupture avec la politique arabe de son prédécesseur. Par pragmatisme, le nouveau numéro un français a estimé dès juin 2007 que Bachar al-Assad était un acteur essentiel de la stabilité de la région, à même de débloquer la situation. Une initiative qui n'a jamais été du goût des Américains.
     
  • Juillet 2008. Mis au ban de la communauté internationale, Bachar al-Assad revient par la grande porte en 2008, grâce à Nicolas Sarkozy, qui l’invite au défilé du 14-Juillet sur les Champs-Élysées. Depuis ce jour, le président syrien est reçu plusieurs fois à Paris. Son dernier passage en France date de décembre 2010. Quant à Nicolas Sarkozy, il se rend à deux reprises en Syrie. Une première fois en septembre 2008 (il s'agit du premier chef d’État occidental à se rendre en Syrie depuis six ans) et une seconde en janvier 2009.


Première publication : 12/07/2011

  • SYRIE

    Le "dialogue national" syrien entre espoir et illusion

    En savoir plus

  • SUR LES OBSERVATEURS

    Les pro-Assad s’en prennent aux ambassades française et américaine

    En savoir plus

  • SYRIE

    Damas convoque les ambassadeurs américain et français après leur visite à Hama

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)