Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Volkswagen : sortie de route pour le patriarche Ferdinand Piëch

En savoir plus

FOCUS

Hacking et cybersécurité : la France face au terrorisme connecté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Népal : "le toit du monde s'est écroulé"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La France peut-elle faire pression pour éviter l'exécution de Serge Atlaoui ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée : l'absence de stratégie en Europe mise en cause

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide des Arméniens : déni et mémoire se côtoient cent ans après

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

Moyen-orient

Valse avec Bachar, 11 ans de relations franco-syriennes

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 12/07/2011

En 2008, Bachar al-Assad assistait au défilé du 14-Juillet. Trois ans plus tard, l'ambassade de France en Syrie est attaquée par ses partisans. Retour sur une décennie de tumultueuses relations entre Paris et Damas.

  • 2000. Après avoir été le seul chef d’État occidental à se présenter aux obsèques du père de Bachar al-Assad, Hafez al-Assad, le 10 juin 2000, Jacques Chirac réserve un accueil chaleureux au nouvel homme fort de Damas, qui jouit d’une image de réformateur (voir le diaporama ci-dessous).
  • Février 2005. Après l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri en février 2005, imputé à la Syrie par les proches du défunt, les relations diplomatiques entre la France et le régime de Bachar al-Assad se dégradent considérablement. Dans la foulée, le président français, Jacques Chirac, ami intime de Rafic Hariri, décide de rompre les contacts de haut niveau avec les dirigeants syriens.
     
  • Mai 2008. En restaurant le dialogue avec la Syrie après son élection à la présidence en mai 2008, Nicolas Sarkozy entend sceller la rupture avec la politique arabe de son prédécesseur. Par pragmatisme, le nouveau numéro un français a estimé dès juin 2007 que Bachar al-Assad était un acteur essentiel de la stabilité de la région, à même de débloquer la situation. Une initiative qui n'a jamais été du goût des Américains.
     
  • Juillet 2008. Mis au ban de la communauté internationale, Bachar al-Assad revient par la grande porte en 2008, grâce à Nicolas Sarkozy, qui l’invite au défilé du 14-Juillet sur les Champs-Élysées. Depuis ce jour, le président syrien est reçu plusieurs fois à Paris. Son dernier passage en France date de décembre 2010. Quant à Nicolas Sarkozy, il se rend à deux reprises en Syrie. Une première fois en septembre 2008 (il s'agit du premier chef d’État occidental à se rendre en Syrie depuis six ans) et une seconde en janvier 2009.


Première publication : 12/07/2011

  • SYRIE

    Le "dialogue national" syrien entre espoir et illusion

    En savoir plus

  • SUR LES OBSERVATEURS

    Les pro-Assad s’en prennent aux ambassades française et américaine

    En savoir plus

  • SYRIE

    Damas convoque les ambassadeurs américain et français après leur visite à Hama

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)