Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

FRANCE

Paris compte retirer un quart de ses soldats d'Afghanistan d'ici à fin 2012

Vidéo par France 3

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/07/2011

Le président Nicolas Sarkozy, qui effectue une visite-éclair en Afghanistan au lendemain de la mort d'un soldat français, doit notamment rencontrer le général américain David Petraeus, et le président afghan Hamid Karzaï.

AFP - La France retirera d'Afghanistan un quart de ses soldats -- soit un millier d'hommes -- d'ici à fin 2012, a annoncé mardi au cours d'une visite-surprise le président Nicolas Sarkozy, estimant qu'il fallait "savoir finir une guerre".

M. Sarkozy s'est rendu dès son arrivée, en tout début de matinée, à la base avancée de l'armée française à Tora, dans le district de Surobi, à l'est de Kaboul, où il a rencontré des soldats.

Il a ensuite regagné Kaboul où il s'est entretenu avec le général américain David Petraeus, commandant de la force de l'Otan en Afghanistan (Isaf), puis avec le président Hamid Karzaï, dont le demi-frère, Ahmed Wali Karzaï, venait d'être assassiné à Kandahar, dans le sud.

Wali Karzaï, personnage controversé, était un des hommes les plus puissants de la province de Kandahar, berceau historique des talibans, qui ont immédiatement revendiqué l'assassinat.

"Il faut savoir finir une guerre", a expliqué M. Sarkozy aux soldats français. "Il n'a jamais été question de garder indéfiniment des troupes en Afghanistan".

"Nous retirerons un quart de nos troupes, c'est-à-dire 1.000 hommes, d'ici à fin 2012", dont "une première tranche dès la fin de cette année", a ajouté M. Sarkozy, sans préciser l'ampleur de cette "première tranche".

Ce retrait se fera "en concertation avec nos alliés et avec les autorités afghanes", a-t-il affirmé, "la situation le permet".

Le 23 juin, le président Barack Obama avait annoncé le retrait d'un tiers du contingent américain d'Afghanistan d'ici à l'été 2012, soit quelque 33.000 hommes. Les Américains composent plus des deux tiers de l'Isaf.

Le lendemain de l'annonce américaine, M. Sarkozy avait indiqué que "plusieurs centaines" de soldats français quitteraient l'Afghanistan d'ici à fin 2011-début 2012.

Parallèlement au début de retrait des soldats étrangers, doit commencer en juillet, dans sept zones du pays, le processus dit "de transition", qui prévoit le transfert progressif de la responsabilité de la sécurité aux forces afghanes sur l'ensemble du territoire d'ici à fin 2014, date à laquelle l'Otan aura, en théorie, retiré l'ensemble de ses troupes combattantes.

"En 2014, tous les soldats français seront partis d'Afghanistan, tout sera transféré aux Afghans", a assuré M. Sarkozy mardi à Tora.

Il n'a toutefois pas exclu le maintien de conseillers et formateurs militaires après cette date, "si les autorités afghanes le souhaitent", précisant également que la coopération civile se poursuivrait.

"Nous ne devons pas abandonner l'Afghanistan, mais la façon dont nous l'aidons va changer. On va continuer à l'aider, on va passer du militaire à l'économique", a-t-il assuré à l'issue de son entretien avec M. Karzaï, indiquant avoir discuté avec lui d'un "traité de partenariat et d'amitié" sur le développement.

Quelque 4.000 militaires français sont déployés dans le pays, la plupart en Surobi, à Kaboul et dans la province de Kapisa, au nord-est de Kaboul. "Les effectifs restants seront concentrés en Kapisa" après fin 2012, a indiqué M. Sarkozy, qui a quitté l'Afghanistan à la mi-journée.

La visite-éclair du chef de l'Etat, la troisième depuis son élection en 2007, survient au lendemain de la mort d'un soldat français de 22 ans, victime d'un "tir accidentel".

Ce soldat est le douzième militaire français tué dans le cadre des opérations en Afghanistan depuis le début de l'année, et le 64e depuis le début de l'intervention française fin 2001.

A Tora, le général Emmanuel Maurin, chef des troupes françaises en Afghanistan, a exposé à M. Sarkozy la situation sur le terrain, marquée selon lui par "une radicalisation de l'insurrection, qui ne s'est néanmoins pas étendue parmi la population".

Malgré la présence de 130.000 à 140.000 soldats de la force internationale, les talibans n'ont cessé, ces dernières années, d'intensifier leur guérilla et leur insurrection s'est étendue à la quasi-totalité du territoire.

Les opinions publiques des Etats participant à la force de l'Otan, américaine en tête, s'opposent désormais majoritairement au maintien de leurs soldats dans ce que les experts unanimes qualifient de "bourbier".

 

Première publication : 12/07/2011

  • AFGHANISTAN

    700 soldats étrangers tués en 2010, année la plus meurtrière

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Deux nouveaux soldats français tués accidentellement

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Visite du ministre français de la Défense Alain Juppé à Kaboul

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)