Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Islamabad menace de retirer ses troupes postées à la frontière

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/07/2011

Rien ne va plus entre les États-Unis et le Pakistan depuis que Washington a décidé de suspendre partiellement son aide militaire. Islamabad a menacé de retirer ses hommes engagés dans la lutte contre les Taliban à la frontière avec l'Afghanistan.

AFP - Le Pakistan a menacé mardi de retirer ses troupes engagées contre les talibans alliés à Al-Qaïda le long de la frontière afghane, après l'annonce par les Etats-Unis de la suspension d'une partie de leur aide militaire.
              
Les relations entre les Etats-Unis et le Pakistan, leur allié-clé dans leur "guerre contre le terrorisme"depuis fin 2001, sont au plus bas depuis le raid clandestin d'un commando américain qui a tué Oussama Ben Laden le 2 mai à Abbottabad (nord).
              
"Je pense que, dans une prochaine étape, le gouvernement ou les forces armées vont retirer les soldats des zones frontalières", dans le nord-ouest, a déclaré le ministre de la Défense Ahmed Mukhtar dans une interview à la télévision privée Express 24/7.
              
Washington a décidé de geler le versement de 800 millions de dollars d'aide militaire à Islamabad en représailles à de récentes mesures pakistanaises limitant l'activité militaire américaine dans le pays.
              
Mais les relations s'étaient envenimées déjà depuis plusieurs mois, les plus hauts responsables américains estimant publiquement que le Pakistan ne produisait pas assez d'efforts pour lutter contre certains groupes islamistes armés pakistanais alliés à Al-Qaïda, ni contre les talibans afghans qui ont fait des zones tribales frontalières leur base arrière, notamment le réseau Haqqani, bête noire des troupes américaines en Afghanistan.
              
Des élus du Congrès américain pressaient avec insistance l'administration Obama de suspendre l'aide depuis le raid contre Ben Laden, qui a vécu au moins cinq ans terré dans une villa au coeur d'une ville-garnison.
              
L'essentiel de l'aide militaire fournie au Pakistan consiste à aider ce pays à mobiliser ses troupes dans les zones tribales frontalières du nord-ouest, que Washington considère comme l'"endroit le plus dangereux du monde", bastion des talibans pakistanais, principal sanctuaire d'Al-Qaïda et base arrière des talibans afghans.
              
"Si les choses deviennent à ce point compliquées, nous allons tout simplement retirer nos troupes", a insisté le ministre pakistanais.
              
"Nous ne pouvons nous permettre financièrement de maintenir nos soldats" dans les zones frontalières, a poursuivi M. Mukhtar. "Cela nous coûte de l'argent en plus, quand vous avez des soldats mobilisés dans les zones montagneuses, alors nous allons définitivement en venir là", a-t-il martelé à propos d'un éventuel repli des militaires.
              
Les Etats-Unis versent chaque année au Pakistan, seule puissance militaire nucléaire du monde musulman mais au bord de la faillite économique, environ 2 milliards de dollars d'aide militaire.
              
Mais c'est le Pakistan qui, avec l'Afghanistan, paie le plus lourd tribut à la "guerre contre le terrorisme". Quelque 5.000 personnes, des civils pour la grande majorité, ont péri dans tout le pays depuis quatre ans dans près de 500 attentats, perpétrés essentiellement par les talibans et leurs alliés. En 2007, à l'unisson de Ben Laden en personne, ces insurgés avaient décrété le "jihad" à Islamabad pour son soutien à Washington.

Première publication : 12/07/2011

  • DIPLOMATIE

    "Washington veut obliger Islamabad à s'engager davantage dans la lutte anti-terroriste"

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Washington suspend une partie de son aide militaire au Pakistan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)