Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

DÉBAT

Comment lutter contre l'organisation de l'État islamique?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hongkong, nouveau Tienanmen ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

De la Mecque à Broumov : le voyage du Bazin

En savoir plus

  • Vidéo : Marine Le Pen voit la diplomatie française comme "un canard sans tête"

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Vidéo : Dohuk, province du Kurdistan submergée par les déplacés irakiens

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

    En savoir plus

  • Seulement 25 % de femmes au Sénat : à qui la faute ?

    En savoir plus

  • La dette française dépasse pour la première fois les 2 000 milliards d'euros

    En savoir plus

  • Référendum en Catalogne : la Cour constitutionnelle suspend le vote

    En savoir plus

  • Sharia4Belgium fait face à la justice pour recrutement de jihadistes

    En savoir plus

  • AIG : l'État américain sur le banc des accusés pour "sauvetage illégal"

    En savoir plus

  • Assassinat d'Hervé Gourdel : le point sur l'enquête en Algérie

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG s'attaque au Barça sans Zlatan

    En savoir plus

Santé

Un accord permet la vente à bas prix de médicaments contre le sida aux pays pauvres

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/07/2011

Les malades atteints du sida dans les pays en développement pourront désormais avoir accès aux mêmes médicaments que dans les pays riches, grâce à un accord de licence signé mardi par Unitaid et un laboratoire américain.

AFP - Le Medicines Patent Pool ou "communauté de brevets médicaux", fondé par Unitaid en 2010, a signé mardi son premier accord de licence sur des médicaments contre le sida avec le laboratoire américain Gilead, pour favoriser la vente à bas prix d'antirétroviraux aux pays pauvres.
              
"Pour la première fois, les malades des pays en développement auront accès aux mêmes médicaments que les malades vivant dans les pays riches", sans avoir à attendre l'expiration des brevets, a souligné dans un communiqué Philippe Douste-Blazy, directeur exécutif de Unitaid.
              
Unitaid est une organisation dont l'objectif est de négocier le prix des médicaments contre le sida, le paludisme et la tuberculose pour les pays pauvres. Ses fonds proviennent d'une taxe sur les billets d'avion levée dans 15 pays. Le Medicines Patent Pool est une fondation créée il y a un an en Suisse, où Unitaid a son siège.
              
Selon l'ancien ministre de la Santé, il s'agit pour les laboratoires pharmaceutiques intéressés de confier "leurs plus récents brevets" au Pool, en en gardant la propriété intellectuelle. Les brevets sont confiés alors à des génériqueurs, pour production et distribution vers les seuls pays pauvres.
              
L'Onusida a salué cette annonce qui ouvre "une nouvelle ère" dans la lutte contre le sida où "partenaires publics et privés travaillent main dans la main".
              
"J'espère que l'annonce d'aujourd'hui va inspirer d'autres sociétés pharmaceutiques à emboîter le pas", a commenté le directeur exécutif d'Onusida, Michel Sidibé, cité dans un communiqué.
              
L'accord signé à Londres doit permettre la production des molécules anti-VIH tenofovir (commercialisée par Gilead sous le nom de Viread), emtricitabine (Emtriva), et d'autres encore en développement clinique : cobicistat, elvitegravir, ainsi qu'une combinaison de ces produits en un seul comprimé, le "quad".
              
La licence autorise aussi le développement et la fabrication d'autres combinaisons incluant ces produits.
              
"Le Pool est un mécanisme innovant, qui permet d'augmenter l'accès aux médicaments brevetés, d'une manière favorable à l'industrie pharmaceutique et aux personnes infectées", a noté Gregg Alton, vice-président de Gilead pour les affaires médicales. Le laboratoire est le premier fabricant mondial d'antirétroviraux.
              
Les royalties payées au laboratoire seront de 3 à 5% des ventes de génériques, tandis que les formes pédiatriques seront vendues sans droits.
              
Les licences ne permettront cependant pas la vente dans tous les pays en développement, mais seulement dans les plus pauvres. Pour le tenofovir et l'emtricitabine, elles couvriront 111 pays, pour le cobicistat, 102, et pour l'elvitegravir et le Quad, 99.
              
"Les malades du Sud bénéficieront des dernières générations de médicaments à des prix abordables, et sans délais par rapport à leurs cousins du Nord", s'est réjoui Khalil Elouardighi, de Coalition Plus, qui regroupe des associations de lutte contre le sida dans dix pays.
              
Philippe Douste-Blazy s'est félicité de ce "premier pas important", et a souhaité que d'autres firmes pharmaceutiques "mettent leur propriété intellectuelle au service de la santé publique mondiale". Le Pool est en négociation actuellement avec six autres firmes.
              
Relevant que Gilead "tire 80% de ses revenus du VIH, tandis que Merck et Johnson en tirent moins de 5%", la présidente de Coalition Plus, Lise Pineault, a regretté que ces laboratoires ne participent pas au Patent Pool, alors qu'ils disposent de médicaments de pointe contre le VIH, notamment le Raltegravir.

Première publication : 13/07/2011

  • SANTÉ

    Le sida a 30 ans et aucun vaccin n'a été trouvé

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)