Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Droit d'asile en France : les enjeux de la réforme

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : les négociations de paix au point mort

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : espoir de paix à Brazzaville

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : risque de famine en Casamance

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Maestro", intello mais pas trop !

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : les enfants, victimes du conflit

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : l’offensive se durcit, le bilan s’alourdit

En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien sans heurts

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné!"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Reportage : l'armée israélienne essuie de lourdes pertes à Gaza

    En savoir plus

  • Accident d'avion à Taïwan : au moins 45 morts, dont deux Français

    En savoir plus

  • Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

    En savoir plus

  • MH17 : les premières dépouilles des victimes sont arrivées aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • Une ville chinoise placée en quarantaine après un cas de peste bubonique

    En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Ryanair contraint de rembourser à la France 9,6 millions d’euros d’aides publiques

    En savoir plus

  • Immigration et droit d'asile : les projets de réforme du gouvernement

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costa Concordia

    En savoir plus

Santé

Un accord permet la vente à bas prix de médicaments contre le sida aux pays pauvres

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/07/2011

Les malades atteints du sida dans les pays en développement pourront désormais avoir accès aux mêmes médicaments que dans les pays riches, grâce à un accord de licence signé mardi par Unitaid et un laboratoire américain.

AFP - Le Medicines Patent Pool ou "communauté de brevets médicaux", fondé par Unitaid en 2010, a signé mardi son premier accord de licence sur des médicaments contre le sida avec le laboratoire américain Gilead, pour favoriser la vente à bas prix d'antirétroviraux aux pays pauvres.
              
"Pour la première fois, les malades des pays en développement auront accès aux mêmes médicaments que les malades vivant dans les pays riches", sans avoir à attendre l'expiration des brevets, a souligné dans un communiqué Philippe Douste-Blazy, directeur exécutif de Unitaid.
              
Unitaid est une organisation dont l'objectif est de négocier le prix des médicaments contre le sida, le paludisme et la tuberculose pour les pays pauvres. Ses fonds proviennent d'une taxe sur les billets d'avion levée dans 15 pays. Le Medicines Patent Pool est une fondation créée il y a un an en Suisse, où Unitaid a son siège.
              
Selon l'ancien ministre de la Santé, il s'agit pour les laboratoires pharmaceutiques intéressés de confier "leurs plus récents brevets" au Pool, en en gardant la propriété intellectuelle. Les brevets sont confiés alors à des génériqueurs, pour production et distribution vers les seuls pays pauvres.
              
L'Onusida a salué cette annonce qui ouvre "une nouvelle ère" dans la lutte contre le sida où "partenaires publics et privés travaillent main dans la main".
              
"J'espère que l'annonce d'aujourd'hui va inspirer d'autres sociétés pharmaceutiques à emboîter le pas", a commenté le directeur exécutif d'Onusida, Michel Sidibé, cité dans un communiqué.
              
L'accord signé à Londres doit permettre la production des molécules anti-VIH tenofovir (commercialisée par Gilead sous le nom de Viread), emtricitabine (Emtriva), et d'autres encore en développement clinique : cobicistat, elvitegravir, ainsi qu'une combinaison de ces produits en un seul comprimé, le "quad".
              
La licence autorise aussi le développement et la fabrication d'autres combinaisons incluant ces produits.
              
"Le Pool est un mécanisme innovant, qui permet d'augmenter l'accès aux médicaments brevetés, d'une manière favorable à l'industrie pharmaceutique et aux personnes infectées", a noté Gregg Alton, vice-président de Gilead pour les affaires médicales. Le laboratoire est le premier fabricant mondial d'antirétroviraux.
              
Les royalties payées au laboratoire seront de 3 à 5% des ventes de génériques, tandis que les formes pédiatriques seront vendues sans droits.
              
Les licences ne permettront cependant pas la vente dans tous les pays en développement, mais seulement dans les plus pauvres. Pour le tenofovir et l'emtricitabine, elles couvriront 111 pays, pour le cobicistat, 102, et pour l'elvitegravir et le Quad, 99.
              
"Les malades du Sud bénéficieront des dernières générations de médicaments à des prix abordables, et sans délais par rapport à leurs cousins du Nord", s'est réjoui Khalil Elouardighi, de Coalition Plus, qui regroupe des associations de lutte contre le sida dans dix pays.
              
Philippe Douste-Blazy s'est félicité de ce "premier pas important", et a souhaité que d'autres firmes pharmaceutiques "mettent leur propriété intellectuelle au service de la santé publique mondiale". Le Pool est en négociation actuellement avec six autres firmes.
              
Relevant que Gilead "tire 80% de ses revenus du VIH, tandis que Merck et Johnson en tirent moins de 5%", la présidente de Coalition Plus, Lise Pineault, a regretté que ces laboratoires ne participent pas au Patent Pool, alors qu'ils disposent de médicaments de pointe contre le VIH, notamment le Raltegravir.

Première publication : 13/07/2011

  • SANTÉ

    Le sida a 30 ans et aucun vaccin n'a été trouvé

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)