Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Moyen-orient

"Personne n'a le droit de s'en prendre à notre ambassade" avertit Obama

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/07/2011

Le président américain Barack Obama a vivement condamné les tentatives d'intrusion de partisans de Bachar al-Assad dans l'ambassade américaine à Damas lundi. Pour lui, le président syrien "perd sa légitimité aux yeux de son peuple".

AFP - Le président Barack Obama a mis en garde la Syrie mardi après l'attaque la veille de la représentation diplomatique américaine à Damas, affirmant sur la chaîne CBS que "personne n'a le droit de s'en prendre à notre ambassade".

Lors de cet entretien télévisé, M. Obama a aussi estimé que le président syrien Bachar al-Assad avait "raté occasion après occasion" de réformer et qu'il était en train de "perdre sa légitimité aux yeux de son peuple".

Interrogé sur l'attaque de l'ambassade, M. Obama a assuré que les Etats-Unis avaient "envoyé un message clair sur le fait que personne n'a le droit de s'en prendre à notre ambassade. Et que nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour protéger notre ambassade. Et je crois qu'ils (les Syriens) ont bien reçu ce message".

"Mais plus largement, je crois que de plus en plus, on voit que le président Assad est en train de perdre sa légitimité aux yeux de son peuple. Et il a raté occasion après occasion de présenter un réel programme de réformes. Et c'est la raison pour laquelle nous oeuvrons au niveau international pour faire en sorte de maintenir la pression, afin de voir si nous pouvons parvenir à de vrais changements en Syrie", a encore dit le président.

"Washington ne veut pas réagir plus que de raison"

Première publication : 13/07/2011

  • SYRIE

    L'ONU condamne les attaques contre les ambassades américaine et française

    En savoir plus

  • SYRIE

    Pour les États-Unis, le président Bachar al-Assad n'est plus légitime

    En savoir plus

  • SYRIE

    Valse avec Bachar, 11 ans de relations franco-syriennes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)