Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

  • L’Australie déjoue des meurtres projetés par l’État islamique

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

Asie - pacifique

La ville de Bombay frappée par trois attaques "terroristes"

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/07/2011

Trois explosions quasi-simultanées se sont produites dans la capitale financière de l'Inde, faisant au moins 21 morts et 141 blessés. Le ministre de l'Intérieur a déclaré qu'il s'agissait d'une "attaque coordonnée par des terroristes".

Retrouvez toutes nos informations dans notre liveblogging.

AFP - Trois explosions simultanées ont fait au moins 21 morts et 141 blessés mercredi soir à Bombay au cours de l'attentat le plus meurtrier dans la capitale financière de l'Inde depuis les sanglantes attaques d'un groupe islamiste en 2008.
              
Les bombes ont explosé dans des quartiers fréquentés, dont deux situés dans le sud de Bombay déjà frappé en novembre 2008 par un commando de dix hommes lourdement armés qui avaient fait 166 morts au terme d'un siège de 60 heures.
              
"C'est une nouvelle attaque au coeur de l'Inde, une nouvelle attaque contre Bombay", a déclaré Prithviraj Chavan, le chef du gouvernement du Maharashtra, dont Bombay est la capitale, ajoutant: c'est un "défi à la souveraineté indienne".
              
Le ministère de l'Intérieur a indiqué qu'au moins 21 personnes avaient été tuées et 141 autres blessées, dont de nombreuses grièvement.
              
Dans un communiqué, le Premier ministre Manmohan Singh a condamné les attentats, appelant la population de Bombay à "rester calme et à montrer un visage uni".
              
Les attentats ont aussi été condamnés à l'étranger, le président américain Barack Obama les qualifiant de "révoltants", tandis que la secrétaire d'Etat Hillary Clinton a annoncé qu'elle maintenait sa visite en Inde prévue la semaine prochaine.
              
Le Conseil de sécurité de l'ONU a "condamné dans les termes les plus forts" les attentats, réaffirmant que "les actes de terrorisme sont criminels et injustifiables, quelle que soit leur motivation".
              
 Le président français Nicolas Sarkozy a "condamné" mercredi "avec la plus grande fermeté la violence lâche et aveugle" des attentats, qualifiés d'actes "barbares" par le chef de la diplomatie française Alain Juppé. Le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague a condamné des "actes de terrorisme déplorables", tandis que le Premier ministre canadien Stephen Harper a "fortement condamné" les attentats.
              
Le ministre indien de l'Intérieur P. Chidambaram a déclaré à la presse à New Delhi qu'il s'agissait d'une "attaque coordonnée par des terroristes", précisant que "toute la ville de Bombay a été placée en état d'alerte".
              
Les deux plus fortes explosions, qui se sont produites à une heure d'affluence, ont frappé un marché de l'or et un quartier abritant des courtiers en diamants ainsi que des bijouteries dans le sud de la ville. Une troisième explosion a touché plus au nord une zone résidentielle de la classe moyenne.
              
Les bombes déclenchées par un minuteur, selon M. Chavan, ont explosé dans un intervalle de 15 minutes à partir de 18H50 locales (13H20 GMT).
              
"Il est clair que les auteurs voulaient toucher le plus de monde possible. De nombreuses personnes ont été blessées", a déclaré à des journalistes un ministre du gouvernement local, Chhagan Bhujbal.
              
M. Chidambaram a convoqué une réunion de haut niveau tandis qu'une équipe des services fédéraux d'investigation a été dépêchée à Bombay.
              
Les attentats n'ont pas été revendiqués, mais les soupçons se portaient sur deux groupes islamistes qui ont déjà frappé en Inde ces dernières années: le groupe des "Moudjahidine indiens" et le Lashkar-e-Taïba (LeT), basé au Pakistan.
              
En 2008, un commando de dix hommes lourdement armés avait semé la mort à Bombay en attaquant plusieurs lieux au coeur de la ville, tels la gare ferroviaire, des hôtels de luxe et un café touristique.
              
L'Inde avait alors accusé le LeT d'avoir orchestré ces attentats, entraînant la suspension des fragiles discussions de paix bilatérales entre New Delhi et Islamabad.
              
Les discussions entre les deux pays rivaux d'Asie du Sud, dotés de la puissance nucléaire, n'ont repris qu'il y a quelques mois. Les chefs de la diplomatie indienne et pakistanaise doivent se rencontrer à New Delhi la dernière semaine de juillet.
              
Des témoins à l'extérieur du bâtiment abritant des courtiers dans le sud de Bombay ont déclaré qu'une voiture piégée avait explosé vers 18H45 (13H15 GMT), au moment où le quartier grouillait d'employés rentrant chez eux.
              
"Il y avait beaucoup de gens gravement blessés. Nous ne savons pas combien sont morts mais c'était une très grosse explosion", a déclaré à l'AFP Nimesh Mehta, 38 ans, qui tient un stand d'alimentation.
              
"C'était une attaque lâche", a témoigné Ravinder Singh, 48 ans. "C'était des innocents, pauvres comme riches".
              
Le dernier attentat en Inde s'est produit en février 2010 à Pune, dans l'ouest du pays. Une explosion avait frappé un restaurant bondé, faisant seize morts.
              
En 2006, une série de sept puissantes explosions dans des trains de banlieue à Bombay avaient tué 187 passagers et fait 800 blessés, des attaques dans lesquelles l'Inde avait aussi vu la main de groupes rebelles basés au Pakistan.
 

Première publication : 13/07/2011

  • LIVEBLOGGING

    Plusieurs explosions frappent la ville de Bombay

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)