Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Moyen-orient

La Ligue arabe va soumettre la demande d'adhésion d'un État palestinien à l'ONU

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/07/2011

Nabil al-Arabi, le chef de l'organisation panarabe, a annoncé jeudi que la Ligue arabe soumettrait la demande d'adhésion des Palestiniens aux Nations unies. Le comité avait demandé aux Américains de revenir sur leur décision d'opposer un veto.

AFP - La demande d'adhésion des Palestiniens aux Nations unies sera soumise par la Ligue arabe, a annoncé jeudi à Doha, le chef de l'organisation panarabe, Nabil al-Arabi.

"Le Comité de suivi arabe a décidé de s'adresser aux Nations unies pour demander une reconnaissance de l'Etat palestinien", a déclaré à la presse le secrétaire de la Ligue arabe.

M. Arabi donnait lecture d'un communiqué sanctionnant une réunion du comité de suivi arabe qui s'est réuni en présence du président palestinien Mahmoud Abbas et sous la présidence du Qatar.

Le comité a pris l'engagement de travailler pour "assurer un soutien international à une reconnaissance d'un Etat palestinien dans les limites des frontières de 1967 et ayant pour capitale Jérusalem-Est".

Le négociateur palestinien Saëb Erakat a déclaré à l'AFP en marge de la réunion que "117 pays reconnaissent déjà l'Etat palestinien" et que la rencontre de Doha va tenter d'élargir cette reconnaissance.

Nabil Abou Roudeina, porte-parole de M. Abbas, a pour sa part affirmé que les Palestiniens sont déterminés à obtenir une reconnaissance d'un Etat palestinien "avec ou sans veto américain".

Mercredi, M. Erakat a appelé, au nom des Palestiniens, les Etats-Unis à revenir sur leur décision d'opposer un veto à l'adhésion d'un Etat de Palestine.

Il a par ailleurs jugé vaine toute reprise des pourparlers sans acceptation par Israël des lignes de 1967 comme base de négociations, comme l'a énoncé en mai le président américain Barack Obama.

"A la suite de la réunion du Quartette (lundi à Washington) nous avons exhorté les Etats-Unis à revoir, réexaminer, reconsidérer leur position à l'égard de notre tentative d'obtenir l'adhésion de la Palestine à l'ONU", a-t-il indiqué lors d'un point de presse à Ramallah en Cisjordanie.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon et les chefs de la diplomatie américaine Hillary Clinton, russe Sergueï Lavrov et de l'Union européenne Catherine Ashton ont renoncé à publier une déclaration après la réunion de leurs conseillers en raison de l'écart entre les parties, selon Washington.

"Les Américains nous ont dit à maintes reprises qu'ils utiliseraient leur veto au Conseil de sécurité contre notre demande d'adhésion et nous avons été prévenus que si nous poursuivions dans cette voie à l'Assemblée générale de l'ONU, il y aurait des conséquences", a ajouté M. Erakat.

"Sans l'approbation du Conseil de sécurité, nous ne pouvons obtenir l'adhésion via l'Assemblée générale, que nous recueillions deux tiers des voix ou même 100%. Ce que l'on peut obtenir de l'Assemblée générale, c'est une résolution qui élèvera notre statut à l'ONU d'observateur à Etat non membre", a-t-il reconnu.

"Nous voulons entendre de la bouche du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu +j'accepte le principe de deux Etats sur les lignes de 1967+", a dit M. Erakat, estimant toute reprise des pourparlers inutile sans cette référence, soutenue par la communauté internationale.

Première publication : 14/07/2011

  • PROCHE-ORIENT

    Israël dresse une liste de militants pro-palestiniens "indésirables" sur son sol

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Des centaines de pro-Palestiniens attendus de pied ferme à l'aéroport de Tel Aviv

    En savoir plus

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    La finalisation du gouvernement d'union entre le Fatah et le Hamas reportée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)