Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Irak : des milices sunnites aident les Peshmergas à lutter contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : un accord introuvable ? (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : un accord introuvable ? (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Nigeria souhaite bonne chance à Buhari"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Moriarty, l'alchimie gagnante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les mots vides"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Prise d'otage sanglante à Istanbul

En savoir plus

FOCUS

Iran - Oman : avec les contrebandiers du détroit d'Ormuz

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

François Hollande maintient le cap malgré la claque électorale

En savoir plus

FRANCE

Air Algérie : quatrième jour de grève et toujours aucune perspective de solution

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/07/2011

Malgré quelques vols de remplacement, des milliers de vacanciers devant voyager avec Air Algérie sont toujours bloqués en Europe, ce jeudi, alors que le personnel navigant de la compagnie est entré dans son quatrième jour de grève.

AFP - Des vols de remplacement ont permis d'acheminer jeudi une partie des milliers de vacanciers bloqués en France par la grève des navigants d'Air Algérie, qui perdurait pour le quatrième jour consécutif sans signe d'une issue au conflit.

Comme depuis le début de la semaine, les six vols d'Air Algérie prévus jeudi au départ d'Orly ont été annulés, tout comme les deux vols prévus au départ de Roissy-CDG, selon une source aéroportuaire. Même chose pour cinq des six vols prévus à Marseille et les quatre vols prévus à Lyon.

Dans une première déclaration sur cette crise, le Premier ministre algérien, Ahmed Ouyahia, a annoncé jeudi que son équipe avait donné des instructions pour "l'affrètement d'un plus grand nombre d'avions" pour acheminer les voyageurs. Il a également appelé à l'ouverture du dialogue entre les 900 stewards et hôtesses de l'air en grève et la direction d'Air Algérie.

Le PDG d'Air Algérie, Mohamed Salah Boultif, s'est déclaré au même moment "ouvert au dialogue" si le personnel reprend le travail. "Tout est discutable, même pour le personnel licencié", a-t-il dit, sans préciser le nombre d'hôtesses de l'air et stewards licenciés. La presse les situait entre 20 et 46 sur 900.

M. Boultif a regretté que d'ultimes discussions durant la nuit n'aient rien donné car les grévistes "maintiennent leur position initiale des 106%" d'augmentation. Il ne leur propose, eu égard à la situation financière de la compagnie, que 20%.

A Orly, pour certains voyageurs cloués au sol depuis le début de la semaine, l'espoir de partir s'est enfin concrétisé: un avion turc affrété par Air Algérie a décollé pour Alger à 11H30, avec à son bord 323 passagers "prioritaires".

"On espère qu'il y aura suffisamment de relais d'équipage pour qu'il fasse une deuxième rotation dans la journée", a affirmé une responsable de l'encadrement d'Air Algérie.

Un autre avion de la compagnie aérienne algérienne est parti vers 15H00 pour Tlemcen, avec 144 passagers, avant qu'un vol Air France, d'une capacité de 151 sièges affrété par Air Algérie, ne décolle à 16H00 pour Alger. Aigle Azur a annoncé un vol de 224 passagers pour Alger à 22H00.

A l'aéroport de Toulouse-Blagnac, deux vols étaient prévus vers Oran et Alger.

En visite à Orly mercredi soir, le ministre chargé des Transports, Thierry Mariani, a affirmé que la France ne se mêlerait pas de la grève "totalement imprévue" à Air Algérie mais qu'elle veillerait à ce que "les passagers soient les moins pénalisés" en ce 14 juillet.

Des centaines de passagers ont encore dormi dans la nuit de mercredi à jeudi à l'aéroport d'Orly, transformé en dortoir et où régnaient jeudi matin fatigue et exaspération.

En début de matinée, des employés de la compagnie invitaient les passagers prioritaires --dont les vols étaient prévus lundi, mardi ou mercredi-- à s'enregistrer aux comptoirs d'embarquement.

"Les enfants sont fatigués. On est là depuis 05H00 du matin hier (mercredi)", lance une dame. "Laissez passer. On a des bébés d'un mois", s'énerve un passager. "Ils arrivent à gâcher les vacances des gens alors qu'on paye cher, très cher", regrette Fatma Houari.

A Lyon, quelque 200 personnes ont passé la nuit dans les hôtels proches de l'aéroport, aux frais d'Air Algérie. Environ 60 personnes, dont des enfants, ont dormi à l'aérogare.

Première publication : 14/07/2011

  • TRANSPORTS - REPORTAGE

    Grève à Orly : "Air Algérie se moque vraiment de nous"

    En savoir plus

  • TRANSPORTS

    Le conflit d'Air Algérie s'enlise, exaspération des passagers

    En savoir plus

  • TRANSPORT

    Un mouvement de grève à Air Algérie bloque une centaine de passagers à Orly

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)