Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

Afrique

Abdoulaye Wade propose une élection présidentielle anticipée

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/07/2011

Lors d'un discours prononcé à Dakar jeudi, le président sénégalais a proposé à l'opposition la tenue d'une élection présidentielle anticipée, dans un souci de cohésion sociale. Le pays a fait face à de violentes émeutes en juin.

AFP - Le président sénégalais Abdoulaye Wade a proposé jeudi à l'opposition d'organiser une élection présidentielle anticipée, la date normalement prévue du premier tour étant fixée au 26 février 2012.
              
Si "l'opposition est pressée et certaine" de l'emporter, "je peux envisager une élection présidentielle anticipée, si cela est nécessaire pour la cohésion sociale et la concorde nationale", a déclaré M. Wade lors d'un discours prononcé à Dakar devant les membres de son gouvernement et des élus.
              
Il a indiqué que la constitution prévoit l'organisation d'une présidentielle anticipée dans un délai "de 60 jours maximum et de 40 jours minimum". "Si l'opposition le veut, dans 40 jours nous pouvons faire une élection", a-t-il dit, tout en affirmant qu'il restait "attaché au respect du calendrier".
              
"Si à l'issue d'élection anticipée, le peuple confie le pouvoir à un autre que moi, je le féliciterai: mais dans les deux cas (anticipée ou calendrier prévu) je crains que le vainqueur ne soit un autre que moi", a-t-il ajouté sous les applaudissements d'une audience qui lui était acquise.
              
"J'entrerai dans l'arène et je gagnerai", a-t-il ajouté en dénonçant l'opposition qui "a fait le tour des chefs religieux" et est allée dire en Europe que sa candidature "serait source d'instabilité".
              
Il s'est néanmoins déclaré "prêt à entamer un dialogue qui n'exclut aucun sujet" et même "à associer l'opposition à l'exercice du pouvoir". Il s'agit "d'une volonté d'ouverture et non d'une obligation", a affirmé M. Wade en soulignant que son objectif était d'aboutir à "des élections apaisées".
              
Son discours intervient trois semaines après des émeutes qui avaient fait une centaine de blessés le 23 juin.
              
Elles s'étaient produites alors que l'Assemblée nationale examinait un projet de loi controversé du chef de l'Etat visant à faire élire au scrutin de 2012 un président et un vice-président avec un minimum de 25% des voix au premier tour.
              
Sous la pression de la rue et des critiques à l'étranger, le texte a finalement été retiré.
              
D'autres émeutes avaient suivi quatre jours plus tard, des habitants de Dakar et de la banlieue, excédés par les innombrables coupures de courant, ayant incendié plusieurs bâtiments publics, dont ceux de la Société nationale d'électricité (Sénélec).

Première publication : 15/07/2011

  • SÉNÉGAL

    Hissène Habré, en ligne de mire de la justice belge depuis une décennie

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    Robert Bourgi confirme que le fils du président Wade a demandé l'intervention de l'armée française

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    "De la lassitude, les Sénégalais passent à la contestation directe"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)