Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

FRANCE

Le feu d'artifice et le concert sur le Champs-de-Mars ont attiré plus de 500 000 personnes

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/07/2011

Les festivités organisées à Paris à l'occasion de la fête nationale française se sont achevées par un feu d'artifice tiré depuis les jardins du Trocadéro. Le concert organisé par SOS Racisme sur le Champ-de-Mars a rassemblé 500 000 personnes.

AFP - Entre 500.000 et un million de personnes ont assisté jeudi soir au concert gratuit organisé par SOS Racisme sur le Champ-de-Mars à Paris, puis au feu d'artifice du 14 juillet, ont constaté des journalistes de l'AFP.

500.000 spectateurs, selon la Préfecture de Police, se sont rassemblées sur le Champ de Mars pour le concert, qui a duré plus de quatre heures. Ils étaient 8.000 sur le Trocadéro pour assister au feu d'artifice, qui a commencé vers 23H00 et a duré plus d'une demi-heure.

Ce spectacle pyrotechnique a été tiré depuis le pont d'Iéna et les jardins du Trocadéro avec, pour cette année, un thème dédié aux "Comédies musicales, de Broadway à Paris", ont annoncé les organisateurs. Il a été conçu par David Proteau.

"J'avais entendu parler du feu d'artifice à Paris, c'est merveilleux, c'est un spectacle magique, on est heureux d'assister à ce spectacle stupéfiant", s'est réjouie Katya Koversyuk, une touriste russe traduisant le sentiment général de sa famille.

"Ca fait plaisir de voir du monde heureux célébrer le 14 juillet, de voir tous ces gens qui font la fête comme ça", a déclaré à l'AFP Hocine Seddik, un jeune Algérien de 28 ans de Béjaïa, en vacances en France.

Plus tôt, lors du concert, Dominique Sopo, le président de SOS Racisme, s'était réjoui: "regardez ce Champ-de-Mars proche du million de personnes".

"Ces derniers temps, nous avons été soumis à des paroles de haine, de stigmatisation. Non, il n'y a pas de citoyens de seconde zone. (...) La France c'est nous, la France c'est vous, n'en déplaise à ces démagogues", a-t-il ajouté.

Evoquant l'élection présidentielle de 2012, Dominique Sopo a souligné que "ce concert est un point de départ pour la mobilisation citoyenne", afin que "l'égalité soit au coeur de la préoccupation des candidats, pas la stigmatisation ou la division".

Eva Joly (EELV), qui a remporté mardi l'investiture écologiste pour 2012 et les deux candidats les mieux placés dans la course des primaires du PS, Martine Aubry et François Hollande, sont venus au concert. Roselyne Bachelot, ministre des Solidarités, ou encore le président du Parti radical, Jean-Louis Borloo, étaient également attendus.

A 18H00 précises, le rappeur Big Ali avait ouvert le concert, accompagné de vidéos de SOS Racisme depuis sa création en 1984, tandis que des mains jaunes où est tracé le slogan "Touche pas à mon pote", symboles de l'association, étaient brandies dans le public avec des ballons rouges en forme de coeur.

Au fond, la scène des enfants tenaient une banderole sur laquelle était inscrit "la France, c'est nous". Yannick Noah, Nolwenn Leroy, Soprano, Benabar, Kassav', Nèg'Marrons, Abd Al Malik, Idir: une vingtaine d'artistes se sont succédé.

Avec cet événement, SOS Racisme et la soixantaine d'associations à ses côtés entendent "réunir tous ceux qui, face à une ambiance lourde, faite de libération de la parole raciste et de la stigmatisation de plus en plus décomplexée de fractions croissantes de la population, sont attachés au vivre-ensemble et refusent de voir se construire une société de haine de l'autre, de la méfiance, de la peur, de l'aigreur".

Le concert est la suite logique de la campagne "La France, c'est nous", lancée en 2010 par SOS Racisme en réaction au débat sur l'identité nationale initié par Eric Besson, alors ministre de l'Immigration et de l'Identité nationale. Une pétition baptisée "Touche pas à ma nation", lancée par l'association, a reçu 80.000 signatures.

 

Première publication : 15/07/2011

  • FRANCE

    Un 14-Juillet endeuillé après la mort de soldats en Afghanistan

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'Outre-mer à l'honneur du traditionnel défilé du 14-juillet

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)