Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • En direct : le "non" à l'indépendance de l'Écosse remporte 55,3 % des voix

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • À Washington, Petro Porochenko réclame et obtient plus de soutien des États-Unis

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

Economie

Standards & Poor's menace à son tour d'abaisser la note américaine

Vidéo par Noémie ROCHE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/07/2011

Standard & Poor's a annoncé jeudi que la note de solvabilité financière des États-Unis pourrait être abaissée sous trois mois. Cette annonce fait suite à la déclaration de Moody's, mardi, de revoir à la baisse leur "triple A".

AFP - L'agence de notation financière Standard and Poor's a averti jeudi qu'elle envisageait d'abaisser la note de solvabilité financière des Etats-Unis en raison de l'impasse des négociations politiques destinées à éviter un défaut de paiement du pays.
              
"Nous pensons maintenant que nous pourrions abaisser les notes des Etats-Unis sous trois mois", écrit S&P dans un communiqué, faisant référence à la note qu'elle accorde à la dette publique à long terme de l'Etat fédéral américain et qui est la meilleure possible, AAA.
              
Cette décision "reflète deux problèmes séparés mais liés", écrit l'agence.
              
"Le premier problème est l'incapacité persistante à relever le plafond de la dette publique américaine de façon à permettre à l'Etat fédéral d'assurer les paiements prévus liés à ses obligations sur la dette", indique le communiqué.
              
"Le second a trait à notre opinion actuelle sur la probabilité que le Congrès et le gouvernement se mettent d'accord dans un avenir proche sur un plan crédible de rééquilibrage des finances budgétaires à moyen terme", ajoute l'agence.
              
Sa concurrente Moody's avait annoncé avant elle, mardi, qu'elle envisageait d'abaisser le "triple A" des Etats-Unis pour des raisons similaires.
              
Réagissant à l'annonce de S&P, le département du Trésor a réaffirmé que cela mettait "de nouveau en évidence ce que le gouvernement Obama répète depuis un certain temps: que le Congrès doit agir sans délai pour éviter un défaut de paiement sur les obligations du pays et pour adopter un plan de réduction du déficit crédible qui dispose d'un soutien bipartite".
    

          
A l'issue d'une cinquième séance de négociations infructueuses à la Maison Blanche entre le président Barack Obama et les responsables parlementaires pour obtenir un relèvement du plafond de la dette, plusieurs élus ont indiqué qu'il n'y aurait pas de nouvelle réunion vendredi.
              
Fixée par le Congrès à 14.294 milliards de dollars, la limite supérieure de la dette a été atteinte à la mi-mai. Le Trésor use depuis lors d'expédients pour assurer le fonctionnement de l'Etat sans augmenter l'endettement du pays mais a prévenu que ceux-ci seraient épuisés le 2 août et que les Etats-Unis se retrouveraient alors rapidement en défaut de paiement, faute de pouvoir emprunter.
              
Démocrates et républicains ne parviennent pas à s'entendre pour relever le plafond, les seconds exigeant en échange de leur accord des réductions budgétaires, sans hausse d'impôts, d'une ampleur que les démocrates ne sont pas prêts à accepter.
              
Avant même l'avertissement de S&P, le président de la banque centrale des Etats-Unis (Fed), Ben Bernanke, avait exhorté jeudi les élus américains à ne pas "se tirer une balle dans le pied" en faisant la sourde oreille aux menaces des agences de notation.
              
Alors que la reprise de l'économie américaine ne se poursuit qu'à un rythme très lent et que le chômage reste élevé, M. Bernanke a averti que la perte du "triple A" des Etats-Unis entraînerait "une hausse des taux d'intérêt, de l'incertitude" et "assurément" une hausse du chômage.
              
Il a appelé lui aussi les élus à relever sans délai le plafond de la dette et à "mettre en oeuvre une politique crédible de stabilisation des finances publiques et de réduction du déficit".

Première publication : 15/07/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Moody's met son grain de sel dans la cuisine budgétaire américaine

    En savoir plus

  • ETATS-UNIS

    La tension monte entre Obama et les républicains sur fond de dette américaine

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    L’ombre grecque plane-t-elle sur la dette américaine ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)