Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG neutralisé par l'Ajax

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

Moyen-orient

"Nous n'avons pas viré Moubarak pour avoir une dizaine d'autres militaires à la place !"

Texte par Sonia DRIDI

Dernière modification : 16/07/2011

Cinq mois après la chute d'Hosni Moubarak, des milliers d'Égyptiens restent mobilisés place Tahrir, au Caire, dénonçant la lenteur du programme de transition et la corruption du Conseil suprême des forces armées (CSFA). Reportage.

"Nous sommes l'armée !". Cette phrase résonne dans la bouche de nombreux révolutionnaires interrogés sur leur lien avec l'institution. Le respect historique des Égyptiens pour leurs militaires demeure intacte mais les critiques envers le Conseil suprême des forces armées (CSFA), au pouvoir depuis la chute d'Hosni Moubarak le 11 février dernier, vont crescendo.

Sous une tente située place Tahrir, Hossam et Ziad, deux étudiants de 19 et 20 ans, tiennent à souligner la différence entre l'armée "dont les soldats, pendant la révolution, pleuraient et nous suppliaient de partir pour ne pas avoir à nous tirer dessus" et le CSFA "corrompu, qui torture des manifestants depuis des mois".

Les jeunes militants, qui campent sur le célèbre rond-point depuis une semaine déjà, reprochent aux généraux au pouvoir la lenteur des poursuites contre les membres de l'ancien régime. Comme des milliers de manifestants, ils réclament la chute du maréchal Tantaoui, autrefois adulé pour avoir refusé de tirer sur la foule pendant la révolution du 25 janvier.

Hossam craint que le procès de l'ex-raïs, prévu le 3 août, soit reporté : "Moubarak et Tantaoui travaillent ensemble depuis des années, il y a beaucoup de pression sur l'armée pour que Moubarak ne soit pas jugé".

En ce vendredi "du dernier avertissement", ils étaient des milliers à scander "maréchal dit la vérité, Moubarak est ton ami !"

Shaheen, 23 ans, soupçonne l'armée de "retourner les médias égyptiens contre les révolutionnaires, des radios et télévisions accusent par exemple les manifestants d'être instrumentalisés par des pays étrangers". Selon lui, "c'est leur plus grande arme".

Une autre tente attire l'attention des révolutionnaires, celle de la dizaine de manifestants ayant entamé une grève de la faim.

Rasha Yosri, 24 ans, ne se nourrit plus depuis mercredi. Elle veut faire entendre sa voix : "en Égypte, nous n'avons pas l'impression que les gens ont de la valeur. Les généraux sont comme des animaux, ils ne tiennent pas compte de nos sentiments". L'étudiante en psychologie réclame, entre autres, la fin des tribunaux militaires pour les civils.

Ahmed Al Oraby, 25 ans, membre du parti "Al-Karama"(parti nassérien), ne fait pas confiance aux militaires "qui ont trop d'intérêts dans le pays". Le jeune agronome explique : "ils ont des entreprises, des fermes, ils contrôlent 40 % de l'économie égyptienne! Ils vont perdre beaucoup s'ils transmettent le pouvoir au civil!".

Mais le peuple maintient la pression sur les généraux du CSFA, "des étudiants d'Hosni Moubarak", selon une militante.

Les élections législatives, initialement prévues en septembre prochain, pourraient être reportées d'un mois ou deux selon une source militaire. Une annonce qui a plutôt provoqué de la frustration chez les manifestants rencontrés sur la place révolutionnaire.

Ahmed, un ingénieur de 30 ans, s'insurge "nous n'avons pas viré Moubarak pour avoir une dizaine d'autres militaires à la place!"





 

Première publication : 16/07/2011

  • ÉGYPTE

    Les élections législatives de septembre reportées

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Insatisfaits, les manifestants de la place Tahrir restent mobilisés

    En savoir plus

  • INTERNET

    Égyptiennes et Libanaises en cyber-lutte contre le harcèlement sexuel

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)