Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

Moyen-orient

"Nous n'avons pas viré Moubarak pour avoir une dizaine d'autres militaires à la place !"

Texte par Sonia DRIDI

Dernière modification : 16/07/2011

Cinq mois après la chute d'Hosni Moubarak, des milliers d'Égyptiens restent mobilisés place Tahrir, au Caire, dénonçant la lenteur du programme de transition et la corruption du Conseil suprême des forces armées (CSFA). Reportage.

"Nous sommes l'armée !". Cette phrase résonne dans la bouche de nombreux révolutionnaires interrogés sur leur lien avec l'institution. Le respect historique des Égyptiens pour leurs militaires demeure intacte mais les critiques envers le Conseil suprême des forces armées (CSFA), au pouvoir depuis la chute d'Hosni Moubarak le 11 février dernier, vont crescendo.

Sous une tente située place Tahrir, Hossam et Ziad, deux étudiants de 19 et 20 ans, tiennent à souligner la différence entre l'armée "dont les soldats, pendant la révolution, pleuraient et nous suppliaient de partir pour ne pas avoir à nous tirer dessus" et le CSFA "corrompu, qui torture des manifestants depuis des mois".

Les jeunes militants, qui campent sur le célèbre rond-point depuis une semaine déjà, reprochent aux généraux au pouvoir la lenteur des poursuites contre les membres de l'ancien régime. Comme des milliers de manifestants, ils réclament la chute du maréchal Tantaoui, autrefois adulé pour avoir refusé de tirer sur la foule pendant la révolution du 25 janvier.

Hossam craint que le procès de l'ex-raïs, prévu le 3 août, soit reporté : "Moubarak et Tantaoui travaillent ensemble depuis des années, il y a beaucoup de pression sur l'armée pour que Moubarak ne soit pas jugé".

En ce vendredi "du dernier avertissement", ils étaient des milliers à scander "maréchal dit la vérité, Moubarak est ton ami !"

Shaheen, 23 ans, soupçonne l'armée de "retourner les médias égyptiens contre les révolutionnaires, des radios et télévisions accusent par exemple les manifestants d'être instrumentalisés par des pays étrangers". Selon lui, "c'est leur plus grande arme".

Une autre tente attire l'attention des révolutionnaires, celle de la dizaine de manifestants ayant entamé une grève de la faim.

Rasha Yosri, 24 ans, ne se nourrit plus depuis mercredi. Elle veut faire entendre sa voix : "en Égypte, nous n'avons pas l'impression que les gens ont de la valeur. Les généraux sont comme des animaux, ils ne tiennent pas compte de nos sentiments". L'étudiante en psychologie réclame, entre autres, la fin des tribunaux militaires pour les civils.

Ahmed Al Oraby, 25 ans, membre du parti "Al-Karama"(parti nassérien), ne fait pas confiance aux militaires "qui ont trop d'intérêts dans le pays". Le jeune agronome explique : "ils ont des entreprises, des fermes, ils contrôlent 40 % de l'économie égyptienne! Ils vont perdre beaucoup s'ils transmettent le pouvoir au civil!".

Mais le peuple maintient la pression sur les généraux du CSFA, "des étudiants d'Hosni Moubarak", selon une militante.

Les élections législatives, initialement prévues en septembre prochain, pourraient être reportées d'un mois ou deux selon une source militaire. Une annonce qui a plutôt provoqué de la frustration chez les manifestants rencontrés sur la place révolutionnaire.

Ahmed, un ingénieur de 30 ans, s'insurge "nous n'avons pas viré Moubarak pour avoir une dizaine d'autres militaires à la place!"





 

Première publication : 16/07/2011

  • ÉGYPTE

    Les élections législatives de septembre reportées

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Insatisfaits, les manifestants de la place Tahrir restent mobilisés

    En savoir plus

  • INTERNET

    Égyptiennes et Libanaises en cyber-lutte contre le harcèlement sexuel

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)