Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Russie sanctionnée

En savoir plus

DÉBAT

Moscou sanctionnée par l'UE : Poutine peut-il plier ?

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

En savoir plus

SUR LE NET

Conflit à Gaza : des célébrités créent la polémique

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : l'Aïd sur fond de guerre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Punition collective"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les Français de l'armée israélienne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si on commence à accueillir toute la misère du monde..."

En savoir plus

  • Gaza : courte trêve après un raid meurtrier sur une école de l’ONU

    En savoir plus

  • Nemmouche inculpé pour “assassinat dans un contexte terroriste”

    En savoir plus

  • Paris évacue des ressortissants français et britanniques de Libye

    En savoir plus

  • Transferts : deux champions du monde français signent en Inde

    En savoir plus

  • Le Hamas diffuse la vidéo d'une opération commando meurtrière en Israël

    En savoir plus

  • Le grand bond en avant de la croissance américaine

    En savoir plus

  • Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

    En savoir plus

  • "Exodus" : la superproduction biblique 100 % héros blancs

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • À Benghazi, une importante base militaire tombe aux mains des islamistes

    En savoir plus

  • Troisième mission de l'année réussie pour une Ariane 5

    En savoir plus

  • Bousculade meurtrière lors d'un concert à Conakry

    En savoir plus

  • Après l'Union européenne, les États-Unis sanctionnent à leur tour la Russie

    En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • L'"oiseau" qui murmurait à l'oreille de Maduro que Chavez "est heureux"

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

FRANCE

Eva Joly attaquée sur ses origines après avoir critiqué le défilé du 14-Juillet

Vidéo par France 3

Texte par Steven JAMBOT

Dernière modification : 22/07/2011

Pour avoir proposé de remplacer la parade militaire du 14-Juillet par "un défilé citoyen", la candidate d'Europe Écologie-Les Verts à la présidentielle de 2012, s'attire les foudres de la classe politique et se retrouve attaquée sur sa binationalité.

En proposant de remplacer le défilé militaire du 14-Juillet par un "défilé citoyen", Eva Joly ne s’attendait sans doute pas à déclencher tant de réactions. L'ex-magistrate a touché à l’un des symboles forts de la République française. Le 14-Juillet est en effet l’anniversaire de la Fête de la Fédération de 1790. Un an jour pour jour après la prise de la Bastille, les députés français avaient voulu marquer par une fête la réconciliation et l’unité de tous les Français.

J'ai rêvé que nous puissions remplacer ce défilé (militaire) par un défilé citoyen où nous verrions les enfants des écoles, où nous verrions les étudiants, où nous verrions aussi les seniors défiler dans le bonheur d'être ensemble, de fêter les valeurs qui nous réunissent.

Eva Joly, candidate d'Europe Écologie-Les Verts à l'élection présidentielle de 2012

Dur de toucher à ce symbole et pourtant la candidate d’Europe Écologie-Les Verts à l’élection présidentielle de 2012 ne faisait que reprendre une proposition de son parti. En 2010, les Verts avaient déjà appelé Nicolas Sarkozy à supprimer le défilé militaire du 14-Juillet, dénonçant un "gaspillage financier" et une "aberration écologique". Ils proposaient que l'argent soit accordé à des "rassemblements populaires" dans toute la France.

Avant Eva Joly et les Verts, l’humaniste Théodore Monod avait déjà critiqué le défilé du 14-Juillet et refusé publiquement une invitation du président François Mitterrand à assister à la parade militaire en 1988. Il écrivait alors : "Je continue à nourrir le vivant espoir que le jour viendra où la fête nationale ne sera plus seulement militaire et verra défiler aussi les bûcherons, les cheminots, les mineurs, les instituteurs, les infirmiers, et plus uniquement les hommes de guerre." Monod souhaitait aussi que le refrain de l’hymne national français, la Marseillaise, ne soit plus "sanguinaire et raciste".

Certains s’étaient risqués à attaquer la Marseillaise : la femme politique Christine Boutin ou encore l’abbé Pierre. D'autres l'avaient détourné à l'instar de Serge Gainsbourg et sa version reggae de l'hymne national.

Faux-pas présumé contre coup-bas avéré

Les éditorialistes et commentateurs, dans la presse et sur les blogs, ont tenté d’analyser la "sortie" d’Eva Joly, faite alors que l’on apprenait la mort de six soldats français en Afghanistan.

Certains blogueurs de droite, comme Emery Doligé, se félicitent que les propos de la candidate d’EE-LV aient été condamnés à droite comme à gauche : "Quand les symboles de la France sont attaqués, l'unité nationale se fait. Heureusement." Le blogueur de gauche Vogelsong ne voit pas, de son côté, ce que l’on pourrait reprocher à Eva Joly : "C’est à la France éternelle et fantasmatique qu’elle a eu l’outrecuidance de s’attaquer. Et l’un de ses rites exhibitionnistes."

Dans la presse, le débat fait rage aussi. Le Parisien-Aujourd’hui en France titre sur "le faux pas d'Eva Joly", évoquant son "premier couac" de candidate tandis que dans le Figaro, Yves Thréard qualifie Eva Joly de "Madame Sans-Gêne (...) persuadée d’être dans l’humeur de l’époque, celle des indignés de tout poil". À la Une, "Eva Joly, le cactus du PS". Le quotidien de gauche, Libération préfère s'attarder sur "le coup bas de Fillon" et dénonce, sous la plume de Vincent Giret, "le torrent de boue soulevé par [des] propos plutôt anodins". En cause, les propos du Premier ministre, François Fillon, qui, en voyage en Côte d'Ivoire, s'est aventuré sur le débat de la binationalité d'Eva Joly : "Je pense que cette dame n'a pas une culture très ancienne de la tradition française, de l'histoire française et des valeurs françaises".

Le retour du débat sur l’identité nationale ?

Eva Joly se trouve être la première candidate à l’élection présidentielle française disposant d’une double nationalité. "Pour l’opinion, jusqu’au scrutin, elle doit apparaître "étrangère" au concept de France", analyse Vogelsong sur son blog.

"Tout cela ne sent pas bon. On retrouve cette petite odeur de renfermé, celle-là même qui flottait pendant le débat sur l'identité nationale", estime Pascal Riché, rédacteur en chef de Rue89. Un débat sur l’identité nationale, lancé en 2008 par Eric Besson, ministre de l’Immigration, voulu par Nicolas Sarkozy, et qui s’est transformé en séminaire gouvernemental infécond.

Eva Joly, d’origine norvégienne, a acquis la nationalité française en 1967 en se mariant avec un Français. "Est-ce que l'on va reprocher à Madame Carla Bruni-Sarkozy sa double nationalité ?", se demande Daniel Cohn-Bendit, député européen (EELV) dans le Parisien de samedi.

La double nationalité pose sans doute problème au sein d'une partie de l'UMP. Ces dernières semaines, l’aile la plus dure de la Majorité présidentielle a fait savoir qu’elle souhaitait obliger tout nouveau Français à renoncer à sa nationalité d'origine. L’Élysée a pour l’instant accusé une fin de non-recevoir. Aucun député n’a jusque-là évoqué la possibilité de présenter un projet de loi empêchant les binationaux de se présenter à l’élection présidentielle. Peut-être le député Tardy qui dans un tweet écrit tout de go : "Il est temps pour elle de retourner en Norvège."

 

Première publication : 16/07/2011

  • FRANCE

    Les propos d'Eva Joly sur la suppression du défilé du 14-Juillet provoquent un tollé

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE 2012

    Eva Joly sera la candidate d'Europe Écologie-Les Verts dans la course à l'Élysée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)