Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Les mythes fracassés de la présidence Hollande"

En savoir plus

SUR LE NET

Les drones, des jouets qui peuvent être dangereux

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile témoigne de la tempête de neige aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Le nucléaire iranien et Jérusalem sous tension après l’attaque contre une synagogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les filières jihadistes en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

Amériques

Pékin demande à Obama de renoncer à sa rencontre avec le dalaï-lama

Vidéo par Natacha VESNITCH

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/07/2011

Pékin a exhorté Barack Obama à renoncer à la rencontre avec le dalaï-lama prévue ce samedi à la Maison-Blanche, à Washington, condidérant que cela pourrait être préjudiciable aux relations bilatérales entre la Chine et les États-Unis.

AFP - La Chine a demandé samedi au président américain Barack Obama d'annuler sa décision de recevoir le dalaï lama, prise quelques heures plus tôt, considérant que Washington remet ainsi en question son intégrité territoriale et sa souveraineté sur le Tibet.
              
Dès l'annonce de la nouvelle, le ministère et l'ambassade chinoise aux Etats-Unis ont "formellement protesté" contre la décision de M. Obama, selon un communiqué du porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hong Lei.

Pékin demande à Washington "d'annuler immédiatement sa décision d'arranger une rencontre entre le président Obama et le dalaï lama", a déclaré M. Hong, rappelant aux Etats-Unis qu'ils reconnaissent la souveraineté chinoise sur le Tibet.
              
La Chine demande instamment aussi aux Etats-Unis de ne pas "interférer dans les affaires intérieures chinoises" et de ne rien faire qui soit susceptible de "nuire aux relations sino-américaines".
              
Pour le gouvernement chinois, "la question tibétaine relève de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de la Chine", rappelle le porte-parole chinois.
              
Le chef spirituel des Tibétains, qui a quitté son pays en 1959 après l'échec d'un soulèvement contre la présence chinoise, assure qu'il ne réclame pour le Tibet qu'une autonomie réelle. Mais Pékin accuse le dalaï lama de rechercher l'indépendance du "Toit du monde".
              
Des négociations engagées épisodiquement entre des émissaires du gouvernement tibétain en exil à Dharamsala (Inde) et des représentants de Pékin sur l'avenir du Tibet n'ont débouché sur rien.
              
Selon la présidence américaine, M. Obama soulignera "son soutien durable au dialogue entre les représentants du dalaï lama et le gouvernement chinois afin de résoudre leurs divergences".
              
"Nous sommes fermement opposés à ce qu'un quelconque responsable politique étranger rencontre le dalaï lama sous quelque forme que ce soit", souligne pour sa part le communiqué de Pékin.
              
La Maison Blanche a pourtant pris des précautions en organisant la rencontre non pas dans le Bureau ovale où les présidents américains reçoivent les chefs d'Etat, mais dans la Salle des cartes, et à l'écart du regard des médias.
              
M. Obama avait reçu le dalaï lama l'an dernier, suscitant déjà la colère de Pékin.
              
La rencontre de samedi survient à un moment délicat dans les relations entre les deux puissances du Pacifique, marqué par la tension en mer de Chine méridionale opposant Pékin à cinq autres pays de la région.
              

 

Première publication : 16/07/2011

  • TIBET

    Le dalaï-lama annonce sa retraite politique

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Obama salue le combat du dalaï-lama et exprime son "fort soutien"

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Le dalaï-lama pris à parti dans le jeu sino-américain

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)