Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Péninsule coréenne : la diplomatie des Jeux olympiques fait "fondre la glace"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Aux États-Unis, l'ardoise fiscale s’alourdit pour Apple

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Sommet franco-britannique : la "diplomatie du tapis"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Notre-Dame-des-Landes : le gouvernement abandonne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Éthiopie : Merera Goudina libéré de prison

En savoir plus

LE DÉBAT

Notre-Dame-des-Landes : le choix de la raison ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Notre-Dame-des-Landes : le choix de la raison ? (Partie 1)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Un an de présidence Trump : retour sur 365 jours de tweets

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Obiang : "La tentative de coup d'État en Guinée équatoriale a commencé en France"

En savoir plus

FRANCE

Les candidats à la primaire socialiste sur le pont... à Avignon

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/07/2011

De Manuel Valls à Martine Aubry, les candidats à la primaire socialiste sont quasiment tous au festival d'Avignon en cette fin de semaine, pour livrer leur vision de la culture et renouer les liens entre les artistes et la gauche.

AFP - Candidats PS à la présidentielle, ils sont quasiment tous en scène au Festival d'Avignon pour afficher leur goût pour la culture, un an avant l'élection, et renouer avec artistes et gens de culture qui "attendent beaucoup de la gauche".
              
Vendredi, lors d'un Forum Libération, le réalisateur Christophe Honoré attaque Martine Aubry devant un amphi plein: "Dans les 30 engagements du PS, je n'ai pas du tout vu le mot art".
              
La maire de Lille, en congé de ses fonctions de Première secrétaire du PS, argue que le projet pour 2012 traitait du "nouveau modèle économique, social et durable", et que le PS a ensuite publié un "document sur la culture". La candidate, qui reste huit jours à Avignon, préférait "en débattre avec les acteurs".
              
Mme Aubry se taille un franc succès en promettant d'augmenter de "30 à 50%" le budget de la Culture. Elle décline ses propositions: aide à la création, lieux pour les artistes... Elle évoque ses "émotions fortes" lors de spectacles. "Pour moi, c'est essentiel, le jardin secret, c'est ce qui me permet de vivre".
              
"Dans ma ville, je l'ai fait. Si on me fait confiance, je le ferai au niveau de notre pays", assure-t-elle.
              
Candidat également présent, le député-maire Manuel Valls, compagnon d'une musicienne, vante également son action à Evry. Pour lui, "les artistes, hommes, femmes d'art attendent beaucoup de la gauche parce qu'ils ont en souvenir les années Mitterrand et Lang".
              
"La culture doit être une priorité (...) mais on ne peut plus le faire comme avant. L'Etat ne pourra plus financer de grands projets". Les collectivités territoriales", si elles ont les moyens, "pourront impulser des politiques culturelles.
              
"C'est peut-être en disant la vérité sur les finances publiques que, sur la culture, je marque ma personnalité, peut-être ma différence", dit M. Valls.
              
L'homme de théâtre Jean-Michel Ribes, qu'il croise dans les allées, lui "sent dans la gauche et le PS une vraie prise de conscience que les coups de hache vont s'arrêter. L'objectif : qu'il y ait un nouveau président de gauche". Il sera "derrière le ou la candidate choisi à fond la caisse". Des idées "arrivent, se complètent et font un vrai socle pour gouverner".
              
M. Ribes dit avoir "gueulé comme un putois" à la lecture des trente propositions. "En France, il y a la gauche, la droite, le centre et la culture. Il y a un parti qui n'appartient à personne", lance-t-il. Pourtant, les cultureux sont plus nombreux que "le secteur automobile, équipementiers compris", et les gens viennent plus "dans des spectacles vivants qu'au football"!.
              
La presse interroge le réalisateur Denis Podalydès ("la Conquête"): Avignon ou la conquête de l'alternance? M. Podalydès observe "un grand mouvement à gauche de reformuler le rapport du politique et du monde de la culture". Il évoque "une très grande dépression" installée "au début des années 90", "devant laquelle tout le monde baissait les bras, à gauche ou à droite".
              
Autre candidat à la présidentielle présent, Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche) qui juge Avignon "plaisant". "On peut avoir des discussions qui sont autre chose que des discussions de moyens, de programmes. Faire un peu de philo quoi!", dit-il.
              
Débattra-t-il avec ses anciens camarades socialistes? "Aucun intérêt. C'est avec les gens de culture et de création qu'il faut débattre. Je parle de quoi avec eux? De leur misérable culture de la soumission?", lance l'imprécateur.
              
Candidate écologiste, Eva Joly était également à Avignon, mais absorbée par la polémique née de ses propos sur le défilé du 14 juillet.
              
François Hollande arrive, lui, dimanche. Ségolène Royal est en Poitou-Charentes et était aux Francofolies.

Première publication : 17/07/2011

  • PRIMAIRE SOCIALISTE

    Six candidats à l’investiture socialiste pour la présidentielle de 2012

    En savoir plus

  • FRANCE

    Martine Aubry peine à prendre les traits d'une candidate 2.0

    En savoir plus

  • POLITIQUE FRANÇAISE

    Eva Joly attaquée sur ses origines après avoir critiqué le défilé du 14-Juillet

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)