Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

Economie

La crise de la zone euro plombe les Bourses mais dope l'or

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/07/2011

Toutes les bourses européennes ont débuté la semaine à la baisse pour leur première session après les résultats, vendredi, des tests de résistance des banques jugés peu convaincants. Profitant de cette défiance, l'or atteint un record historique.

REUTERS - La crise des dettes européenne et américaine pesait sur les Bourses européennes lundi, les investisseurs manifestant leur aversion au risque en se reportant sur l'or et sur le franc suisse, qui s'envolaient ainsi vers des niveaux record.

A peine les résultats des stress tests publiés vendredi, jugés somme toute peu convaincants par les investisseurs, les regards se tournent vers la réunion des chefs d'Etats et de gouvernements européens prévue jeudi sur la crise grecque et sur les laborieuses tractations entre Barack Obama et le Congrès pour parvenir à un accord sur le relèvement du plafond de la dette américaine avant la date-butoir du 2 août prochain.

"Les investisseurs perdent progressivement confiance à mesure que la date-butoir des négociations sur le plafond de la dette US se rapproche", observe Adrian Foster, chef du département de la recherche Asie Pacifique sur les marchés de Rabobank International à Hong Kong. "Même si nous parions toujours sur un accord de dernière minute, ce type de situation rend les marchés nerveux."

Le repli des valeurs bancaires européennes est symptomatique de cette fébrilité des marchés, qui ne s'attardent guère sur les résultats des stress tests et se focalisent sur la difficile résolution de la crise de la dette souveraine en Europe.

Après la publication des stress tests et des informations financières communiquées à cette occasion, les analystes ont commencé à évaluer les besoins de fonds propres des banques dans l'hypothèse de plus sévères décotes sur les dettes publiques de certains Etats de la zone euro.

Vers 10h45, l'indice bancaire européen cédait ainsi 1,3%.

Du côté des indices paneuropéens, l'EuroStoxx 50 reculait de 1,1% et l'EuroFirst 300 de 0,7%.

A Paris, l'indice CAC 40 perdait plus de 1%, passant ainsi sous le seuil des 3.700 points.

Parmi les banques européennes, les plus fortes baisses sont enregistrées notamment par Royal Bank of Scotland (-2,76%), Intesa Sanpaolo (-2,3%), Commerzbank (-2,6%) ou encore par la banque portugaise Banco Comercial Português (-2,8%).

A Paris, Société générale cédait 3,2%. BNP Paribas et Crédit agricole étaient en repli de 1,7% et de 1,45% respectivement.

Sur les marchés obligataires, l'écart de rendement des emprunts italien et espagnol avec le Bund allemand s'est encore creusé lundi.

L'écart pour l'emprunt espagnol à 10 ans a augmenté de 21 points de base à 361 pdb et celui de l'équivalent italien de 16 à 361

Les niveaux des CDS de la Grèce, l'Espagne, l'Italie, le Portugal et l'Irlande - qui mesurent le coût de l'assurance contre un défaut de chacun de ces pays - ont atteint aussi des records lundi

Le baril de Brent est de son côté passé sous la barre des 117 dollars, affecté par la crise de la dette mais également par la possibilité d'un nouveau recours de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) aux réserves d'urgence. Le mois dernier, l'AIE avait puisé 60 millions de barils dans ces stocks pour éviter une trop grande surchauffe du marché.

Vers 11h00, le baril de Brent cédait 61 cents à 116,66 dollars le baril, alors que le baril coté aux Etats-Unis cédait 18 cents à 97,06 dollars.

Le cours spot de l'or a dépassé dans la matinée les 1.600 dollars, inscrivant ainsi un nouveau record.

Sur le marché des changes, Le franc suisse profite de son statut de monnaie-refuge face au dollar et à l'euro.

Le billet vert a touché dans la matinée un plus bas de 0,8034 contre le franc suisse contre 0,8129 en fin de journée vendredi.

L'euro a également poursuivi son repli face au franc suisse, touchant un plus bas de 1,1365 dans les premiers échanges en Asie, contre 1,1501 vendredi soir à New York.

Première publication : 18/07/2011

  • FINANCE

    Fitch accentue la pression sur l'UE en dégradant la note de la Grèce

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Crise de l'euro : chacun cherche son coupable

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    "Un ministre européen des Finances, oui, mais avec quel budget ?"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)