Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bye Bye l'UE !

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cinéma : "Félicité", portrait d'une guerrière du quotidien à Kinshasa

En savoir plus

FACE À FACE

Valls votera Macron : le ralliement de trop pour "En Marche" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump contre la planète"

En savoir plus

FOCUS

Italie : la maire populiste de Rome, Virginia Raggi, à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Amis Britanniques, vous nous manquez déjà. Ou pas"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Daily Mail traite le Brexit par-dessus la jambe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Richard Ferrand : "Les amours tardives sont rarement désintéressées"

En savoir plus

LE DÉBAT

Conférence annuelle de l'AIPAC : quel avenir pour les relations israélo-américaines ?

En savoir plus

EUROPE

La justice rejette le recours des avocats de Berlusconi dans l'affaire du "Rubygate"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/07/2011

Le tribunal de Milan a rejeté la demande des avocats de Silvio Berlusconi de transférer l'affaire du "Rubygate" devant un tribunal des ministres à Rome. Le "Cavaliere" est poursuivi pour abus de pouvoir et relations sexuelles avec une mineure.

AFP - Le tribunal de Milan (nord) a rejeté lundi les recours déposés par la défense de Silvio Berlusconi dans le cadre du procès Rubygate où le chef du gouvernement italien est accusé de prostitution de mineure et abus de pouvoir.
              
Les avocats du Cavaliere avaient déposé, depuis le début du procès le 6 avril, 16 "questions préliminaires" contenant des arguments juridiques visant à contester la compétence du tribunal ou les preuves du parquet.
              
Les avocats de M. Berlusconi avaient ainsi contesté la compétence territoriale du tribunal de Milan, car les parties fines du magnat des télévisions sont censées avoir eu pour théâtre sa villa d'Arcore, qui dépend du tribunal de Monza.
              
Ils avaient contesté aussi la compétence "fonctionnelle" pour l'abus de pouvoir, estimant qu'il revenait au "tribunal des ministres" de s'occuper de cette affaire puisque M. Berlusconi aurait agi en sa qualité de chef du gouvernement, ce dernier affirmant être intervenu pour éviter un incident diplomatique. Il assure qu'il croyait que Ruby était la nièce du président égyptien Hosni Moubarak.
              
Au cours d'une audience consacrée uniquement à la lecture de son ordonnance répondant à ces 16 questions préliminaires, le tribunal a estimé que la compétence n'était pas du tribunal des ministres car Silvio Berlusconi n'a pas agi en sa qualité de chef du gouvernement en appelant la police mais en utilisant simplement le poids politique que lui donne sa fonction.
              
"Vu les chefs d'inculpation, le tribunal considère avoir la compétence fonctionnelle" pour juger l'affaire, indique l'ordonnance.
              
Le tribunal a également affirmé que le procès continuerait à se dérouler à Milan, rejetant la proposition de le transférer à Monza.
              
Dans le procès Rubygate, le chef du gouvernement est accusé d'avoir rémunéré des prestations sexuelles d'une mineure marocaine, surnommée Ruby (M. Berlusconi et Ruby nient pour leur part avoir eu des relations sexuelles), et d'avoir commis un abus de fonction en appelant la police de Milan afin de la faire libérer juste après son interpellation en mai 2010 pour vol présumé.
              
M. Berlusconi n'assistait pas à cette audience.
              

 

Première publication : 18/07/2011

  • ITALIE

    Berlusconi ne se représentera pas aux prochaines législatives

    En savoir plus

  • ITALIE

    "Silvio Berlusconi est isolé, mais il restera cramponné au pouvoir"

    En savoir plus

  • POLITIQUE

    Florilège des affaires mêlant sexe, scandale et hommes politiques

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)