Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

Asie - pacifique

Le gouvernement bloque la vente de viande de bœuf en provenance de Fukushima

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/07/2011

Tokyo a pris le devants en décidant d'interdire la vente de viande bovine en provenance de Fukushima après la découverte de stocks de denrées radioactives. Les éleveurs seront indemnisés "de façon convenable", précise le gouvernement.

AFP - Le gouvernement japonais a interdit mardi la vente du boeuf de Fukushima après la découverte de viande radioactive, signe d'une extension de la contamination, tout en affirmant avoir accompli des "progrès" dans la maîtrise de l'accident nucléaire.

"Nous avons donné l'ordre au gouverneur de la préfecture de stopper les livraisons de l'ensemble du bétail de Fukushima", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Yukio Edano.

Il a précisé que les éleveurs seraient indemnisés "de façon convenable".

Cette annonce suit la parution d'informations faisant état de taux de césium radioactif supérieurs à la norme dans de la viande de boeufs élevés dans cette préfecture victime d'un accident nucléaire depuis le 11 mars.

Ces bêtes ont, semble-t-il, été contaminées en mangeant du foin stocké à l'extérieur pendant plusieurs semaines. Au total, au moins 550 bovins de Fukushima nourris de ce fourrage ont été vendus aux quatre coins du Japon, et ont déjà été pour partie consommés.

Se voulant rassurantes, les autorités affirment qu'il faudrait manger de cette viande radioactive tous les jours pendant un an pour connaître des troubles de santé.

Mais l'interdiction de la commercialisation de la viande de boeuf de Fukushima pourrait ne pas suffire à calmer l'angoisse du public, du foin contaminé ayant été expédié pour nourrir du bétail dans des préfectures limitrophes.

Depuis l'accident de la centrale Fukushima Daiichi (Fukushima N°1, nord-est), le plus grave depuis celui de Tchernobyl (Ukraine) en 1986, des taux de radiations trop élevés ont été décelés dans plusieurs aliments des régions proches de la centrale. Des légumes verts, du lait ou du thé concernés ont été décrétés impropres à la commercialisation.

Le gouvernement n'a pas instauré de contrôle centralisé de la radioactivité de la nourriture et s'en remet aux tests effectués par les préfectures et les municipalités.

"Le ministère de la Santé a exigé des municipalités qu'elles enquêtent sur la distribution du bétail et a fait attribuer des numéros d'identification aux bovins pour faciliter leur traçabilité", a souligné mardi M. Edano.

Pressé de toutes parts de démissionner pour sa gestion critiquée des conséquences du séisme, du tsunami et de l'accident nucléaire qui s'ensuivit, le Premier ministre de centre-gauche, Naoto Kan, a présenté ses excuses pour son manque d'anticipation.

Concernant le suivi de l'accident à la centrale, le chef du gouvernement s'est en revanche félicité de l'achèvement de la période initiale en vue d'une stabilisation, quasiment dans les délais fixés.

"Nous prenons la direction d'une sortie de l'état de crise grave (...). Je ne dis pas que nous avons marqué le nombre maximum de points, mais mon équipe a fait ce qu'elle devait faire de façon courageuse et des progrès ont été accomplis", a-t-il résumé.

La compagnie exploitante du site, Tokyo Electric Power (Tepco), a réussi à mettre en place une usine de décontamination des eaux usées radioactives, afin d'alimenter un système temporaire de circulation hydraulique destiné à refroidir le combustible nucléaire des réacteurs.

L'objectif ultime est de stabiliser la température de l'eau des réacteurs à moins de 100 degrés Celsius ("arrêt à froid") d'ici à janvier, un calendrier confirmé mardi.

Dans la deuxième phase qui débute, le gouvernement et Tepco entendent désormais mettre l'accent sur la réduction de la pollution radioactive environnante, laquelle a déjà notablement régressé depuis le pic atteint le 15 mars pour s'établir actuellement à 1,7 millisievert par an à la lisière du site, selon l'agence du gouvernement sûreté nucléaire et industrielle.

Des injections d'azote dans les réacteurs permettent en outre d'éviter les explosions d'hydrogène telles que celles qui se sont produites dans les jours suivant le début de l'accident.

Tepco a aussi l'intention de commencer à concevoir un blindage souterrain pour empêcher l'eau contaminée de s'infiltrer et de se mélanger avec les nappes phréatiques.

Le gouvernement a en outre promis mardi d'allouer 78,2 milliards de yens (650 millions d'euros) à un programme de santé pour surveiller l'exposition aux radiations de tous les résidents de Fukushima.

Dans l'immédiat, sur le site de Fukushima Daiichi, le personnel s'est employé ces dernières heures à protéger les installations de la venue des fortes pluies accompagnant le typhon Ma-On, qui devrait atteindre l'île principale de Honshu mercredi.


 

Première publication : 19/07/2011

  • JAPON

    Tepco suspend le nettoyage de l'eau radioactive à Fukushima

    En savoir plus

  • JAPON

    Ces retraités japonais prêts à se sacrifier pour nettoyer Fukushima

    En savoir plus

  • JAPON

    Trois mois après le séisme, le pays peine à panser ses plaies

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)