Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

EUROPE

David Cameron exprime ses regrets mais défend sa gestion de la crise

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/07/2011

David Cameron a fait part, devant le Parlement, de ses regrets dans l'affaire des écoutes illégales. Le Premier ministre a notamment déclaré qu'il n'aurait pas dû embaucher Andy Coulson, l'ancien rédacteur en chef de News of the World.

REUTERS - David Cameron a défendu mercredi devant les parlementaires britanniques son comportement et celui de ses collaborateurs dans l'affaire des écoutes illégales pratiquées par le groupe de presse News Corp.

DÉMISSION DU CHEF DE SCOTLAND YARD

Le Premier ministre a affirmé devant la Chambre des communes qu'il n'aurait pas engagé l'ancien rédacteur en chef de News of the World s'il avait été au courant des écoutes illégales.

Andy Coulson a démissionné en 2007 de la rédaction en chef de News of the World après les premières révélations d'écoutes illégales de la famille royale. Quelques mois plus tard, il a été engagé par David Cameron comme directeur de la communication du Parti conservateur, alors dans l'opposition.

"Si j'avais tout su, et après tout ce qui a suivi, je ne lui aurais pas offert le poste et je pense qu'il ne l'aurait pas accepté", a dit le Premier ministre à la Chambre des communes.

Le chef du gouvernement conservateur s'exprimait à l'ouverture d'une séance extraordinaire pour débattre de ce scandale qui ébranle News Corp <NWSA.O>, la police britannique et jusqu'au Premier ministre lui-même.

David Cameron a assuré qu'il n'avait pas agi en contradiction avec le code de conduite gouvernemental édicté par le parlement et a défendu son entourage.

"Mes services ont désormais rendu publics la totalité des échanges de courriels entre mon chef de cabinet et John Yates (ndlr, ancien responsable de la cellule antiterroriste de Scotland Yard) qui montrent que mes collaborateurs sont absolument sans reproche", a déclaré David Cameron.

"C'est une journée cruciale pour le premier ministre britannique "

En septembre dernier, son chef de cabinet avait empêché la police de tenir David Cameron au courant des derniers développements du scandale.

Quelques jours plus tôt, un article du New York Times accusait Andy Coulson d'avoir été au courant des écoutes illégales de son journal. Devenu directeur de la communication de Downing Street, l'ancien journaliste a démissionné en janvier après l'ouverture d'une nouvelle enquête par la police britannique.

L'opposition travailliste a estimé que les explications de David Cameron étaient insuffisantes.

"C'était une erreur de jugement catastrophique", a lancé le chef de l'opposition Ed Miliband.

"Pourquoi est-ce qu'il (Cameron) ne s'excuse qu'à demi-mots au lieu de présenter vraiment ses excuses pour l'embauche de M. Coulson et pour l'avoir amené au coeur de Downing Street ?", a dit Miliband à la Chambre des communes.

 

Première publication : 20/07/2011

  • MÉDIAS

    Scoops, bidonnages et sensations, le journalisme selon Murdoch

    En savoir plus

  • MÉDIAS - INFOGRAPHIE

    L'empire tentaculaire de Rupert Murdoch

    En savoir plus

  • MÉDIAS

    Les personnages-clés de l'affaire Murdoch

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)