Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

DÉBAT

Droit d'asile en France : les enjeux de la réforme

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : les négociations de paix au point mort

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : espoir de paix à Brazzaville

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : risque de famine en Casamance

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Maestro", intello mais pas trop !

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : les enfants, victimes du conflit

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien sans heurts

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné!"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Reportage : l'armée israélienne essuie de lourdes pertes à Gaza

    En savoir plus

  • Accident d'avion à Taïwan : au moins 45 morts, dont deux Françaises

    En savoir plus

  • MH17 : les premières dépouilles des victimes sont arrivées aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • Une ville chinoise placée en quarantaine après un cas de peste bubonique

    En savoir plus

  • Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

    En savoir plus

  • Ryanair contraint de rembourser à la France 9,6 millions d’euros d’aides publiques

    En savoir plus

  • Immigration et droit d'asile : les projets de réforme du gouvernement

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costa Concordia

    En savoir plus

Afrique

Les humanitaires sollicitent un déblocage massif de fonds pour la Somalie

Vidéo par AITV

Texte par Yann BUXEDA

Dernière modification : 23/07/2011

Alors que la Corne de l’Afrique est frappée par l'une des plus graves sécheresses depuis 60 ans, l’ONU a déclaré deux régions du sud de la Somalie en état de famine. Les ONG appellent à une mobilisation internationale d'urgence.

L’ONU évalue à 350 000 le nombre de personnes frappées par la malnutrition dans les seules régions de Bakool et de Lower Shabelle, en Somalie, qu'elle a déclarées officiellement en état de famine. C’est ce qu’a annoncé, mercredi, depuis Nairobi, au Kenya, le coordinateur humanitaire des Nations unies pour la Somalie, Mark Bowden, précisant que plus de 10 000 autres personnes ont déjà péri sur l’ensemble du territoire.

Pour les organisations non gouvernementales (ONG) qui n’ont jamais quitté le terrain, cette déclaration de l'ONU vient appuyer le constat dressé depuis plusieurs mois par leurs travailleurs sur place.

État de famine déclaré dans deux régions du sud de la Somalie

Lors d’un point-presse depuis Nairobi, Jens Oppermann, chef de mission en Somalie pour Action contre la faim (ACF), s’est réjoui de cette prise de conscience : "cette déclaration de famine correspond à ce que nous constatons ici. Elle devrait permettre de débloquer les fonds nécessaires à la prise en charge d’un plus grand nombre de victimes."

Deux ONG françaises, le Secours populaire et le Secours catholique, en ont profité pour lancer des appels aux dons. Si le Secours catholique a déjà débloqué une aide de 300 000 euros pour soutenir des programmes d’urgence, les autres organisations humanitaires rencontrent des problèmes de financement.

"Nous avons soumis des demandes de financement depuis des mois, mais elles n’ont pas été entendues. Il est indispensable de se mobiliser sur le terrain. Il faut décupler les financements associés à cette crise", explique François Danel, directeur général d’ACF-France.

De leur côté, Save the Children, Oxfam et la Croix-Rouge estiment que plus de 150 millions de dollars sont nécessaires pour apporter une aide significative aux enfants frappés par la malnutrition.

L'organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) demande, elle, 120 millions de dollars supplémentaires pour la Corne de l'Afrique, dont 70 millions réservés à la Somalie.

Les prix des denrées flambent

La grave sécheresse qui frappe la Corne de l’Afrique a provoqué, en Somalie, une crise alimentaire comparable à celle qu’avait connue le pays en 1992.

Ses conséquences sont multiples : flambée des prix des denrées, raréfaction des points d’accès à l’eau potable et paupérisation massive de la population, notamment des bergers dont le bétail, principale source de revenus, a été décimé ces dernières semaines.

INFOGRAPHIE RFI

Sur place, un sac de 50 kilos de maïs coûte désormais 20 euros à Wajid, dans la région de Bakool, et 40 euros à Mogadiscio, la capitale, contre 5 euros avant le début de la crise, rapporte ACF. À l’inverse, à la revente, les prix du bétail ont été divisés par six. Cette inflation a poussé des centaines de milliers de personnes à traverser le pays à la recherche d’aide. Des exodes massifs qui ont provoqué la mort de dizaines de milliers de migrants, épuisés et affamés, et ont contribué à étendre la crise aux pays voisins.

Selon ACF, l’évolution erratique des prix de l’alimentaire devrait se poursuivre jusqu’au mois de janvier 2012, date de la prochaine récolte.

La crise alimentaire qui frappe la Somalie est aggravée par l’instabilité politique dans le pays qui complique considérablement l’accès au territoire pour les agences onusiennes et les ONG non musulmanes.

À l’heure actuelle, seule une poignée d’organisations sont présentes sur place et leurs effectifs sont sporadiques. Et si certaines ONG ont pu conserver une présence après 2009, les agences onusiennes ont été priées de plier bagage dans les régions contrôlées par les Shebab.

Un système à rebâtir

Cependant, face à la gravité de la situation, l’insurrection islamiste a accepté un retour des agences humanitaires au début de juillet. "La déclaration de famine dans des régions de la Somalie par l'ONU est bienvenue et nous voudrions voir l'aide arriver jusqu'à la population", a déclaré, mercredi, un responsable des Shebab, sous couvert d'anonymat.

Mais les agences onusiennes savent que le défi est de taille. Plus de 3 millions de personnes sont touchées par cette crise humanitaire et tout le processus d’aide est à reconstruire dans le pays.

Une coopération entre les Nations unies et les ONG sur place pourrait constituer une solution d’urgence, pour endiguer la dégradation de la situation. C’est en tout cas le souhait formulé par ces ONG, qui mettent en avant leur expérience du terrain. "Nous avons des projets en cours en Somalie, notamment d’assainissement de l’eau. Nous entretenons de bonnes relations avec les acteurs sur place et nous disposons de l’appui de la population et des chefs traditionnels", détaille Thomas Gonnet, directeur des opérations d’ACF-France.

Sur un point, toutes les voix concordent : si rien n’est fait d’ici deux mois, la famine devrait s'étendre aux huit régions du sud de la Somalie.

Première publication : 20/07/2011

  • AFRIQUE

    Deux régions du sud de la Somalie déclarées en état de famine

    En savoir plus

  • Famine en Afrique : Avant qu'il ne soit trop tard !

    En savoir plus

  • FAMINE

    Les humanitaires en quête de fonds pour la Corne de l'Afrique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)