Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

DÉBAT

La Libye s'enfonce dans le chaos

En savoir plus

#ActuElles

Une femme imam ? Oui, c'est possible en Chine!

En savoir plus

#ActuElles

Riches Émiratis cherchent épouses indiennes pour un mois

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH17 en Ukraine : l'enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gringos"

En savoir plus

SUR LE NET

Mobilisation en ligne pour les chrétiens d'Irak

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"N'oublions pas la Syrie"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : Un incendie "hors de contrôle" menace Tripoli

En savoir plus

  • Vidéo : le principal hôpital de Gaza touché par des bombardements

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

  • Vidéo : le tourisme au secours des gorilles du Rwanda

    En savoir plus

  • Société Générale : Jérôme Kerviel bénéficiera d’un aménagement de peine

    En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Un maire FN devant la justice pour avoir repeint une œuvre en bleu

    En savoir plus

  • Un incendie hors de contrôle menace Tripoli d’une "catastrophe humaine"

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

Economie

La zone euro se résigne à un éventuel défaut de paiement grec

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 21/07/2011

Le sommet des chefs d’État de la zone euro devrait accoucher, d’ici la fin de la journée, d’un plan permettant à l’Europe de racheter la dette grecque au secteur privé. L’UE pourrait se résoudre à un défaut partiel de paiement de la part des Grecs.

L’accord est en vue. Les dirigeants des pays membres de la zone euro, réunis jeudi à Bruxelles afin de s’entendre sur les modalités d’un plan de sauvetage de l’économie grecque, semblent avoir trouvé un terrain d’entente d’après les conclusions des discussions préliminaires.

Les chefs d’État planchent sur la base d’un plan élaboré dans la nuit de mercredi à jeudi par le couple franco-allemand qui, pour la première fois, envisage la possibilité d’un défaut de paiement de la Grèce. 

La solution imaginée par les dirigeants européens pour voler au secours d'Athènes passe par un accroissement des prérogatives du Fonds européen de stabilité financière (FESF). Cet organisme, créé en mai 2010 pour renflouer les pays européens en difficulté financière, pourrait dorénavant racheter la dette grecque détenue par les créanciers privés. Il deviendrait ainsi le principal créancier de la Grèce et pourrait lui imposer des taux d’intérêt plus bas que ceux pratiqués sur les marchés financiers. Athènes aurait ainsi moins d'intérêts à payer, ce qui soulagerait ses finances.

Vers des euro-obligations

"C’est une décision très positive car elle constitue un premier pas vers le principe des ‘eurobonds’ (euro-obligations)", remarque Julia Cagé, économiste à l’École d’économie de Paris, à FRANCE 24. Ces "eurobonds" - des obligations directement émises par l’Europe via le FESF en lieu et place des États membres - sont discutés depuis plusieurs années, mais se heurtaient jusqu’à présent à l’opposition de l’Allemagne et de la France. Leur inconvénient est qu’ils font porter une partie du poids des dettes des pays les plus fragiles sur les épaules des économies les plus riches de la zone euro. En revanche, "il serait bien plus difficile de spéculer sur des bons émis par le FESF que sur des obligations émises par des États comme la Grèce, l’Irlande ou le Portugal", explique Céline Antonin, spécialiste de l’économie grecque à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE).

L’accord en discussion à Bruxelles ce jeudi prévoit aussi de reporter l'échéance des prêts déjà accordés par l’Union européenne et le FMI à 15 ans au lieu de sept et d’abaisser leur taux d’intérêt de 4,5% à 3,5%. "À l’ouest rien de nouveau, rappelle Céline Antonin. L’Europe avait déjà porté en début d’année les prêts de 3 à 7 ans". Sauf que cette extension de la durée des prêts ne concerne pas seulement la Grèce, mais aussi l’Irlande et le Portugal, les deux autres pays à avoir bénéficié d’une aide internationale.

Possible défaut de paiement

La grande inconnue reste le degré de participation du secteur privé à ce nouveau plan de sauvetage de la Grèce. Berlin tient à ce que les banques et les investisseurs privés paient une partie des pots cassés grecs. À cette fin, l’accord franco-allemand qui sert de feuille de route au sommet de Bruxelles prévoit plusieurs mécanismes possibles : l’échange des obligations grecques possédées par les acteurs privés contre de nouvelles obligations à plus longue échéance ou contre des obligations ayant la même durée mais d'une valeur moindre ou la revente directe de leurs obligations à la Grèce à un prix moins élevé que celui auquel ils les avaient acquises.

Autant d’options qui comportent le risque d’être interprétées comme un défaut de paiement partiel. "Un tel scénario n’est pas exclu", a reconnu Jean-Claude Juncker, le chef de file des ministres des Finances européens, peu avant le début du sommet extraordinaire de jeudi. Ce serait en tout cas une première dans la zone euro. Si les marchés financiers estiment qu’il s’agit d’un défaut de paiement, les créanciers privés de la Grèce feraient jouer les fameux "Credit Default Swap" (CDS). Il s’agit d’assurances contre l’insolvabilité d’un État souscrits auprès des banques. Ces dernières paient alors à la place du mauvais débiteur, en l’occurrence Athènes. Un scénario qui ébranlerait le secteur bancaire européen.

Première publication : 21/07/2011

  • ZONE EURO

    Un sommet de la dernière chance à Bruxelles pour rassurer les marchés

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Paris et Berlin s'accordent sur un plan d'aide à la Grèce avant le sommet

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Crise de l'euro : chacun cherche son coupable

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)