Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG neutralisé par l'Ajax

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

Afrique

Le troisième procès par contumace de Ben Ali est reporté au 28 juillet

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/07/2011

Le nouveau procès par contumace de Ben Ali, qui devait s'ouvrir ce jeudi au tribunal de première instance de Tunis, a été reporté au 28 juillet. En exil en Arabie saoudite, l'ancien chef de l'État est poursuivi pour corruption et fraude immobilière.

AFP - L'ex-président tunisien Ben Ali, déjà condamné par contumace à un total de plus de 50 ans de prison, a été confronté de nouveau à la justice avec deux de ses proches pour corruption et fraudes immobilières dans un procès ouvert jeudi et aussitôt reporté au 28 juillet à la demande de la défense.

A l'ouverture de l'audience, le président de la 6ème chambre criminelle du tribunal de première instance, Adel Jridi, a constaté que les accusés étaient "absents malgré l'émission de mandats d'arrêt internationaux et demande d'extradition" contre Ben Ali, réfugié avec son épouse en Arabie Saoudite depuis la chute de son régime le 14 janvier.

Des avocats commis d'office pour la défense de Ben Ali, et Me Hosni Béji mandaté par les deux co-accusés Nesrine et Sakhr el-Materi, la fille de Ben Ali et son époux, ont tous demandé le report du procès.

Me Béji a indiqué à l'AFP avoir été contacté ce jour même par le couple Nesrine et Sakhr pour leur défense et n'avait pas eu le temps de consulter le dossier et de préparer sa plaidoirie.

La décision du report des audiences a été consignée par les greffiers du tribunal.

Dans ce troisième procès d'une série d'actions contre le président déchu et ses proches, celui-ci devait être jugé dans une première affaire pour "abus de pouvoir" autorisant "personnellement" l'acquisition "frauduleuse" d'un terrain dans quartier huppé de Tunis, en faveur de sa fille Nesrine et son époux, en fuite au Qatar, pour un montant nettement inférieur aux prix courants.

Ce terrain est une co-propriété entre l'Etat et le groupe saoudien Cheikh Abdallah Kamel, selon l'acte d'accusation, dont une copie a été obtenue par l'AFP.

La deuxième affaire concerne la cession, sur "intervention personnelle" de l'ancien dictateur, d'un terrain en faveur d'une société appartenant à Sakhr el-Materi et initialement destiné à être aménagé en espace vert.

L'audience a été marquée par la présence d'un chargé des contentieux de l'Etat, Ahmed Bouzekri, qui a demandé des réparations pour un montant global de 40 milliards de dinars (environ 20 milliards d'euros) pour "préjudices moral et physique".

Un rapport remis à la cour atteste que les terrains ont été acquis à 23 dinars (11,5 euros) le mètre carré au lieu de 350 dinars (175 euros) leur prix réel, pour être revendus à 1.500 dinars/m2, soit plus de six fois le prix en bénéfice illicite, a indiqué à l'AFP M.Bouzekri.

Les trois accusés sont passibles de dix ans de prison maximum dans chacune des deux affaires, selon le code pénal tunisien.

Chassé par la révolte populaire, Ben Ali a déjà été condamné le 4 juillet à 15 ans et demi de prison et 54.000 euros pour détention d'armes, de stupéfiants et de pièces archéologiques.

L'ex-président et son épouse Leïla Trabelsi avaient aussi écopé de 35 ans de prison et 45 millions d'euros d'amende pour détournement de fonds le 20 juin dernier.

Contrairement au premier procès, qui s'était déroulé dans une ambiance tendue, celui de jeudi n'a mobilisé que quelques personnes au Palais de justice autour duquel le dispositif de sécurité était fortement allégé.

L'attention était plutôt portée sur une simulation de "procès populaire" organisée devant le tribunal dans lequel Ben Ali comparaissait en sanguinaire enchaîné.

Plus de 180 affaires sont actuellement instruites par la justice tunisienne à l'encontre du président déchu, qui doit répondre de 93 chefs d'accusation dont 35 devant une juridiction militaire.

Il est passible de la peine de mort pour les chefs d'accusation d'homicides volontaires et de tortures.

Par l'enchaînement de procès formels au civil et les condamnations qui s'en suivent les autorités provisoires tunisiennes affirment vouloir consolider la demande d'extradiction de Ben Ali, restée sans réponse, et le gel des avoirs de l'ex-président et de ses proches à l'étranger.

Première publication : 21/07/2011

  • TUNISIE

    Ben Ali écope d'une nouvelle condamnation à 15 ans et demi de prison

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Le Premier ministre dénonce des tentatives de déstabilisation du régime

    En savoir plus

  • FESTIVAL D'AVIGNON

    "Yahia Yaïch", quand le théâtre rêve avant l'heure de la chute de Ben Ali

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)