Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : peine de mort et réglementation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Michel Platini : "pas sûr que le PSG respecte le fair play financier"

En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Des soldats russes sur le pied de guerre à la frontière ukrainienne

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Abdoulaye Wade bloqué au Maroc, confusion sur son retour à Dakar

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

  • Au moins trois médecins américains tués dans un hôpital de Kaboul

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • Platini doute que le PSG respecte le fair-play financier

    En savoir plus

  • Le président colombien rétablit le maire de Bogota dans ses fonctions

    En savoir plus

Afrique

Le troisième procès par contumace de Ben Ali est reporté au 28 juillet

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/07/2011

Le nouveau procès par contumace de Ben Ali, qui devait s'ouvrir ce jeudi au tribunal de première instance de Tunis, a été reporté au 28 juillet. En exil en Arabie saoudite, l'ancien chef de l'État est poursuivi pour corruption et fraude immobilière.

AFP - L'ex-président tunisien Ben Ali, déjà condamné par contumace à un total de plus de 50 ans de prison, a été confronté de nouveau à la justice avec deux de ses proches pour corruption et fraudes immobilières dans un procès ouvert jeudi et aussitôt reporté au 28 juillet à la demande de la défense.

A l'ouverture de l'audience, le président de la 6ème chambre criminelle du tribunal de première instance, Adel Jridi, a constaté que les accusés étaient "absents malgré l'émission de mandats d'arrêt internationaux et demande d'extradition" contre Ben Ali, réfugié avec son épouse en Arabie Saoudite depuis la chute de son régime le 14 janvier.

Des avocats commis d'office pour la défense de Ben Ali, et Me Hosni Béji mandaté par les deux co-accusés Nesrine et Sakhr el-Materi, la fille de Ben Ali et son époux, ont tous demandé le report du procès.

Me Béji a indiqué à l'AFP avoir été contacté ce jour même par le couple Nesrine et Sakhr pour leur défense et n'avait pas eu le temps de consulter le dossier et de préparer sa plaidoirie.

La décision du report des audiences a été consignée par les greffiers du tribunal.

Dans ce troisième procès d'une série d'actions contre le président déchu et ses proches, celui-ci devait être jugé dans une première affaire pour "abus de pouvoir" autorisant "personnellement" l'acquisition "frauduleuse" d'un terrain dans quartier huppé de Tunis, en faveur de sa fille Nesrine et son époux, en fuite au Qatar, pour un montant nettement inférieur aux prix courants.

Ce terrain est une co-propriété entre l'Etat et le groupe saoudien Cheikh Abdallah Kamel, selon l'acte d'accusation, dont une copie a été obtenue par l'AFP.

La deuxième affaire concerne la cession, sur "intervention personnelle" de l'ancien dictateur, d'un terrain en faveur d'une société appartenant à Sakhr el-Materi et initialement destiné à être aménagé en espace vert.

L'audience a été marquée par la présence d'un chargé des contentieux de l'Etat, Ahmed Bouzekri, qui a demandé des réparations pour un montant global de 40 milliards de dinars (environ 20 milliards d'euros) pour "préjudices moral et physique".

Un rapport remis à la cour atteste que les terrains ont été acquis à 23 dinars (11,5 euros) le mètre carré au lieu de 350 dinars (175 euros) leur prix réel, pour être revendus à 1.500 dinars/m2, soit plus de six fois le prix en bénéfice illicite, a indiqué à l'AFP M.Bouzekri.

Les trois accusés sont passibles de dix ans de prison maximum dans chacune des deux affaires, selon le code pénal tunisien.

Chassé par la révolte populaire, Ben Ali a déjà été condamné le 4 juillet à 15 ans et demi de prison et 54.000 euros pour détention d'armes, de stupéfiants et de pièces archéologiques.

L'ex-président et son épouse Leïla Trabelsi avaient aussi écopé de 35 ans de prison et 45 millions d'euros d'amende pour détournement de fonds le 20 juin dernier.

Contrairement au premier procès, qui s'était déroulé dans une ambiance tendue, celui de jeudi n'a mobilisé que quelques personnes au Palais de justice autour duquel le dispositif de sécurité était fortement allégé.

L'attention était plutôt portée sur une simulation de "procès populaire" organisée devant le tribunal dans lequel Ben Ali comparaissait en sanguinaire enchaîné.

Plus de 180 affaires sont actuellement instruites par la justice tunisienne à l'encontre du président déchu, qui doit répondre de 93 chefs d'accusation dont 35 devant une juridiction militaire.

Il est passible de la peine de mort pour les chefs d'accusation d'homicides volontaires et de tortures.

Par l'enchaînement de procès formels au civil et les condamnations qui s'en suivent les autorités provisoires tunisiennes affirment vouloir consolider la demande d'extradiction de Ben Ali, restée sans réponse, et le gel des avoirs de l'ex-président et de ses proches à l'étranger.

Première publication : 21/07/2011

  • TUNISIE

    Ben Ali écope d'une nouvelle condamnation à 15 ans et demi de prison

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Le Premier ministre dénonce des tentatives de déstabilisation du régime

    En savoir plus

  • FESTIVAL D'AVIGNON

    "Yahia Yaïch", quand le théâtre rêve avant l'heure de la chute de Ben Ali

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)