Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

EUROPE

James Murdoch accusé de témoignage "erroné" au Parlement

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/07/2011

Deux anciens responsables du tabloïd News of the World accusent James Murdoch d'avoir fourni un témoignage "erroné" aux parlementaires britanniques lors de son audition dans l'affaire des écoutes téléphoniques.

REUTERS - James Murdoch a fourni un témoignage "erroné" lors de son audition par la commission parlementaire britannique souhaitant établir les responsabilités dans l'affaire des écoutes téléphoniques imputées à News of the World, ont affirmé jeudi deux anciens responsables du tabloïd.

Cette affirmation constitue la mise en cause la plus directe jusqu'à présent de James Murdoch, héritier putatif de son père Rupert Murdoch à la tête du groupe News Corp, propriétaire de News of the World.

James Murdoch, actuellement directeur opérationnel adjoint de News Corp, a répliqué qu'il maintenait ses déclarations effectuées mardi devant une commission de la Chambre des communes. Les députés l'ont interrogé en compagnie de son père afin de déterminer ce qu'ils savaient des pratiques supposées de News of the World, que Rupert Murdoch a brutalement fermé le 10 juillet après les révélations sur des écoutes téléphoniques au détriment de milliers de personnes.

Tom Crone, conseiller juridique de News of the World jusqu'à la semaine dernière, et Colin Myler, rédacteur en chef du tabloïd au moment de sa fermeture, affirment tous deux que James Murdoch a bien été informé du contenu d'un courriel adressé "à Neville" reproduisant des conversations téléphoniques piratées.

Neville Thurlbeck était le chef du reportage à News of the World lorsque le tabloïd a publié un article au sujet de Gordon Taylor, patron du syndicat des footballeurs en Grande-Bretagne. James Murdoch a par la suite approuvé le versement d'une grosse
somme d'argent à Gordon Taylor.

Les députés pourraient demander des explications

Devant la commission parlementaire, James Murdoch a déclaré qu'il n'avait pas connaissance de l'ensemble du dossier lorsqu'il a approuvé ce transfert d'argent.

Durant ses trois heures d'audition, le député Tom Watson lui a demandé: "Avez-vous vu ou a-t-on porté à votre connaissance l'intégralité du courriel adressé à Neville, la retransciption de messages téléphoniques piratés?".

"Non, je n'en avais pas connaissance à l'époque", a répondu James Murdoch. Il a ajouté n'avoir été informé d'"éléments essentiels" qu'à la fin de l'année 2010 lors de la réouverture d'une enquête sur des soupçons d'écoutes illégales et de corruption de policiers.

Dans un communiqué, Tom Crone et Colin Myler déclarent: "Par souci de clarification au sujet de l'audition devant la commission (parlementaire) mardi, nous souhaiterions souligner que les souvenirs de James Murdoch au sujet de ce qui lui a été dit lorsqu'il a accepté de régler le litige avec Gordon Taylor sont erronés.

"En réalité, nous l'avons bien informé du courriel 'à Neville' qui nous avait été présenté par les avocats de Gordon Taylor."

James Murdoch a réagi en déclarant: "Je maintiens mon témoignage devant la commission."

Le député Tom Watson a pour sa part déclaré au journal The Independent que "si ces allégations sont vraies, on peut simplement parvenir à la conclusion que James Murdoch a induit le parlement en erreur".

John Wittingdale, le président de la commission, a prévenu que les députés pourraient demander des explications à James Murdoch.

"Je n'ai pas vu leur communiqué mais s'il est établi que Colin Myler et Tom Crone sont en désaccord sur un point important alors nous voudrions obtenir une réaction de James Murdoch sur ce point", a-t-il dit à Reuters.

"James Murdoch a d'ores et déjà déclaré qu'il nous transmettrait par écrit des éléments sur d'autres points et nous pourrions lui demander de clarifier celui-là de cette manière",
a-t-il ajouté.

 

Première publication : 22/07/2011

  • AFFAIRE MURDOCH

    Le Premier ministre David Cameron plaide la bonne foi devant le Parlement

    En savoir plus

  • AFFAIRE MURDOCH

    Devant les députés, le clan Murdoch s'excuse mais nie toute responsabilité

    En savoir plus

  • AFFAIRE MURDOCH

    Comment Fox News vole au secours de son patron

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)