Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Economie

Les "hacktivistes" d'Anonymous durcissent leurs actions

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 22/07/2011

Le collectif Anonymous affirme être en possession d'une importante quantité de documents dérobés sur le site de l'Otan. Un nouveau coup d'éclat qui illustre les récents changements de méthode de ces hacktivistes.

La hache de guerre est bel et bien déterrée. Le collectif d’"hacktivistes" Anonymous a annoncé sur Twitter jeudi soir qu'il s'était emparé d'un grand nombre de documents confidentiels de l’Otan après avoir réussi à s’introduire dans le système informatique de l'Alliance atlantique. Cette attaque informatique est la réponse du groupe à l’arrestation aux Etats-Unis, par le FBI, de 16 membres présumés d’Anonymous le 19 juillet dernier. Ils affirment, dans un communiqué publié vendredi sur la Toile, être en croisade contre "les gouvernements qui mentent à leurs concitoyens et les entreprises qui les assistent tout en s’enrichissant toujours plus".

Si Anonymous a décidé de durcir le ton, c’est que les autorités ne les ont pas épargnés ces derniers temps. Depuis près d'un mois, les arrestations de leurs membres supposés se multiplient partout dans le monde. Avant le coup de filet du FBI aux Etats-Unis la semaine dernière, plus d’un quarantaine de ces cyberactivistes avaient été interpellés en Italie, Espagne et Turquie.

Cette vague d’arrestations est inédite dans l’histoire de ce groupe né en 2004 et peut s’expliquer par le fait que, depuis quelques temps, les Anonymous ne se contentent plus de quelques coups d’éclats tels que des fermetures de sites qui constituaient, jusqu’à récemment, leur modus operandi.

Un nouveau mode d'action

"Les Anonymous ont rompu avec le ‘hacktivisme’ à l’ancienne. Ils sont passés à des opérations autrement plus graves pour leur cible puisqu’il y a maintenant, à chaque fois, des vols de données", explique à FRANCE 24 Rik Ferguson, responsable sécurité chez Trend Micro, une société américaine de sécurité informatique. Et le groupe ne fait pas les choses à moitié : 90 000 adresses emails de militaires américains ont été dérobées et 2 500 comptes de messagerie d’employés du géant de l’agroalimentaire Monsanto ont été exposés sur le Net début juillet. Ils ont également promis, il y a une semaine, de faire vaciller les systèmes informatiques de grands groupes pétroliers.

Ce passage du côté obscur de la force serait justifié par le besoin de se faire entendre. "Lorsqu’Anonymous se contente de rendre inaccessibles des sites, leur message n’est plus relayé par les grands médias, alors que lorsqu’ils dérobent des données personnelles, tout le monde se sent concerné", explique Gregg Housh, un spécialiste de la sécurité informatique qui suit Anonymous depuis ses débuts.

Une campagne "Anti-Sec"

"Depuis l’émergence de WikiLeaks et la vague de piratage tous azimuts de sites par le groupe LulzSec, Anonymous a compris ce qu’il fallait faire", renchérit Rick Fergusson. Les hackers de LulzSec ont d’ailleurs rejoint, en juin, les rangs d’Anonymous.

Les deux groupes ont lancé ensemble une campagne – baptisée ""Anti-Sec - pour exposer les failles de sécurité des sites de grands groupes et d’institutions publiques, comme le Sénat américain ou la CIA. Et tant pis pour les données personnelles de dizaines de milliers d’internautes que ces "hacktivistes" rendent publiques à chaque nouvelle attaque.

Mais ces Robins des Bois numériques qui s’en prennent aux puissants risquent de perdre en légitimité en exposant ainsi l’identité numérique d’internautes lambda, victimes collatérales de leurs opérations. Le groupe rétorque que la facilité avec laquelle il réussit à s’introduire dans les systèmes informatiques de ses victimes, comme Sony, l’Otan ou Monsanto, prouve seulement à quel point les gens ne devraient pas leur faire confiance. "En fait, si Anonymous réussit à mettre la main sur vos données personnelles, il y a fort à parier que quelqu’un d’autre l’a fait avant eux", conclut Gregg Housh.

Première publication : 22/07/2011

  • MÉDIAS

    Des hackers s’emparent du site du Sun pour annoncer la mort de Rupert Murdoch

    En savoir plus

  • INTERNET

    Vague d'arrestations dans les rangs d'Anonymous

    En savoir plus

  • INTERNET

    LulzSec est mort, vive Anonymous !

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)