Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Les défis diplomatiques de John Kerry

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Se battre pour les cendres pour étouffer la braise"

En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne suspend son offensive dans l'Est

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • L'Argentine de nouveau en défaut de paiement

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

Sports

Banni par la Fifa, le Qatari Bin Hammam clame son innocence

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/07/2011

Après avoir été reconnu coupable de corruption par la Fifa, l'ex-président de la Confédération asiatique de football a indiqué qu'il ferait appel de son exclusion à vie de toute activité liée au football.

AFP - Mohamed Bin Hammam, ancien président de la Confédération asiatique banni à vie de toute activité liée au football samedi par la Fédération internationale (Fifa) dans une affaire de corruption, a indiqué à l'AFP qu'il allait "faire appel" devant la Fifa.
              
Bin Hammam, qui s'est toujours dit innocent, s'attendait à être lourdement sanctionné, dénonçant ces jours derniers sur son blog une procédure "biaisée" et "inéquitable", et avait déjà évoqué son intention de procéder à des recours.
              
Il saisira donc la Fifa, avant de se tourner éventuellement vers d'autres cours de justice, sportive ou non.
              
Joint par l'AFP samedi soir, Bin Hammam a expliqué que la première étape pour lui consistait à faire appel devant la Fifa. Si cette voie ne suffit pas, il se tournera sans doute, comme il l'a déjà évoqué, devant le Tribunal arbitral du sport (TAS), avant d'user d'autres voies comme par exemple le Tribunal fédéral suisse, comme l'avait précisé jeudi un membre de son entourage à l'AFP.
              
Par ailleurs, MBH qui s'était opposé au président sortant Joseph Blatter en mai pour l'élection présidentielle à la Fifa, a publié sur son blog une ancienne lettre que lui avait adressé Blatter en 2008 pour le remercier à l'époque.
              
Le titre de cette page sur son blog est - ironiquement - "récompense". Dans cette missive, Blatter célèbre les 10 ans de sa première élection à la tête de la Fifa en 1998, écrivant de sa main "mon cher frère" pour s'adresser à Bin Hammam. "Sans toi, cher Mohamed, rien de tout cela n'aurait jamais été possible", poursuit à l'époque Blatter. Et juste avant de signer cette lettre écrite en anglais, Blatter écrit en français cette fois "en profonde amitié".
              
Et en dessous de la reproduction de cette lettre, Bin Hammam commente: "C'est une simple bataille, pas la guerre...", laissant entendre que la Fifa, en le radiant, n'en est qu'au début d'un long conflit avec lui.
              
Bin Hammam était président de la puissante Confédération asiatique (AFC) et membre du comité exécutif de la Fifa avant cette radiation.
              
Samedi, il a été reconnu coupable d'achat de voix par le comité d'éthique de la Fifa et banni à vie de toute activité liée au football.
              
L'affaire avait éclaté fin mai, juste avant l'élection présidentielle à la Fifa où Bin Hammam était opposé à Joseph Blatter.
              
Bin Hammam était accusé d'avoir voulu acheter des voix lors d'une réunion de la Confédération du football caribéen début mai à Trinité et Tobago, avec des enveloppes contenant 40.000 dollars (28.000 euros).
              
Des photos de ces enveloppes marron ont déjà circulé sur internet, sans qu'il soit possible de les authentifier.
              
MBH avait alors retiré sa candidature juste avant son premier passage le 29 mai devant le comité d'éthique de la Fifa qui l'avait suspendu à titre provisoire à compter de cette date, le temps d'une enquête interne.
              
Blatter, seul candidat en lice, avait été réélu dans une ambiance délétère le 1er juin, le mot de corruption étant sur toutes les lèvres.
 

Première publication : 24/07/2011

  • FOOTBALL

    Sepp Blatter réélu sans surprise à la présidence de la Fifa

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Le Who's Who de la crise de la Fifa

    En savoir plus

  • FIFA

    Jérôme Valcke se défend d'avoir accusé le Qatar de corruption

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)