Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Tony Parker : "On n'a jamais eu autant de talents dans notre équipe"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Epidémie d'ébola : des tests de vaccins concluants

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

JO : Pékin est la 1ère ville à accueillir les jeux d’été et les jeux d’hiver

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

PKK et Groupe Etat Islamique : le double jeu d’Erdogan

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants à Calais : Paris et Londres unis mais démunis

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La Seine : le XXIème arrondissement de Paris

En savoir plus

FOCUS

Brésil : des cours par visioconférence au cœur de l’Amazonie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le petit prince", du livre à l'écran

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Syrie : "L'Armée de la conquête" à la recherche de respectabilité

En savoir plus

FRANCE

Le neuropsychiatre David Servan-Schreiber emporté par le cancer

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/07/2011

David Servan-Schreiber est décédé dimanche soir à l'âge de 50 ans suite à la rechute de sa tumeur au cerveau. Le neuropsychiatre avait connu la célébrité en publiant deux ouvrages où il racontait sa bataille contre le cancer.

AFP - "Je ne voudrais pas que ce qui m'arrive jette un doute sur ma méthode" : le neuro-psychiatre David Servan-Schreiber, mort d'un cancer au cerveau dimanche soir à l'âge de 50 ans, avait acquis la célébrité en prônant l'utilisation de méthodes parallèles contre la dépression et le cancer.

"Devant l'accumulation des risques d'une surmédicalisation que plus personne ne contrôle, il est temps que nous fassions entrer les méthodes de traitement naturelles dans notre culture médicale", écrivait-il en 2005.

Surnommé parfois "prophète du bien-être", avec son large sourire, ce descendant d'une lignée de grands entrepreneurs à qui tout réussit a connu un énorme succès avec ses ouvrages "Guérir", en 2003, et "Anticancer", en 2007, vendus chacun à plus d'un million d'exemplaires (près de 2 millions pour "Anticancer") et traduits en plusieurs dizaines de langues.

"Il voulait toujours être le premier"

Dans la famille, on est brillant. David n'échappait pas à la règle. "Il voulait toujours être le premier", confie Liliane, l'intendante depuis toujours de la famille. Et de père en fils, on est fasciné par l'Amérique du nord. David passera une bonne partie de sa vie aux Etats-Unis.

Né le 21 avril 1961 à Neuilly, il entre à la faculté de médecine Necker-Enfants malades en 1978, et achève ses études à l'université Laval, au Québec, en 1984. En 1985 il est chercheur à Pittsburgh, et crée en 1988 un laboratoire de neurosciences cognitives cliniques, qu'il codirigera jusqu'en 1997.

En 1991 il est au Kurdistan avec Médecins sans frontières, avant de participer à des missions au Guatemala, en Inde, au Tadjikistan et au Kosovo.

Professeur assistant de psychiatrie à la faculté de médecine de Pittsburgh en 1993, il y crée en 1998 un centre de médecine complémentaire. Il recevra en 2002 le prix du meilleur psychiatre de Pennsylvanie.

La même année, il crée et dirige en France l'Institut d'EMDR, une thérapie psychologique fondée sur les mouvements oculaires, utilisée dans le traitement des syndromes de stress post-traumatiques. Chargé de cours à la faculté de médecine de Lyon-I, il reste en parallèle professeur clinique de psychiatrie à la faculté de médecine de Pittsburgh.

"Guérir", paru en 2003, s'attaque à la dépression, au stress et à l'anxiété, qu'on peut combattre par des approches naturelles, "sans médicaments ni psychanalyse".

"Anticancer : prévenir et lutter grâce à nos défenses naturelles" va plus loin, en s'attaquant à la maladie qui cause le plus de décès dans le monde entier.

Publié après une première rechute d'un cancer dont les premières manifestations dataient de 1992, le livre souligne comment des méthodes non conventionnelles -exercice physique, méditation, lutte contre le stress, nutrition contrôlée-, peuvent renforcer les thérapies classiques, en augmentant le potentiel naturel d'autodéfense.

"Le jeu n'est jamais gagné d'avance"

Même s'il a affirmé et réaffirmé que ces méthodes ne devaient venir qu'en renfort aux approches conventionnelles, des cancérologues lui ont reproché de proposer des règles "simplistes, sans preuve scientifique à la clé".

Après une grave rechute, David Servan-Schreiber avait publié en juin 2011 son dernier livre, "On peut se dire au revoir plusieurs fois", pour répondre à la question : "Si je suis rattrapé par la maladie alors que je pense, mange, bouge, respire et vis anticancer, alors que reste-t-il d'+Anticancer+ ?".

Et il y affirmait : "Il n'y a pas de +cure miracle+ contre le cancer, pas de réussite à 100%. On peut mettre tous les atouts dans son jeu, mais le jeu n'est jamais gagné d'avance".

"Je suis heureux", confiait-il, "d'avoir été porteur de valeurs auxquelles je reste extrêmement attaché", à savoir "la capacité vitale de reprendre le pouvoir sur soi-même".

Dans sa phase ultime, la maladie avait reconstitué autour de lui le clan Servan-Schreiber, les quatre fils de Jean-Jacques et de Sabine Becq de Fouquières. Le fondateur de l'Express, atteint d'une dégénérescence affectant la mémoire, est mort en novembre 2006, à l'âge de 82 ans.

Première publication : 25/07/2011

  • RECHERCHE

    Deux cancers particulièrement meurtriers entièrement décodés

    En savoir plus

  • TÉLÉPHONIE

    Les téléphones portables sont "peut-être cancérogènes"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)