Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Amériques

Républicains et démocrates peinent à trouver un accord sur la dette américaine

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/07/2011

Les élus du Congrès américain ont à nouveau tenté sans succès dimanche de parvenir à un compromis sur le relèvement du plafond de la dette. Un accord doit être trouvé avant le 2 août pour éviter aux États-Unis d'être en défaut de paiement.

REUTERS - Les élus démocrates et républicains du Congrès ont remis à lundi leurs efforts pour trouver une issue aux négociations sur le relèvement de la dette des Etats-Unis avant la date-butoir du 2 août.

Les membres des deux partis ne sont pas parvenus à s'entendre sur un compromis et ont décidé de travailler séparément sur des projets distincts.

Le secrétaire américain au Trésor Timothy Geithner a estimé impensable ce week-end que les Etats-Unis ne remplissent pas leurs obligations en matière de dette et s'est dit convaincu qu'un accord serait conclu.

"Nous comprenons à quel point c'est important pour vous." dit Hillary Clinton en visite en Chine

A la date du 2 août, les Etats-Unis ne seront normalement plus en mesure d'assurer le service de leur dette en l'absence d'un relèvement par le Congrès du plafond d'endettement, actuellement de 14.300 milliards de dollars.

Les républicains veulent que la Maison blanche accepte une importante baisse des dépenses publiques avant d'approuver une hausse du fardeau de la dette. Les démocrates insistent pour que les contribuables les plus aisés participent à l'effort national en acceptant des hausses d'impôts.

Démocrates et républicains s'étaient eux-mêmes fixé comme objectif d'annoncer des progrès sur un plan de réduction des déficits avant l'ouverture des marchés financiers asiatiques lundi matin, de crainte de provoquer une chute des indices en cas d'échec.

Les parlementaires tiennent notamment compte du risque de voir les investisseurs se détourner massivement du dollar et des Treasuries par crainte d'un défaut ou d'une perte du triple A.

Enjeu de la présidentielle 2012

Le président de la Chambre des représentants, le républicain John Boehner, prévoit désormais d'annoncer un plan à 14h00 locales (18h00 GMT).

On ne peut encore dire si les plans que présenteront les deux camps seront de nature à apaiser les agences de notations, qui conseillent aux Etats-Unis d'entreprendre des mesures radicales pour résoudre leurs problèmes budgétaires de long terme et conserver leur note.

Le sénateur démocrate Harry Reid propose de relever le plafond de la dette de 2.700 milliards de dollars, ce qui permettrait de couvrir les besoins américaines en matière
d'emprunt jusqu'à l'élection présidentielle de novembre 2012.

En contrepartie, les dépenses budgétaires seraient abaissées du même montant sur dix ans. Les analystes estiment toutefois qu'un plan d'économie de 4.000 milliards sur dix ans serait nécessaire pour maintenir la dette à un niveau gérable.

De son côté, John Boehner souhaite relever graduellement le plafond de la dette, afin de forcer le Congrès à se pencher de nouveau sur cette question épineuse avant les élections.

Potentiellement, son projet pourrait permettre des économies plus importantes via une réforme de la fiscalité et du système d'assurance santé, dont le coût risque d'exploser dans les dix ans à venir.

Aucun de ces deux projets ne prévoit de hausse d'impôts, malgré les demandes de Barack Obama en ce sens.

Le projet républicain pourrait également inclure une proposition d'amendement constitutionnel rendant obligatoire le vote de budgets à l'équilibre.

Cette "règle d'or" à l'américaine est réclamée par l'aile droite du Parti républicain, mais une proposition en ce sens a déjà été rejetée la semaine dernière par le Sénat.

 

Première publication : 25/07/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Les républicains s'engagent à trouver un compromis sur la dette américaine

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Républicains et démocrates rompent les discussions sur la dette américaine

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Dette américaine : la Maison Blanche réfute un accord avec les républicains

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)