Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

FRANCE

La prochaine audience de Dominique Strauss-Kahn repoussée au 23 août

©

Vidéo par Sammy BERRAHMOUN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/07/2011

La prochaine comparution de Dominique Strauss-Kahn devant le tribunal de New York, initialement prévue le 1er août, a été repoussée au 23 août prochain. D'ici là, les avocats espèrent que le procureur abandonnera ses poursuites.

AFP - La date de la prochaine audience consacrée à l'affaire DSK au tribunal de New York a été de nouveau repoussée, au 23 août, au lendemain du témoignage choc sur une chaîne de télévision américaine de la femme de chambre qui accuse l'ancien chef du FMI de crimes sexuels.

Dominique Strauss-Kahn a été libéré sur parole au cours de sa dernière comparution, le 1er juillet. Ce jour-là, les procureurs ont en effet indiqué que la femme de chambre avait livré au grand jury et aux procureurs un récit en partie erroné justifiant la fin de l'assignement à résidence de DSK.

L'ancien chef du FMI est depuis, libre de ses mouvements, même s'il n'a pas le droit de quitter les Etats-Unis. Il attend donc, à New York jusqu'ici, de comparaître lors d'une nouvelle audience. D'abord fixée au 18 juillet, puis au 1er août, celle-ci vient d'être repoussée au 23 août.

"Nous avons donné notre accord pour repousser l'audience devant le juge (Michael) Obus du 1er août au 23 août", écrivent mardi les avocats, William Taylor et Benjamin Brafman dans un communiqué. "Nous croyons savoir que le procureur continue d'enquêter. Nous espérons qu'il aura pris, d'ici le 23 août, la décision d'abandonner" les poursuites, ajoutent-ils.

Le bureau du procureur de Manhattan a immédiatement confirmé ce report en précisant dans un communiqué que "l'enquête dans le cadre de cette affaire pénale en cours se poursuit".

L'audience qui a été reportée devait porter sur des questions importantes, et notamment permettre de fixer une date de début de procès, à moins qu'elle ne serve à annoncer l'abandon des sept chefs d'inculpation qui pèsent contre DSK, comme l'espèrent les avocats du Français.

Ces reports à répétition entretiennent en effet le flou sur l'avenir de cette procédure pénale, alors que la plupart des experts estiment que les doutes émis par le parquet sur la crédibilité de Nafissatou Diallo rendent difficile la tenue d'un procès, synonyme d'interrogatoires poussés.

Ce nouveau report intervient quelques heures seulement après les interviews données dimanche et lundi par la femme de chambre à l'hebdomadaire Newsweek et à la chaîne de télévision américaine ABC, après dix semaines de mutisme total.

"Je veux que justice soit faite, je veux qu'il aille en prison. Je veux qu'il sache qu'il y a des endroits où on ne peut pas utiliser son pouvoir, (...) son argent", a déclaré Nafissatou Diallo aux deux médias.

Difficile de juger les conséquences sur la procédure de ces apparitions publiques, très inhabituelles dans une affaire qui est formellement en attente de procès. "Les interviews de l'accusatrice de Strauss-Kahn accentuent les doutes sur les projets des procureurs", titrait mardi, le New York Times.

D'autant que les spéculations sur les développements à venir ont redoublé après la rencontre, la semaine dernière, entre le procureur de New york Cyrus Vance et Me David Koubbi, l'avocat de Tristane Banon, la jeune femme qui accuse en France Dominique Strauss-Kahn de tentative viol.

Selon plusieurs médias, le procureur pourrait demander aux autorités françaises l'autorisation d'interroger Mme Banon même si les affaires n'ont, a priori, aucun lien entre elles.

En attendant, l'avocat de Mme Diallo, Kenneth Thompson, a annoncé dans le quotidien new yorkais qu'une plainte au civil, pour obtenir des dommages et intérêts, allait être déposée dans la semaine.

De quoi encore entretenir le flou: en général, les victimes attendent que la procédure pénale ait bien avancé avant de déposer une plainte au civil, pour ne pas donner le sentiment aux jurés que leur démarche est motivée par l'appât du gain.

Première publication : 26/07/2011

  • AFFAIRE DSK

    Nafissatou Diallo : "Je veux que Dominique Strauss-Kahn aille en prison"

    En savoir plus

  • AFFAIRE DSK

    Le procureur de Manhattan refuse de se dessaisir de l'affaire Strauss-Kahn

    En savoir plus

  • AFFAIRE DSK

    L'avocat de Nafissatou Diallo soutient Tristane Banon

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)