Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Une série télé irakienne se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Ligue des champions : "On a montré que Paris peut être une grande équipe"

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, décapité en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Hong Kong : Pékin prive les Chinois d’informations sur Internet

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Hervé Gaymard : "Il n'y aura pas de guerre des chefs à l'UMP"

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Mafalda, une héroïne éprise de paix et de justice

    En savoir plus

Afrique

Les Tunisiens s'inquiètent d'une pénurie d'eau minérale

Texte par Imed BENSAIED

Dernière modification : 27/07/2011

Les Tunisiens souffrent de plus en plus d'une pénurie d'eau minérale, dont les prix ont triplé ces dernières semaines. Avec des températures particulièrement élevées, la priorité est de trouver une solution à quelques jours du début du Ramadan.

Les commerces tunisiens souffrent ces jours-ci d’une grave pénurie d’eau minérale, et ce plus particulièrement dans la capitale Tunis et la plupart des grandes villes du nord du pays.

Nombreux sont les Tunisiens à avoir fait part de leur ras-le-bol vis-à-vis de ce qu’ils appellent "la crise de l’eau minérale". L’eau est l’une des denrées les plus recherchées en cette saison estivale caniculaire, bien que l’eau du robinet soit considérée comme potable en Tunisie. Grands distributeurs et petits détaillants se retrouvent dans l’embarras, et certains d’entre eux expriment leur inquiétude vis-à-vis d’une situation qui ne semble pas près de se résoudre à quelques jours du début du Ramadan, caractérisé par une grande demande en eau minérale.

Même les grandes enseignes n’ont plus d’eau minérale en stock

Hussein Mallaouhi, responsable du rayon des eaux minérales chez Carrefour à Tunis, voit dans la situation actuelle les prémices d’une véritable crise de l’eau minérale. Selon lui, la consommation d’eau minérale a triplé durant le mois de juin. "Chez Carrefour, les clients font la queue en attendant le réassort des rayons", témoigne-t-il. Des scènes inhabituelles pour une enseigne de la grande distribution. Aucune marque d’eau minérale n’est épargnée par cette "crise".

Cette pénurie a amené les responsables du magasin à faire pression sur les fournisseurs dans le but d’accélérer et d’augmenter leurs livraisons. Mais leur réponse n’a pas été celle escomptée. Ainsi, si d’habitude il suffisait de passer commande le matin pour une livraison en début d'après-midi, il faut aujourd’hui attendre plus de 48 heures, et la quantité livrée est moindre que celle commandée.

Le mouvement social et le conflit en Lybie

Fournisseur d’eau minérale, Samir Salama, qui reconnaît que la Tunisie vit une crise de l’eau minérale, l’explique par le fait que les stocks d’eau sont habituellement réalisés entre janvier et mars, lorsque la demande diminue avec la température. Mais la révolte en Tunisie ainsi que la situation exceptionnelle que traverse le pays en raison des mouvements sociaux actuels et autres grèves n’a pas permis de constituer des stocks importants cette année.

Par ailleurs, le conflit Libyen est un facteur à ne pas négliger. En raison du conflit, certains Libyens ont dû venir s’approvisionner en eau minérale en Tunisie, par des biais pas toujours légaux. Ceci expliquerait pourquoi la pénurie d’eau en bouteille frappe surtout les villes du nord du pays. L’eau minérale, au lieu d’y être acheminée, est envoyée par certains négociants vers les villes du sud et surtout des villes frontalières de la Libye pour y être vendu au prix fort.

On peut ainsi expliquer l’augmentation du prix de l’eau : la bouteille qui valait 400 millimes soit 20 centimes d’euro, est vendue aujourd’hui un dinar soit 50 centimes. Samir Salama précise que les quantités d’eaux minérales distribuées cette année dans les grandes villes tunisiennes sont moindres que l’année dernière et qu’elles ne peuvent satisfaire que 25 % de la demande.

La vente d’eau minérale aux Libyens se révèle ainsi très lucrative pour les commerçants de détail et les contrebandiers qui la revendent aux marchands libyens : ils sont payés en devises et en espèces contrairement à ce qui est en vigueur en Tunisie et ne sont pas tenus d’assurer un service après-vente.

Augmentation de 7 % de la production nationale d’eau minérale

Interrogé par FRANCE 24, Habib al-Dimassi, responsable du commerce intérieur en Tunisie, dénonce quant à lui l’attitude de certains consommateurs qui se montrent égoïstes et veulent monopoliser l’eau. Il explique cette attitude par la peur face à l’avenir, la crainte qu’éprouvent les Tunisiens, depuis les soulèvements, de subir des pénuries.

Habib al Dimassi précise toutefois que la production tunisienne d’eau minérale a augmenté de 7 % en comparaison avec celle de l’année passée à la même période. Les usines qui fonctionnent 24h/24h produisent ainsi plus de six millions de bouteilles d’eau par jour.

Première publication : 26/07/2011

  • FESTIVAL D'AVIGNON

    "Yahia Yaïch", quand le théâtre rêve avant l'heure de la chute de Ben Ali

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Le Premier ministre dénonce des tentatives de déstabilisation du régime

    En savoir plus

  • TUNISIE

    "Un débat politique vraiment nouveau n'a pas encore émergé"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)