Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Arrestation à Orly de trois jihadistes présumés, dont le mari de Souad Merah

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

Afrique

Amnesty dénonce un "climat de peur" qui empêche le retour des déplacés

Vidéo par Narimene LAOUADI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/07/2011

Dans un rapport publié ce jeudi, Amnesty International dénonce "un climat de peur" entretenu par les Forces républicaines de Côte d'Ivoire et les milices pro-Ouattara qui empêcherait des centaines de milliers de déplacés de rentrer chez eux.

"Nous voulons rentrer chez nous mais nous ne pouvons pas." Le dernier rapport d'Amnesty International sur la Côte d'Ivoire - le quatrième publié en 2011 - tire son titre du témoignage d’un déplacé. Amnesty y dénonce les graves violations et atteintes aux droits humains commises dans le pays depuis l’arrestation de l’ancien président Laurent Gbagbo, en avril dernier, qui empêchent les populations ayant fui les violences post-électorales de rentrer chez eux. "Maintenant que le président Ouattara est au pouvoir, il règne une atmosphère de représailles", affirme l’ONG qui a mené l’enquête pendant deux semaines, au cours du mois de juin, à Abidjan et dans trois régions du sud et de l’ouest du pays.

 
"Un climat de peur"
 
Amnesty International s’appuie sur des témoignages accablants d'exécutions, d'arrestations arbitraires, de torture, de viols et de mauvais traitements pour dénoncer "un climat de peur" vécu par plus d’un demi-million de déplacés. "Si, fin avril et début mai 2011, les crimes au regard du droit international pouvaient être attribués aux deux parties en conflit [les forces pro-Gbagbo et les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) pro-Ouattara, NDLR], à partir de la mi-mai, ce sont les FRCI et les Dozos [chasseurs traditionnels du Nord, pro-Ouattara, NDLR] qui se sont rendus responsables de la majorité de ces crimes", accuse le rapport. Jusqu’ici, le pouvoir ivoirien n’a pas réagi aux accusations d’Amnesty International.
 
"Trois mois après l’arrestation de Laurent Gbagbo [le 11 avril, NDLR], il y a une ambiance de peur qui est entretenue par les FRCI et les milices dozos. Des exactions très graves ont eut lieu et se poursuivent très probablement puisque rien n’a été fait pour les faire cesser depuis notre mission du mois de juin", explique à FRANCE 24 Salvatore Saguès, chercheur à Amnesty International pour l'Afrique de l'Ouest.
 
Un climat de peur également relevé par René Hokou Legré, président de la Ligue ivoirienne des droits de l’Homme (LIDHO), qui s’est rendu il y a quelques jours dans la région de Tabou, une ville du Bas-Sassandra, dans l'ouest de la Côte d'Ivoire. "S’il n’y a pas de tensions perceptibles dans les villages, beaucoup des personnes que nous avons rencontré ont eu vent des exactions commises et déclarent avoir peur de rentrer chez elles", explique-t-il. Selon lui, "les déplacés attendent que leur sécurité soit garantie pour revenir chez eux. Ils estiment que les FRCI, qu’ils accusent d’occuper des domiciles et d’exploiter les plantations des habitants, ne sont pas encore dans de bonnes dispositions pour les accueillir".
 
L’ONG appelle le président Ouattara à agir
 
Des témoignages éloquents qui tranchent avec la volonté affichée par le président Alassane Ouattara de mettre un terme aux querelles qui divisent les Ivoiriens. Depuis son accession au pouvoir, celui-ci appelle en effet à la réconciliation et à la justice dans un pays profondément divisé. Au cours d'une conférence de presse donnée au siège de l’ONU, à New York, mercredi, il a promis une nouvelle fois qu'il n'y aurait aucune impunité pour les auteurs des exactions. "Il n'y aura pas d'exception. Les Ivoiriens seront traités de façon égale, spécialement dans la partie ouest du pays où beaucoup de gens ont été tués. Ceux qui ont commis des crimes feront face au juge. Pas d'exception, nous sommes très clairs là-dessus", a-t-il déclaré.
 
Une volonté et des promesses saluées par Amnesty International, qui exhorte cependant le président Ouattara à agir très rapidement. "Le nouveau président parle au futur, nous lui demandons d’agir tout de suite. Car seules des mesures concrètes, comme par exemple le démantèlement de la milice dozo et la création d’une force de sécurité impartiale, mettront fin à cette crise humanitaire", estime Salvatore Saguès.
 
La publication du rapport d'Amnesty International intervient au lendemain de la décision de l'ONU de prolonger d’un an le mandat de sa mission en Côte d'Ivoire, créée en 2004 par la résolution 1528 du Conseil de sécurité. Dans son rapport, l'ONG a constaté que l’Onuci continuait à éprouver des difficultés à remplir pleinement son mandat de protection des civils. "L’Onuci doit faire plus et accroître sa présence. Ces forces doivent se rendre là où la population est menacée. Des habitants nous ont révélé qu’ils n’avaient toujours pas vu la moindre patrouille onusienne un mois après qu’un massacre a eu lieu dans leur village. Ce n’est pas normal", conclut Salvatore Saguès.
 

 

Première publication : 28/07/2011

  • CÔTE D'IVOIRE

    Laurent Gbagbo, un reclus toujours aussi difficile à approcher

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Le recours à la justice internationale, un pari risqué pour Alassane Ouattara

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    L'ONU évoque de possibles "crimes contre l'humanité" commis par les deux camps

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)