Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

EUROPE

La tension monte entre Belgrade et Pristina

Vidéo par Shirli SITBON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/07/2011

La tension est montée d'un cran, mercredi, entre la Serbie et le Kosovo après que le poste frontière de Jarinje (nord Kosovo) a été incendié. Pristina a décidé d'instaurer son contrôle dans le nord du pays, peuplé majoritairement par des Serbes.

AFP - La tension depuis deux jours entre Belgrade et Pristina au sujet du nord du Kosovo s'est brusquement envenimée mercredi soir avec la destruction par le feu d'un des postes-frontières litigieux avec la Serbie, ce dont s'est alarmée aussitôt l'Union européenne.

Une centaine de jeunes gens ont incendié en début de soirée le poste-frontière de Jarinje, dans le nord du Kosovo, à la frontière avec la Serbie.

La télévision nationale serbe RTS a diffusé des images de jeunes encagoulés, très probablement des Serbes, lançant des cocktails Molotov sur le poste-frontière, se faisant aider d'un bulldozer pour le détruire.

Policiers et douaniers serbes présents sur les lieux se sont réfugiés du côté serbe de la frontière lors de l'attaque, a indiqué un témoin contacté par téléphone par l'AFP.

La force de l'Otan au Kosovo (Kfor) a indiqué dans un communiqué que ses soldats avaient essuyé des tirs sur son personnel, près de Jarinje, et précisé qu'elle renforcerait sa présence dans le secteur au cours de la soirée pour prévenir de nouveaux incidents.

Un correspondant de l'AFP arrivé sur place vers 21H00 GMT a constaté que le feu consumait encore le poste-frontière, déserté.

Le porte-parole de la Mission européenne au Kosovo, Nicholas Hawton, a indiqué à l'AFP qu'il n'avait pas eu de blessés lors de cet incident.

Le poste-frontière de Jarinje est l'un des deux postes du nord du Kosovo, avec celui de Brnjak, où les autorités de Pristina ont décidé d'instaurer leur contrôle en y déployant lundi soir des unités de la police spéciale kosovare, suscitant la colère des Serbes de la région, qui constituent l'essentiel de la population et qui ne veulent relever que de Belgrade.

Le président serbe, Boris Tadic, a lancé mercredi soir un appel au calme, prenant aussitôt ses distances par rapport aux auteurs de la destruction du poste de Jarinje.

"Les extrémistes et les hooligans agissent contre l'intérêt des citoyens serbes et de la Serbie. Ils se joignent aux extrémistes du côté albanais qui souhaitent arrêter, par des actes unilatéraux et par des violences, le processus de paix et le dialogue entre Belgrade et Pristina", a déclaré le président Tadic dans un communiqué.

La chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, a dénoncé aussi les actes de violence "inacceptables" et "intolérables" dans le nord du Kosovo et a appelé les deux pays à y mettre un terme "sans retard".

Mme Ashton a indiqué qu'elle avait fait part de ses "préoccupations" au téléphone au président Tadic et au Premier ministre kosovar Hashim Thaci, en leur rappelant leurs "responsabilités".

"Il est maintenant fondamental pour les deux parties de renouer le dialogue, et de régler les questions en suspens sans retard", a-t-elle ajouté.

Dans une conférence de presse tardive, Hashim Thaci s'est montré résolument offensif à l'encontre de Belgrade.

"Ces actes de violence ont été ordonnés, coordonnés et gérés par les plus hautes structures politiques du gouvernement" serbe, a-t-il déclaré.

Il a assuré que Pristina "restaurera l'ordre et l'état de droit" dans le nord du Kosovo.

Les autorités kosovares avaient expliqué le déploiement d'unités spéciales de la police vers les postes-frontières de Jarinje et de Brnjak pour y imposer l'embargo commercial imposé le 20 juillet sur l'importation de produits serbes au Kosovo, soupçonnant les policiers serbes kosovars de ne pas l'appliquer.

En prenant une telle mesure, c'était la première fois depuis la proclamation d'indépendance, en février 2008, que Pristina cherchait à affirmer son contrôle sur le nord du Kosovo, qui lui échappe pour l'essentiel.

Cet accès de fièvre entre Belgrade et Pristina intervient aussi à un moment où le dialogue bilatéral instauré en mars sous les auspices de l'UE traverse une phase délicate et où la dernière session d'entretiens a été reportée à septembre.
 

Première publication : 28/07/2011

  • SERBIE

    L'ancien chef de guerre serbe, Goran Hadzic, a été extradé à La Haye

    En savoir plus

  • SERBIE

    "L'arrestation de Hadzic ne sera pas suffisante pour que Belgrade entre dans l'UE"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)