Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Du neuf dans un nouveau monde"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Incertitudes autour de la politique économique de Trump

En savoir plus

EUROPE

Démissions en rafale à la tête de l'armée

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/07/2011

La direction de l'armée turque a démissionné à la suite de divergences avec le gouvernement d'Ankara. Objet de la discorde : le sort de 42 généraux incarcérés pour complot contre l'AKP, le parti au pouvoir depuis 2002.

AFP - L'ensemble de la direction militaire turque a démissionné vendredi sur fond de divergences avec le gouvernement sur la promotion de généraux incarcérés pour implication supposée dans des complots anti-gouvernementaux, ont rapporté les chaînes de télévision.

Plusieurs réunions ont été tenues ces derniers jours entre le chef d'état-major, le général Isik Kosaner, et le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan avant une réunion, début août, du Conseil militaire suprême (YAS) qui décide des nominations dans la hiérarchie militaire.

Outre le général Kosaner, les commandants des armées de terre, air et mer ont quitté leur poste, ce qui constitue une première en Turquie, pays membre de l'Otan, ont indiqué les chaînes d'information NTV et CNN-Türk.

"L'armée turque était autrefois intouchable"

L'agence semi-officielle Anatolie a précisé de son côté que le chef d'état-major et ses commandants avaient demandé leur départ à la retraite.

Quarante-deux généraux et plusieurs dizaines d'officier d'active ou à la retraite sont actuellement incarcérés dans le cadre de divers complots présumés visant à renverser le gouvernement du parti de la justice et du développement (AKP, issu de la mouvance islamiste), au pouvoir depuis 2002.

L'armée souhaiterait que ces militaires puissent a priori bénéficier d'une promotion, même s'ils sont en prison dans l'attente de la fin de leur procès, tandis que le gouvernement voudrait qu'ils partent en retraite.

La décision des généraux de quitter leur poste est hautement symbolique en Turquie où l'armée a été affaiblie depuis 2007 avec le lancement de plusieurs enquêtes sur des projets de complot visant le parti gouvernemental.

L'arrivée en 2002 au gouvernement de l'AKP, qui a remporté les élections législatives et juin dernier et parti pour une troisième législature d'affilée, avait fait redouter à une partie de l'opinion et à l'armée une remise en cause de la laïcité.

Un commandant de la gendarmerie nommé en remplacement

Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a nommé tard vendredi soir le commandant de la gendarmerie, le général Necdet Özel, chef d'état-major des armées et de l'armée de terre. Les deux nouvelles fonctions occupées par le général Özel donnent à penser qu'il sera prochainement nommé comme successeur en titre du chef d'état-major des armées démissionnaire, le général Isik Kosaner, selon la presse turque.

Le général Kosaner avait été nommé pour trois ans en 2010 à ce poste.

L'an dernier, s’appuyant sur l'offensive judiciaire anti-complot, les membres civils du YAS, (en particulier le Premier ministre), avaient bousculé la routine habituelle des promotions.

Sans aller jusqu’à imposer leurs choix aux militaires, ils avaient refusé de promouvoir ceux d’entre eux qui sont impliqués dans des affaires de complot, ce qui avait entraîné un retard dans la nomination du chef d'état-major actuel.

 

Première publication : 29/07/2011

  • LÉGISLATIVES TURQUES

    Erdogan devra négocier avec l'opposition pour réformer la Constitution

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES TURQUES

    L'AKP du Premier ministre Erdogan arrive largement en tête du scrutin

    En savoir plus

  • TURQUIE

    AKP : dans les coulisses d'une machine à gagner

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)