Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates de l'occupation

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

Economie

Obama somme le Congrès d'apporter une solution rapide à la crise de la dette

Vidéo par Maureen GRISOT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/07/2011

"Nous n'avons presque plus de temps"... Lors d'un discours, le président américain a exhorté démocrates et républicains à trouver un compromis pour régler la crise qui menace la première puissance économique mondiale d'un défaut de paiement.

AFP - Le président Barack Obama a exhorté vendredi le Congrès à sceller un compromis pour éviter un défaut de paiement aux Etats-Unis avant mardi, alors qu'aucune solution ne se dégageait et que la croissance américaine marquait le pas.

"Nous n'avons presque plus de temps", a averti M. Obama lors d'une courte intervention depuis la Maison Blanche, en appelant les Américains à "maintenir la pression" sur leurs élus à Washington pour qu'ils trouvent une solution rapide à la crise actuelle.

Le président a appelé ses alliés démocrates et ses adversaires républicains à trouver une solution, notant que "ce n'est pas une situation dans laquelle les deux partis sont très éloignés".

"Ce qui est évident à l'heure actuelle est qu'une solution pour éviter un défaut de paiement devra être soutenue par les deux partis", a dit M. Obama.

Si aucun projet de loi pour relever le plafond de la dette n'est envoyé à la Maison Blanche avant le 2 août, il ne restera que quelques jours à l'administration américaine selon les analystes pour payer ses factures avant d'épuiser ses réserves d'argent.

SUIVEZ L'ÉVOLUTION DE LA DETTE AMÉRICAINE EN TEMPS RÉEL


Devant l'incertitude et l'impact d'un potentiel défaut de paiement sur l'économie mondiale, l'inquiétude monte, notamment en Chine, premier détenteur de bons du Trésor américains, avec 1.160 milliards de dollars au mois de mai, selon Washington.

Le quotidien économique Jingji Cankao Bao a estimé que "la Chine doit se préparer à un effondrement des marchés financiers internationaux".

L'agence Chine nouvelle a accusé les élus américains d'être "dangereusement irresponsables". Elle a aussi affirmé que le monde "est à nouveau l'otage" des querelles intestines aux Etats-Unis et a mis en garde contre un risque de récession mondiale si aucun accord n'est trouvé.

En outre, vendredi, le gouvernement américain a publié des chiffres de croissance montrant que la première économie mondiale s'est enlisée depuis le début de l'année. A 1,3% en rythme annuel, la croissance du deuxième trimestre a été nettement plus lente que ne le pensaient les analystes, qui tablaient sur 1,8%.

Divisés, les républicains ont été incapables de rassembler suffisamment de voix dans leurs rangs jeudi pour un vote sur le projet de réductions budgétaires du président de la Chambre, le républicain John Boehner.

Débordé sur sa droite par les exigences d'élus, souvent ultraconservateurs, opposés à un relèvement du plafond de la dette sans réductions budgétaires significatives, M. Boehner a jeté l'éponge jeudi soir et reporté le vote.

Le chef républicain a décidé de tenter de nouveau sa chance vendredi, après une énième réunion de groupe, en essayant de convaincre une poignée d'indécis.

Mais après le fiasco des républicains de la Chambre, l'initiative semblait avoir basculé du côté du Sénat où les démocrates qui sont majoritaires ont élaboré un plan concurrent.

"D'ici à la fin de la journée, j'engagerai l'action sur le compromis du Sénat", a déclaré Harry Reid, le chef de la majorité démocrate, devant la chambre haute vendredi matin.

M. Reid a invité le chef des républicains du Sénat, Mitch McConnell, à discuter avec lui. "C'est probablement notre dernière chance de sauver ce pays du défaut de paiement", a déclaré M. Reid, dont l'initiative pourrait permettre un vote au cours du week-end.

M. McConnell a réagi dans un courriel en se disant prêt à entendre les propositions des démocrates.

Mais le républicain s'est interrogé sur la capacité du plan démocrate à rassembler et réclamé un texte pouvant "'être adopté par les deux chambres, empêcher la crise et protéger les Américains d'une économie qui se dégrade".

Des semaines de discussions n'ont jusqu'ici pas suffi pour trouver un accord sur un plan de réduction des déficits accompagné d'un relèvement du plafond de la dette, qui a atteint à la mi-mai sa limite fixée par la loi de 14.294 milliards de dollars, soit presque 100% du PIB.

Première publication : 29/07/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Le Congrès reporte son vote sur le relèvement du plafond de la dette

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    John Boehner, un républicain bon teint contrarié par le Tea Party

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    "Un compromis sur la dette va sans aucun doute être trouvé d'ici le 2 août"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)