Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

  • Un Français enlevé en Algérie, le Quai d'Orsay n'écarte "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

Economie

Le plan démocrate rejeté à la Chambre des représentants

Vidéo par Philippe GASSOT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/07/2011

Le texte élaboré par les élus démocrates, majoritaires au Sénat, afin de tenter de trouver un accord pour relever le plafond de la dette nationale, a été rejeté par la Chambre des représentants. Obama a convoqué les responsables démocrates.

AFP - La Chambre des représentants américaine, où les républicains sont majoritaires, a rejeté samedi un plan démocrate pour tenter d'éviter un défaut de paiement à trois jours de l'échéance fixée par le Trésor, alors que des négociations de la dernière chance se jouaient au Sénat.

SUIVEZ L'ÉVOLUTION DE LA DETTE AMÉRICAINE EN TEMPS RÉEL

Les élus ont rejeté le texte par 246 voix contre 173 le texte élaboré par le chef de la majorité démocrate du Sénat, Harry Reid. Ce vote intervient au lendemain du rejet d'un plan républicain par le Sénat.

Le président Barack Obama a tenté d'introduire une note d'optimisme samedi dans les négociations au Congrès pour éviter avant mardi un défaut de paiement des Etats-Unis, qui pourrait avoir des conséquences désastreuses sur l'économie mondiale.

Dans son discours hebdomadaire, il a répété que les deux parties n'étaient "pas si loin l'une de l'autre", mais il a averti qu'il restait "peu de temps".

Le président devait recevoir M. Reid et la chef des démocrates de la Chambre, Nancy Pelosi, samedi à 15H30 (19H30 GMT) à la Maison Blanche.

Samedi, les deux chambres du Congrès se sont lancées dans un nouveau week-end marathon pour tenter de trouver un accord avant mardi 2 août -- date-butoir fixée par le Trésor -- pour relever le plafond de la dette de 14.294 milliards de dollars et engager en même temps une politique de réduction des déficits.

"Nous avons toujours le temps de faire ça", a estimé samedi M. Reid, le chef de la majorité démocrate du Sénat. "J'exhorte mes amis républicains à se joindre à moi pour agir avec le seul plan de compromis qui reste", a ajouté le chef démocrate.

Pour tenter d'attirer des voix à droite, M. Reid a diffusé vendredi soir une nouvelle version de son plan avec des mesures "suggérées" par les républicains.

Il a aussi pris des mesures pour programmer un premier vote au Sénat ce week-end afin de tenter de faire adopter un texte et éviter un défaut de paiement.

Mais les républicains ont indiqué samedi qu'ils ne voteraient pas pour le plan Reid. Dans une lettre à Harry Reid, signée par 43 des 47 sénateurs républicains, ces derniers affirment: "nous vous écrivons pour vous dire que nous ne voterons pas pour votre plan de relèvement du plafond de la dette de 2.400 milliards", accompagné de 2.400 milliards d'économies sur 10 ans.

En outre, le chef de la minorité républicaine Mitch McConnell a demandé à ce que le président revienne à la table des négociations.

Des discussions informelles doivent se poursuivre samedi au Capitole entre les deux camps dans l'espoir d'obtenir un accord de dernière minute.

La Chambre des représentants avait adopté le plan républicain par 218 voix contre 210 peu avant le vote du Sénat vendredi. L'initiative a ensuite basculé du côté du Sénat avec le plan de M. Reid.

Dans son ultime version, le plan Reid autorise un relèvement du plafond de la dette de 2.400 milliards de dollars, accompagné de 2.400 milliards de dollars de réductions budgétaires sur 10 ans, contre 2.200 initialement. Ce relèvement du plafond de la dette est conçu pour tenir jusqu'en 2013.

Les républicains, eux, insistent sur un plan en deux étapes : un premier relèvement avant le 2 août et un deuxième début 2012, soit en pleine campagne électorale.

Si les deux partis ont fait des concessions au fil des négociations, leurs philosophies politiques restent largement opposées. D'un côté les républicains réclament des baisses d'impôts et des réductions budgétaires drastiques. De l'autre, les démocrates veulent accompagner la rigueur budgétaire d'efforts fiscaux de la part des plus riches.

Si aucun projet de loi pour relever le plafond de la dette n'est envoyé à la Maison Blanche avant le 2 août, il ne restera que quelques jours à l'administration pour payer ses factures avant d'épuiser ses réserves d'argent, selon les analystes.

L'ancien secrétaire adjoint au Trésor sous l'administration de George W. Bush, Neel Kashkari, qui a été confronté à la situation créée par l'effondrement de la grande banque d'affaires Lehman Brothers, a estimé vendredi que le contexte économique était pire en septembre 2008 qu'à l'heure actuelle, mais que l'économie américaine demeurait fragile.

L'agence d'évaluation financière Moody's a précisé vendredi qu'elle donnait aux Etats-Unis plus d'une chance sur deux de conserver la note "Aaa" attachée à leur dette publique, en cas de désaccord persistant sur le relèvement du plafond. Selon un sondage publié par l'institut Gallup, l'impasse budgétaire entame la popularité du président Obama, qui est tombée à 40% contre 50% début juin.

Première publication : 30/07/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Le Sénat américain rejette le plan républicain sur le plafond de la dette

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Obama somme le Congrès d'apporter une solution rapide à la crise de la dette

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    "Un compromis sur la dette va sans aucun doute être trouvé d'ici le 2 août"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)