Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Economie

Le Sénat américain rejette une nouvelle proposition démocrate

Vidéo par Philippe GASSOT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/07/2011

Le Sénat américain à rejeté dimanche une proposition des démocrates, menés par Harry Reid (photo), pour augmenter le plafond de la dette. Plus tôt, le chef des démocrates au Sénat annonçait pourtant qu'un accord était "très proche".

REUTERS - Le Sénat américain a rejeté dimanche, par 50 voix contre 49, un plan démocrate visant à relever le plafond d'endettement de Washington, mais les négociations entre républicains et démocrates se poursuivent afin de trouver un compromis avant mardi prochain.

Le chef de file des démocrates au Sénat, Harry Reid, à l'origine de ce plan, n'a pas réussi à obtenir les 60 voix nécessaires pour faire valider sa proposition.

SUIVEZ L'ÉVOLUTION DE LA DETTE AMÉRICAINE EN TEMPS RÉEL

Plus tôt dans la journée, le Congrès américain semblait pourtant sur le point de parvenir à un accord de dernière minute pour relever le plafond de la dette et éviter à la première économie mondiale un défaut de paiement.

Signe d'une amélioration du climat, Harry Reid avait annoncé un report de plusieurs heures du vote sur un plan de relèvement du plafond de la dette, afin de donner davantage de temps aux négociateurs des deux camps.

Malgré le vote défavorable de dimanche, les pourparlers continuent et un accord bipartisan pourrait encore être trouvé dans la journée à partir des éléments du plan de Harry Reid. Le Sénat serait alors sommé d'agir rapidement.

"De nombreux problèmes doivent d'abord être résolus."

"Le compromis que l'on essaie de dégager avec le dirigeant républicain, l'administration et d'autres n'est pas encore là", a déclaré Harry Reid après le vote. "Nous avons bon espoir que ce soit possible", a-t-il ajouté en évoquant la possibilité d'un nouveau vote.

Selon les règles en vigueur au Sénat, tout vote final sur une proposition peut en effet être reporté jusqu'à mercredi, soit un jour après la date butoir à laquelle Washington se retrouverait en situation de défaut.

Le Trésor américain, qui a atteint son plafond d'endettement en mai et a besoin du Congrès pour emprunter davantage, a prévenu qu'en cas d'absence d'accord après le 2 août, les Etats-Unis risqueraient de ne plus pouvoir remplir leurs obligations vis-à-vis de leurs créanciers.

Le Républicain McConnell confiant

Soulevant également l'espoir d'une issue positive aux négociations, la chaîne ABC News rapportait avant l'issue du vote que, selon des sources du Congrès, les débats sur la dette américaine avaient abouti à un accord de principe sur un plan cadre visant à réduire le déficit budgétaire.

Le chef de file de la minorité républicaine du Sénat, Mitch McConnell, qui joue un rôle clé dans ces pourparlers, avait même précisé que cet accord porterait sur un montant de 3.000 milliards de dollars.

"Notre pays ne sera pas en défaut pour la première fois de son histoire, cela n'arrivera pas", affirmait Mitch McConnell, se disant "confiant et optimiste" quant aux possibilités de parvenir dans les temps à un accord bipartisan.

Les trois scénarii envisageables

Si démocrates et républicains s'accordent sur la nécessité de relever le plafond de la dette, actuellement fixé à 14.300 milliards de dollars, les discussions achoppaient jusqu'ici sur le calendrier et sur le plan de réduction des déficits qui doit accompagner le relèvement.

Afin de rassurer les marchés qui craignent un abaissement de la note souveraine américaine, la Maison blanche s'est dite prête à relever le plafond d'endettement quelques jours de plus en cas d'accord sur la dette qui nécessiterait un délai pour obtenir le feu vert du Congrès.

Le conseiller économique de la Maison Blanche Gene Sperling a également déclaré avant l'issue du vote qu'un plan d'urgence permettant à Washington d'honorer ses obligations financières serait présenté en cas d'échec sur un accord budgétaire au Congrès.

 

Première publication : 31/07/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Un accord sur la dette est "très proche", selon le chef des républicains au Sénat

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Course contre la montre pour trouver un accord sur la dette américaine

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    "Un compromis sur la dette va sans aucun doute être trouvé d'ici le 2 août"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)