Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

Impopularité record : François Hollande dans une impasse ?

En savoir plus

Droit du sol : une réforme nécessaire ?

En savoir plus

Affaire Léonarda : une expulsion qui divise la gauche

En savoir plus

Le Front National, bientôt premier parti de France ?

En savoir plus

François Hollande manque-t-il d'autorité ?

En savoir plus

Roms : Valls créé la polémique

En savoir plus

Affaire du bijoutier de Nice, entre soutiens et polémiques...

En savoir plus

La Charte de la laïcité, repère nécessaire ou gadget politique ?

En savoir plus

Intervention en Syrie : François Hollande dans l'impasse

En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Vidéo : à la rencontre des réfugiés syriens exilés en Turquie

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

Economie

Le Sénat approuve l'accord sur la dette publique américaine

Vidéo par Florence GAILLARD , Noémie ROCHE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/08/2011

Le Sénat a adopté, par 74 voix contre 26, le texte sur le relèvement du plafond de la dette publique américaine, permettant aux États-Unis d'éviter un défaut de paiement. Le président Barack Obama a promulgué cet accord.

AFP - Barack Obama a exhorté mardi le Congrès à se pencher sur l'économie et la création d'emplois, quelques instants après l'adoption finale au Sénat d'un texte évitant un défaut de paiement aux Etats-Unis tout en prévoyant des réductions budgétaires.

Le président a rapidement promulgué le texte, quelques heures à peine avant l'ultime limite fixée par le Trésor mardi à minuit (mercredi 04H00 GMT). Les sénateurs ont approuvé le texte par 74 voix contre 26 au lendemain de son adoption à la Chambre des représentants par 269 voix contre 161.

"Les américains ont évité de justesse le défaut de paiement"

La menace du défaut de paiement écartée au moins jusqu'en 2013, M. Obama a tancé le Congrès pour s'être lancé dans une guerre de tranchées sur les déficits et les dépenses publiques plutôt que de se concentrer sur le chômage.

"Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour faire croître cette économie et remettre l'Amérique au travail", a affirmé le président.

"Tout le monde doit s'y mettre. Ce n'est que justice. C'est le principe pour lequel je vais me battre dans les prochaines phases de ce processus", a dit M. Obama dans une allocution.

Au Sénat, immédiatement après le vote, le chef de la majorité démocrate Harry Reid a fait écho au président: "Le travail numéro un du Congrès doit être de créer des emplois pour les Américains".

"Assez parlé de la dette, nous devons parler d'emploi"


M. Reid a aussi annoncé que le premier texte sur lequel le Sénat se pencherait à son retour de congés parlementaires en septembre serait un projet de loi sur les brevets, dont les démocrates espèrent tirer des créations d'emplois.

Côté Chambre, la chef de la minorité démocrate Nancy Pelosi a enfoncé le clou en lançant mardi devant la presse: "Assez parlé de la dette. Nous devons parler d'emploi".

Mais les marchés ne semblaient pas apaisés mardi soir. La Bourse de New York a terminé en forte baisse: le Dow Jones a perdu 2,19% chutant sous 12.000 points, et le Nasdaq 2,75%. Et le Dow Jones Industrial Average a lâché 265,87 points à 11.866,62 points, son plus bas niveau de clôture depuis la mi-mars.

Les marchés asiatiques ont suivi le même chemin à l'ouverture mercredi: Tokyo était en baisse de 1,42% et Hong Kong de 1,97%.

Les Etats-Unis ont échoué à désamorcer "la bombe de leur dette", a commenté sévèrement mercredi l'agence officielle chinoise Chine nouvelle. Le Banque centrale chinoise continuera elle à diversifier ses investissements en devises étrangères face aux menaces qui pèsent encore sur le dollar.

Et le compromis suscite peu d'enthousiasme dans les deux camps.

"Ce n'est pas le plan de réduction des déficits que j'aurais écrit", avait affirmé mardi le chef de la minorité républicaine du Sénat, Mitch McConnell, dont le parti aurait souhaité davantage de réductions budgétaires.

SUIVEZ L'ÉVOLUTION DE LA DETTE AMÉRICAINE EN TEMPS RÉEL

Pour M. Reid, "la majorité des démocrates, des indépendants et des républicains pensent que cet arrangement est injuste car les plus riches n'y ont pas contribué".

Le texte ne comporte aucune hausse d'impôt, un point sur lequel M. Obama a dû céder face à la pression des républicains, s'attirant les critiques de son propre camp.

Après des semaines de bataille acharnée entre les deux partis, le Congrès autorise un relèvement du plafond de la dette qui avait atteint le 16 mai son maximum à 14.294 milliards de dollars.

Mais l'économie américaine reste mal en point, avec un taux de chômage à 9,2% et une croissance faible à 1,3%. Et les derniers indicateurs ne sont pas rassurants: la consommation des ménages a chuté de 0,2%, selon des données du mois de juin publiées mardi.

La perspective de la note de Moody's passe à "négative"


L'agence de notation financière Fitch a maintenu sa note "AAA" pour le pays, la meilleure possible, car "le risque d'un défaut de paiement reste extrêmement faible". Quant à l'agence Moody's, tout en maintenant elle aussi sa meilleure note ("Aaa") elle a fait passer mardi sa perspective de "stable" à "négative", expliquant que les mesures votées ne suffiraient pas nécessairement pour améliorer l'état des finances publiques américaines.

L'agence de notation chinoise Dagong - qui assure être indépendante mais qui doit encore prouver dans le temps une réelle crédibilité - a elle abaissé la note du crédit aux Etats-Unis de A+ à A.

De son côté, la directrice générale du FMI Christine Lagarde a salué le relèvement du plafond de la dette, une bonne nouvelle "pour l'économie américaine et mondiale" et demandé une poursuite des efforts pour abaisser le déficit.

Pour sa part, le secrétaire au Trésor Timothy Geithner a reconnu que la durée du blocage avait fait "beaucoup de dégâts" et érodé la confiance des investisseurs étrangers. Il a toutefois assuré être "très confiant" quant à la "solidité" de l'économie américaine.

Selon un sondage CNN/Opinion research poll, 60% des Américains désapprouvent le fait que le texte ne contienne pas de hausse d'impôts pour les plus riches.

L'accord prévoit notamment un relèvement du plafond de la dette d'au moins 2.100 milliards de dollars, pour permettre au Trésor de faire des emprunts après le 2 août, selon le Bureau du budget du Congrès (CBO), un organisme neutre.

La mesure est accompagnée de réductions budgétaires allant jusqu'à 2.500 milliards de dollars en deux étapes. Une commission spéciale bipartite du Congrès devra se mettre d'accord -- avant Thanksgiving, fin novembre -- sur des baisses de dépenses supplémentaires, après une première tranche de 1.000 milliards de dollars.

Première publication : 02/08/2011

  • ÉTATS-UNIS

    La Chambre des représentants adopte l'accord sur la dette

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    L'accord sur la dette américaine en quelques points

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Moody's met son grain de sel dans la cuisine budgétaire américaine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)