Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Un livre sur la poupée Barbie indigne la Toile américaine

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

François Hollande revient à Florange

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dialogue de sourds ?"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les mythes fracassés de la présidence Hollande"

En savoir plus

SUR LE NET

Les drones, des jouets qui peuvent être dangereux

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile témoigne de la tempête de neige aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

Afrique

Plusieurs blessés dans des heurts entre la police et des demandeurs d'asile

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/08/2011

Quelque 35 personnes ont été blessées à Bari, dans le sud de l'Italie, après des accrochages entre les forces de l'ordre et des migrants qui bloquaient des voies de communication dans le but d'obtenir le statut de réfugié.

AFP - Des demandeurs d'asile ont bloqué pendant plusieurs heures lundi une route et une voie ferrée près d'un centre d'accueil de migrants à Bari (sud de l'Italie) pour exiger le statut de réfugié, provoquant des affrontements avec les forces de l'ordre qui ont fait 35 blessés, ont annoncé les médias italiens.

Parmi les blessés figurent notamment des policiers et quelques passants ayant reçu des pierres jetées par les manifestants, qui s'en sont aussi pris avec leurs projectiles à un autobus qui passait à proximité, selon le site internet du quotidien Il Corriere della Sera.

Les manifestants, au nombre de plusieurs centaines et pour certains armés de barres de fer, ont bloqué la voie ferrée avec de grosses pierres et allumé des feux le long de la voie. Une trentaine d'entre eux ont été arrêtés.

La circulation des trains a été suspendue et plusieurs trains régionaux ont dû être retardés ou annulés. La voie ferrée a été rendue à la circulation en milieu d'après-midi.

La manifestation s'est achevée en début d'après-midi avec l'engagement écrit pris par le préfet adjoint de Bari (Pouilles) de répondre aux demandes formulées d'ici à mercredi, après une réunion qui aura lieu à Bari sous l'égide du secrétaire d'Etat à l'Intérieur, Alfredo Mantovano.

Les manifestants entendaient protester contre les lenteurs administratives retardant le traitement de leurs dossiers de demande du statut de réfugiés.

Le secrétaire d'Etat à l'Intérieur a demandé "des sanctions contre ceux qui seront reconnus responsables de ces actions".

Fabio Rizzio, sénateur de la Ligue du Nord (parti xénophobe, membre de la coalition gouvernementale de Silvio Berlusconi), a "demandé à ce que le parquet fasse une enquête exhaustive et procède à des expulsions".

A gauche, la sénatrice du Parti démocrate (PD, opposition), Rosa Calipari, a en revanche exigé que "le gouvernement révise sa politique et adopte des mesures qui soient plus raisonnables et plus respectueuses des droits de l'homme". "Détenir des gens innocents en prison est intolérable", a-t-elle dit.

Dans la soirée, d'autres accrochages ont eu lieu près d'un centre d'accueil situé à Isola Capo Rizzuto en Calabre (sud).

Une trentaine de demandeurs d'asile qui manifestaient devant le centre ont été dispersés par les forces de l'ordre. Deux d'entre eux ont été arrêtés tandis qu'un policier a été légèrement blessé et une route nationale bloquée en raison de ces accrochages.

Plusieurs manifestations ont marqué ces dernières semaines les centres d'accueil pour migrants, remplis notamment de travailleurs africains ayant fui le conflit en Libye.

Ces incidents sont intervenus exactement 20 ans après que des dizaines de milliers d'Albanais eurent débarqué à Bari à l'issue de la chute du communisme.

Première publication : 02/08/2011

  • ITALIE

    Lampedusa : 25 migrants retrouvés morts dans un bateau en provenance de Libye

    En savoir plus

  • ITALIE

    Un bateau de migrants s'échoue au large de Lampedusa

    En savoir plus

  • Clandestins tunisiens : France, terre d’accueil ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)