Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

Economie

Pékin juge sévèrement l'accord sur la dette publique américaine

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/08/2011

Pour la Chine, l'adoption du texte permettant aux États-Unis d'éviter un défaut de paiement ne parviendra pas à "désamorcer la bombe de leur dette". Dans la foulée, l'agence de notation chinoise Dagong a abaissé la note de la dette américaine.

AFP - La Chine a accueilli durement mercredi l'adoption d'un plan qui évite un défaut de paiement aux Etats-Unis, estimant qu'ils échouaient à désamorcer "la bombe de leur dette" et confirmant son intention de limiter sa dépendance au dollar pour ses énormes réserves de change.

L'agence de notation financière chinoise Dagong a par ailleurs abaissé la note de la dette souveraine américaine dans la foulée.

L'adoption par le Congrès américain d'un texte permettant d'éviter un défaut de paiement des Etats-Unis au moins jusqu'en 2013, a échoué à désamorcer "la bombe de la dette", a jugé mercredi, en des termes très sévères, Chine nouvelle.

Un échec à maîtriser les emprunts américains pourrait affecter le "bien-être de centaines de millions de familles au Etats-Unis et à l'étranger", estime l'agence officielle.

Le gouverneur de la Banque centrale, Zhou Xiaochuan, a annoncé que "les réserves de change de la Chine vont continuer à suivre les principes de la diversification des investissements et de la gestion des risques", dans un communiqué.

Les réserves de change de la Chine, les plus importantes au monde, ont atteint 3.197 milliards de dollars fin juin, en augmentation de 30,3% sur un an, selon la banque centrale.

Mais la Chine est préoccupée car elle est de loin le plus grand créancier des Etats-Unis, et détenait en mai quelque 1.160 milliards de dollars de bons du Trésor américains.

La crise de 2008 a renforcé l'inquiétude de la Chine sur ces avoirs et l'a poussée à investir davantage en euros --pour des montants non divulgués mais jugés modestes par les analystes-- notamment en France et en Allemagne.

La marge d'action de la Chine reste toutefois limitée, selon les experts. "Je suis convaincu qu'ils souhaitent une diversification (de leurs réserves) mais cela ne concernera que des marges", a affirmé à l'AFP Alistair Thornton, analyste chez IHS Global Insight.

"En fait il serait compliqué pour la Chine de se diversifier aux dépens de l'achat de dette américaine sans radicalement changer tout son modèle économique", a-t-il expliqué.

"Il n'existe pas d'autre marché aux liquidités aussi importantes que les Etats-Unis", ajoute-t-il, pour expliquer les achats massifs par la Chine de dette américaine.

La Chine "dispose de très peu d'options pour investir sur les marchés internationaux ses réserves de change massives", a confirmé Yin Zhentao, de l'Académie des sciences sociales.

La déclaration très critique de Chine nouvelle sur l'accord américain sur la dette intervient après des commentaires très négatifs, lundi et mardi dans la presse officielle chinoise.

"Même si les Etats-Unis ont fondamentalement évité le défaut de paiement, les problèmes de leur dette souveraine demeurent non résolus", avait jugé le Quotidien du peuple, organe officiel du Parti communiste.

La télévision d'Etat avait elle aussi critiqué l'accord de dernière minute conclu entre le président Obama et le Congrès. "Il s'agit d'un spectacle politique qui est plus un effet d'annonce qu'(un accord de) fond", avait-elle estimé.

L'agence de notation chinoise Dagong a de son côté abaissé la note des Etats-Unis.

Elle passe de A+ à A avec une perspective négative, a précisé Dagong, qui assure être indépendante mais doit encore prouver dans le temps une réelle crédibilité. Le relèvement du plafond de la dette publique américaine ne pourra qu'"aggraver encore" la crise, a estimé Dagong.

Le 14 juillet, Dagong avait assorti d'une perspective négative son évaluation de la dette souveraine des Etats-Unis, qu'elle avait déjà abaissée d'un cran en novembre 2010, de AA à A+.

L'agence de notation chinoise suit une méthodologie distincte de celle des agences anglo-saxonnes Moody's, Fitch ou Standard & Poor's.

Contrairement aux trois agences qui accordent aux Etats-Unis le sésame Aaa, Dagong n'avait pas accordé à Washington cette note maximale.

Première publication : 03/08/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Le Sénat approuve l'accord sur la dette publique américaine

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    L'accord sur la dette américaine en quelques points

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)