Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Émotion en ligne après la libération de quatre otages français

En savoir plus

BILLET RETOUR

Prijedor : les survivants contre l’oubli

En savoir plus

REPORTERS

En Inde, des votes à vendre

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Printemps de Bourges, Festival d'Aix en Provence... la musique en festival!

En savoir plus

FOCUS

Washington–Bucarest : un partenariat de plus en plus stratégique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : une élection taillée sur mesure pour Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Moscou accuse les autorités ukrainiennes d'enfreindre l'accord de Genève

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon la Fifa

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

Afrique

L'état de famine s'étend à trois nouvelles régions de Somalie

©

Vidéo par Ben BARNIER

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/08/2011

Trois nouvelles zones de Somalie, dont la capitale Mogadiscio, ont été décrétées mercredi en état de famine, selon l'ONU. La situation pourrait s'étendre à l'Ouganda. Un mois après l'officialisation de la crise, l'aide humanitaire reste inadéquate.

AFP - La famine s'est propagée à trois nouvelles zones de Somalie, notamment la capitale Mogadiscio et le plus important site de déplacés au monde, en raison d'une grave sécheresse affectant toute la Corne de l'Afrique, a indiqué mercredi l'ONU.

"La situation actuelle représente la plus sévère crise humanitaire dans le monde aujourd'hui et la pire crise de sécurité alimentaire depuis la famine de 1991-1992 en Somalie", selon l'ONU.

Ces nouvelles régions affectées comprennent notamment deux sites où des centaines de milliers de déplacés somaliens se sont rassemblés pour tenter d'avoir de la nourriture.

"La famine est présente maintenant", a indiqué Graine Moloney, chef de la cellule "Sécurité alimentaire et analyse de la nutrition" (FSNAU) pour la Somalie.

"Les trois régions (concernées) sont le site de déplacés du corridor d'Afgoye, la communauté de déplacés de Mogadiscio, dans les sept districts de la ville, et dans les districts de Balaad et d'Adale dans le Moyen Shabelle", a-t-elle ajouté.

En juillet, l'ONU avait décrété l'état de famine dans les régions de Bakool et du Bas Shabelle, toujours dans le sud de la Somalie, pays ravagé depuis 20 ans par une guerre civile.

Quelque 409.000 Somaliens se sont rassemblés dans la zone du corridor d'Afgoye, a précisé la responsable de l'ONU, ce qui constitue le plus important site de déplacés au monde.

"Réponse humanitaire inadéquate"


"Malgré une attention plus importante ces dernières semaines, la réponse humanitaire actuelle reste inadéquate, en partie à cause des restrictions d'accès et des difficultés pour accroître les programmes d'assistance d'urgence, mais aussi à cause de financements insuffisants", selon un communiqué de l'ONU.

"En conséquence, la famine pourrait s'étendre à toutes les régions du sud de la Somalie dans les quatre à six semaines à venir", selon le texte.

De plus, des récentes pluies torrentielles dans la région de Mogadiscio ont encore accru les souffrances des habitants et déplacés, déjà affaiblis par la malnutrition.

La Suisse a de son côté décidé de donner 4,5 millions de francs suisses (5,5 millions USD) d'aide supplémentaires.

La présidente de la Confédération, Mme Micheline Calmy-Rey, se trouve actuellement en visite au Kenya, "afin de se rendre compte par elle-même de la difficulté de la situation". Elle est le premier chef d'Etat occidental à se rendre dans la Corne de l'Afrique depuis le début de la sécheresse.

La présidente suisse doit visiter le camp de Dadaab, à l'est du Kenya, qui accueille plus de 380.000 personnes chassées de Somalie par la guerre civile et la sécheresse. Il est considéré comme le plus grand camp de réfugiés du monde.

La sécheresse en Afrique de l'Est menace environ 12 millions de personnes, selon les Nations unies. Quelque 564.000 d'entre elles risquent de mourir faute d'intervention urgente, selon l'ONU et Oxfam.

La crise humanitaire pourrait également s'étendre géographiquement, l'organisation de l'ONU pour l'agriculture et l'alimentation (FAO) ayant indiqué mardi que l'Ouganda commençait à être touché par la sécheresse et l'insécurité alimentaire.

La situation est particulièrement critique en Somalie en raison de la difficulté, voire de l'impossibilité d'accès aux zones contrôlées par les insurgés islamistes shebab, qui ont interdit depuis 2009 l'accès de leur territoire aux agences humanitaires de l'ONU et à nombre d'ONG internationales.

Mardi, les Etats-Unis ont décidé d'alléger les sanctions liées aux shebab, classés "organisation terroriste" par Washington, afin de faciliter l'acheminement de l'aide.

Première publication : 03/08/2011

  • SOMALIE

    La famine affaiblit et divise les militants shebab

    En savoir plus

  • CORNE DE L'AFRIQUE

    L’Érythrée, une "menace" de plus pour la stabilité de la Corne de l’Afrique

    En savoir plus

  • CORNE DE L'AFRIQUE

    Famine : la communauté internationale se contente d'une réponse à court terme

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)