Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : le gouvernement dissout le comité olympique

En savoir plus

LE DÉBAT

France - arrêtés anti-burkini : une dérive politique ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

France - arrêtés anti-burkini : une dérive politique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Disparition de Sonia Rykiel, femme libre et "reine du tricot"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping : "Ali Bongo est incapable de diriger le Gabon"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ali Bongo : "L’opposition ne parle que de mon acte de naissance"

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : la politique migratoire de Merkel pèse dans la campagne pour les régionales

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Destruction des mausolées de Tombouctou : 9 à 11 ans de prison requis contre Ahmad Al Mahdi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Ville morte en RDC" : une mobilisation inégale dans le pays

En savoir plus

FRANCE

Un syndicat des pilotes menace de suspendre sa participation à l'enquête

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/08/2011

Le syndicat majoritaire chez les pilotes de ligne ne souhaite plus participer aux investigations sur le crash du vol Rio-Paris. Selon lui, le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) mène une instruction à charge.

AFP - Le SNPL, syndicat majoritaire des pilotes de ligne, a annoncé mercredi son souhait de "suspendre sa participation" à l'enquête sur la catastrophe du vol Rio-Paris, redoutant que celle-ci ne "se transforme en une simple instruction à charge contre l'équipage".

Le syndicat a affirmé que sa confiance dans le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) était "sérieusement entamée", après la révélation par la presse que les enquêteurs ont retiré de leur dernier rapport une recommandation mettant en cause une alarme de l'appareil accidenté, un A330 d'Airbus.

La note d'information du Bureau d'Enquêtes et d'Analyses (le 27/05)

Se disant "préoccupé par ces graves révélations", le syndicat a donc demandé à son enquêteur de se retirer provisoirement de l'enquête, le temps qu'un certain nombre de points soient éclaircis.

Le SNPL souhaite savoir pourquoi la recommandation sur l'alarme de décrochage ne figure pas dans le dernier rapport officiel publié vendredi. Il se demande également si "d'autres modifications significatives" ont été apportées au rapport, détaille le communiqué.

Mardi soir, des informations de presse rapportaient qu'une recommandation sur l'alarme de décrochage de l'A330, figurant sur une version quasi-définitive du rapport des enquêteurs, avait été retirée de la version officielle, rendue publique vendredi.

Interrogé par l'AFP, le BEA a reconnu que les enquêteurs avaient envisagé une telle recommandation mais qu'ils l'avaient finalement jugée prématurée.

Dans son dernier rapport, le BEA a pointé une série de défaillances de l'équipage, qui n'a pas appliqué les procédures requises face aux deux principaux incidents ayant conduit au crash: le givrage des sondes de mesure des vitesses de marque française Thales et le décrochage de l'appareil.

Le SNPL participe à l'enquête technique sur l'accident, au même titre que le constructeur de l'avion accidenté, Airbus et que la compagnie aérienne, Air France.

Première publication : 03/08/2011

  • VOL RIO-PARIS

    Un nouveau rapport du BEA met en cause la formation des pilotes

    En savoir plus

  • "Vol Paris-Rio : le rapport d’enquête caviardé"

    En savoir plus

  • Enquête du BEA : le rapport de la discorde

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)