Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Afrique

L'ONU estime qu'il faudrait 25 à 30 ans pour venir à bout de la pollution pétrolière

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/08/2011

L'ONU, au terme d'une enquête "sans précédent" sur la pollution dans l'Ogoniland, situé du sud du Nigéria, estime que l'impact environnemental de l'industrie pétrolière est tel qu'il faudrait organiser au plus vite une vaste opération de nettoyage.

AFP - L'ONU a estimé jeudi que l'ampleur de la pollution pétrolière dans le sud du Nigeria, après 50 ans d'extraction de brut, était telle qu'elle pourrait nécessiter l'opération de nettoyage la plus vaste jamais réalisée au monde.

Le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) a mené durant deux ans "une évaluation sans précédent" de l'étendue et de l'impact de la pollution dans l'Ogoniland, au coeur du delta du Niger, la région pétrolifère du premier producteur de brut d'Afrique.

Des ONG dont Amnesty International ont immédiatement réagi en montrant du doigt la compagnie anglo-néerlandaise Shell, la plus ancienne et la plus importante des majors opérant au Nigeria.

"La restauration environnementale de l'Ogoniland pourrait bien être l'exercice de nettoyage de pétrole le plus vaste et le plus long jamais réalisé dans le monde si l'on veut ramener à un état entièrement sain l'eau potable, les sols, les criques et les écosystèmes importants tels que les mangroves, qui sont contaminés", selon un communiqué du PNUE qui a présenté l'étude jeudi à Abuja.

Ce nettoyage complet pourrait prendre 25 à 30 ans.

L'agence onusienne préconisé notamment la création d'un fonds spécial pour l'Ogoniland et suggère que les compagnies pétrolières et le gouvernement nigérian y injectent un milliard de dollars.

"Dans au moins dix communautés Ogoni, où l'eau potable est contaminée avec des niveaux élevés d'hydrocarbures, la santé publique est sérieusement menacée", relève le PNUE, précisant que l'une de ces communautés est située a proximité d'un oléoduc de la compagnie pétrolière nigériane (NNPC).

L'Ogoniland est quadrillé d'oléoducs et jonché de puits et les défenseurs de l'environnement dénoncent depuis des années l'impact environnemental de l'exploration de brut qui a détruit, selon eux, les moyens de subsistance d'une population vivant essentiellement de la pêche et de l'agriculture.

Shell fut contrainte de quitter l'Ogoniland en 1993 après des violences liées à la pauvreté et alors que beaucoup d'habitants ont dénoncé des dégâts environnementaux.

La question de l'attribution de la responsabilité de la pollution est souvent épineuse. De nombreux activistes dénoncent la négligence des groupes pétroliers.

Le PNUE relève que "le contrôle et l'entretien des installations pétrolières dans l'Ogoniland demeure inadéquat: les propres procédures de Shell Petroleum Development Company (SPDC) n'ont pas été respectées, conduisant à des problèmes de santé publique et de sécurité".

Amnesty International a de son côté estimé jeudi que l'étude prouvait que "Shell a eu un impact terrible au Nigeria et s'en est sorti en niant cela des décennies durant". Le groupe a "systématiquement échoué" à nettoyer ses fuites de pétrole, affirme l'ONG dans un communiqué.

Shell a réagi jeudi en réaffirmant que "la plupart des fuites" étaient le résultat "de sabotage, vol et raffinage clandestin".

"Nous nettoyons toutes les fuites depuis nos installations quelle qu'en soit la cause", a assuré dans un communiqué Mutiu Sunmonu, directeur général de SPDC, qui gère les opérations nigérianes pour Shell.

Un important oléoduc appartenant à SPDC continue de traverser l'Ogoniland, selon le site internet de la société, et Shell a reconnu mercredi sa responsabilité dans deux marées noires en 2008 et 2009 dans la région, s'engageant à payer des compensations.

Amnesty dénonce aussi "le grave échec du gouvernement nigérian à réguler et contrôler les compagnies telles que Shell".

Le président Goodluck Jonathan a assuré après avoir reçu l'étude, que son gouvernement allait "discuter avec Shell et d'autres compagnies (...) ainsi que les agences gouvernementales compétentes pour voir comment nous pouvons gérer ce rapport".

Le Mouvement pour la survie du peuple Ogoni (Mosop) a estimé jeudi que le gouvernement devait "révoquer la licence de Shell en raison des ravages provoqués dans l'Ogoniland".

Première publication : 04/08/2011

  • NIGERIA

    Huit cents morts depuis l'élection de Goodluck Jonathan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)