Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

SUR LE NET

"Tor", nouvelle cible de la NSA

En savoir plus

  • Reprise des bombardements à Gaza, l'espoir d'une trêve s'éloigne

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • La Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

  • Boko Haram kidnappe la femme du vice-Premier ministre camerounais

    En savoir plus

Economie

Dégringolade inattendue des Bourses européennes

Vidéo par Ben BARNIER

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/08/2011

La décision de la Banque centrale européenne de recommencer à acheter des obligations d'État n'a pas suffi à rassurer les investisseurs. Les marchés européens ont perdu environ 290 milliards d'euros de leur valeur depuis le début de la semaine.

AFP - La Banque centrale européenne (BCE) n'est pas parvenue jeudi à ramener le calme sur les marchés, en pleine dégringolade, après avoir pourtant réactivé deux mesures exceptionnelles, dont son programme de rachat d'obligations publiques.

Les principales bourses européennes ont toutes terminé la journée en baisse de plus de 3%, peu après une conférence de presse du président de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet, très attendue par les marchés qui espéraient quelque réconfort après plusieurs jours de baisse et de tension.

M. Trichet a annoncé que le conseil des gouverneurs de la banque avait décidé "à une écrasante majorité" de procéder à de nouveaux achats d'obligations.

Auparavant, il avait précisé n'avoir "jamais dit" que ce programme, entamé à contre-coeur au printemps 2010 pour porter secours à la Grèce, avait été "interrompu". La BCE n'en avait pourtant pas fait usage depuis plus de quatre mois, considérant qu'il appartient aux responsables politiques européens d'adopter les mesures d'ajustement nécessaires pour mettre fin à la crise.

La reprise de ces achats, censés aider les pays les plus fragiles de la zone euro, était réclamée par les marchés, selon plusieurs analystes. Mais cela n'a pas empêché les bourses européennes de piquer du nez tandis que l'euro se dépréciait face au dollar et que l'or atteignait un nouveau plus haut historique.

Le fait que M. Trichet ait annoncé la reprise du rachat d'obligations en termes sybillins, au détour d'une réponse à la question d'un journaliste, "crée des doutes sur le sérieux" de cet engagement, estime Holger Schmieding, chef économiste chez Berenberg Bank.

M. Trichet a par ailleurs "refusé de dire si la BCE allait aussi racheter des obligations espagnoles et italiennes", ce qui constitue un mauvais signe, poursuit l'économiste.

La BCE a pourtant également annoncé qu'elle allait aussi venir en aide aux banques, en mettant à leur disposition des liquidités supplémentaires.

Une opération exceptionnelle de prêt sur six mois sera lancée le 9 août avec une maturité au 11 mars 2012, en réaction aux "tensions renouvelées sur certains marchés de la zone euro", a précisé M. Trichet.

La BCE avait déjà procédé à ce type d'opérations pour faire face à la crise mondiale, mais ces opérations avaient cessé fin 2009.

L'allocation illimitée de crédits aux banques, à taux fixe et sur des périodes allant jusqu'à trois mois, est quant à elle prolongée d'un trimestre, jusqu'à janvier 2012.

Ces tensions sur les marchés ont conduit l'Espagne à reporter une émission obligataire prévue le 18 août, après celle qui a eu lieu jeudi matin au cours de laquelle le Trésor espagnol a emprunté 3,311 milliards d'euros à 3 et 4 ans, à des taux d'intérêt en forte hausse par rapport aux dernières émissions similaires.

Face à la dégradation de la situation, le président de la Commission européenne a prôné une réévaluation des capacités du Fonds de soutien européen, créé l'an dernier au plus fort de la crise grecque. Il a également reconnu que la crise de la dette s'étendait désormais au-delà des pays fragiles de la zone euro, dans un courrier adressé aux dirigeants de l'Union monétaire.

M. Trichet souhaite précisément voir ce Fonds de soutien européen relayer rapidement la BCE comme cela a été décidé lors d'un sommet à Bruxelles le 21 juillet.

Or ce transfert serait "dangereux", estime Holger Schmieding. "En cas de panique irrationnelle, un message puissant est nécessaire pour l'arrêter", ce que seule une banque centrale "qui peut agir vite et à grande ampleur" peut faire", ajoute-t-il, estimant que la BCE avait "raté une opportunité d'agir de manière plus convaincante".

Les gouverneurs de la BCE, qui étaient réunis jeudi en premier lieu pour décider de leur politique de taux d'intérêt, ont décidé sans surprise de laisser leur principal taux directeur à 1,5%.

Première publication : 04/08/2011

  • ZONE EURO

    Barroso plaide pour une augmentation du Fonds de soutien européen

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Rome et Madrid sous la pression des marchés

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le Sénat approuve l'accord sur la dette publique américaine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)