Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Ajax Amsterdam - PSG en direct

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

Moyen-orient

Ce clan Assad qui règne en maître absolu sur la Syrie

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/08/2011

Confronté à un vaste soulèvement populaire depuis le 15 mars, le président syrien Bachar al-Assad compte sur son clan familial pour sauver son régime. Gros plan sur une famille qui dirige le pays d’une main de fer depuis 1970.

Confronté à un soulèvement populaire sans précédent depuis le 15 mars et de plus en plus isolé sur la scène internationale, le président syrien Bachar al-Assad s’est replié sur son clan familial pour sauver le régime. Issue de la communauté minoritaire alaouite (12 % de la population syrienne), cette dynastie familiale, qui règne sur la Syrie depuis 1970, n’est pas prête d'abandonner le pouvoir que lui a légué Hafez al-Assad, en 2000. Gros plan sur un clan qui dirige la Syrie d’une main de fer.

  • Maher al-Assad, le militaire
    Maher al-Assad (AFP).
Né en 1968, le jeune frère du président syrien est à la tête de la Garde républicaine, une troupe d'élite composée de 12 000 hommes, et de la 4e Division blindée de l’armée. Deux fonctions-clés qui lui permettent de peser tant sur la politique intérieure que sur les relations internationales du pays (notamment dans le cadre de l'alliance avec l’Iran). Pour Bassam Jaara, journaliste et opposant syrien basé à Londres cité par l’agence AP, le frère du président est effectivement très influent :"Maher est le commandant des deux unités les plus puissantes de l'armée. Il est naturel qu'il ait le dernier mot."
 
Incarnation de l’aile dure du régime - par opposition à son aîné qui passait jusqu’à présent pour un réformateur -, Maher représente "la face impitoyable du pouvoir", dixit Ignace Leverrier, ex-diplomate et auteur d’un blog consacré à la Syrie sur le site du quotidien Le Monde. Il chapeaute en outre ses cousins Mundher et Fawaz - qui dirigent les Shabiha, une milice quasi exclusivement composée d’alaouites chargés de protéger les intérêts du clan. 
 
L’Union européenne a d'ailleurs pris des sanctions contre lui en 2011, n’hésitant pas à le désigner comme "le principal maître d'oeuvre de la répression contre les manifestants". Ces derniers le visent d’ailleurs souvent dans leurs slogans. Il est décrit comme "colérique, lunatique et cruel" dans plusieurs biographies. Ainsi, en novembre 1999, il aurait blessé par balle son beau-frère Assef Chawkat à la suite d’une dispute en plein palais présidentiel.
 
Par ailleurs, son nom est cité en tant que suspect dans un rapport préliminaire de l’enquête internationale sur l’assassinat de l’ex-Premier ministre libanais Rafic Hariri.
  • Anisa et Bouchra al-Assad, les femmes du clan
    Anisa al-Assad (AFP)
Veuve d'Hafez et mère de Bachar, Anisa Makhlouf est très discrète mais joue le rôle d’arbitre familial. “Les décisions sont prises collégialement dans le premier cercle familial, (…). Mais c’est Anisa qui a le dernier mot”, explique Wael al-Hafez, opposant syrien cité par "Les Martiennes", un blog géré par deux journalistes.
 
Fille unique de la famille, Bouchra al-Assad est née en 1960. Pharmacienne de formation, elle est considérée, à l’instar de son frère Maher, comme l’un des faucons du régime. Mariée à Assef Chawkat (voir ci-dessous), un époux qu’elle a imposé à sa famille, elle use de l’influence de ce dernier pour peser sur les décisions politiques.
Bouchra al-Assad (AFP).
Selon Mohamad Daoud, ex-diplomate syrien, elle entretiendrait des relations tendues avec la femme de Bachar al-Assad, Asma. "Bouchra a longtemps empêché Asma d’utiliser le titre de “Première Dame”, au nom du respect dû à sa mère, Anisa."
  • Asma al-Assad, la caution réformatrice
Née en Grande-Bretagne en 1975 et issue d’une famille sunnite de Homs, Asma al-Akhrass a épousé l’actuel chef de l'’État en 2000. Elle lui a donné trois fils : Hafez, Zein et Karim. Diplômée en informatique et en littérature française du King’s College de Londres, elle a longtemps travaillé dans le secteur bancaire avant de se marier.
Asma al-Assad (AFP).
 
Médiatique et très impliquée dans l'humanitaire, elle a aidé le président à se construire une image de réformateur modéré. Selon une rumeur relayée par plusieurs médias arabes, elle serait aujourd’hui réfugiée avec ses trois enfants à Londres.
  • Rami Makhlouf, le banquier
Cousin maternel de Bachar, cet alaouite né en 1965 profite des avantages liés à son appartenance au clan pour contrôler 60 % des activités économiques du pays. Selon l’hebdomadaire Jeune Afrique, son empire industriel s’étend "du secteur des télécommunications au commerce de détail, en passant par les hydrocarbures, la banque et le transport aérien". Surnommé "le roi de la Syrie", ce proche de Maher est considéré comme l’homme d’affaires le plus riche du pays. Déjà sous le coup de sanctions prononcées par le Trésor américain depuis 2008, il fait aussi l'objet de mesures prises en mai dernier par l’Union européenne contre plusieurs dignitaires syriens. Bruxelles l’accuse notamment de "financer le régime" et de permettre ainsi "la répression".
 
Honni par les manifestants qui l'accusent de corruption, il avait annoncé à la mi-juin vouloir verser une partie de sa fortune à des oeuvres caritatives. Son frère Hafez Makhlouf, 36 ans, occupe lui le poste de chef des Services de sécurité à Damas.
  • Assef Chawkat, le beau-frère
    Assef Chawkat (AFP).
Ce général alaouite de 51 ans est l’époux de Bouchra al-Assad, sœur aînée du président syrien, depuis 1995. D'abord rejeté par le clan à l’époque de son mariage, il finit par être accepté par sa belle famille grâce à sa femme. Dès lors, l’homme grimpe rapidement les échelons de la hiérarchie militaire. En charge du renseignement de l'Armée de terre jusqu’en 2001, il devient ensuite chef adjoint du Renseignement militaire jusqu’en 2005, date à laquelle il prend la tête de l'office, devenant du même coup l’un des hommes les plus puissants du régime. Mais en 2008, après le bombardement israélien d’un site syrien suspecté d’abriter un complexe nucléaire et l’assassinat à Damas d’Imad Moughnieh (chef militaire du Hezbollah libanais), il perd la gestion du Renseignement. Ce qui est alors perçu comme une disgrâce pour ce proche du président ne dure que quelque temps, puisqu’il est rapidement nommé chef d’état-major adjoint.
 
Son nom est également cité en tant que suspect dans un rapport émanant de l’enquête internationale sur l’assassinat de l’ex-Premier ministre libanais Rafic Hariri.

 

Première publication : 04/08/2011

  • NATIONS UNIES

    Le Conseil de sécurité de l'ONU condamne la répression en Syrie

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Le monde arabe reste de marbre face à la crise syrienne

    En savoir plus

  • MONDE ARABE

    Quelles répercussions pourrait avoir le ramadan sur le printemps arabe ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)