Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le gouvernement nippon limoge trois hauts responsables du nucléaire

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/08/2011

Près de cinq mois après la catastrophe nucléaire de Fukushima, le gouvernement japonais s'apprête à remercier trois hauts responsables de l'énergie nucléaire pour leur mauvaise gestion de la crise ayant suivi l'accident.

AFP - Le Japon va limoger trois hauts responsables du secteur de l'énergie en raison de leur gestion de la crise nucléaire de Fukushima et d'une série de scandales qui ont alimenté la méfiance du public à l'égard du nucléaire, a annoncé jeudi le gouvernement.

Lors d'une conférence de presse, Banri Kaieda, ministre de l'Economie, du Commerce et de l'Industrie, a indiqué qu'il allait procéder à un remaniement au sein de son ministère (le Meti), chargé du développement et de la régulation de l'industrie nucléaire.

Il a souligné qu'il voulait ainsi "donner une nouvelle vie" à son puissant ministère.

Le ministre a confirmé les informations publiées dans les médias évoquant le limogeage d'un haut fonctionnaire, avec rang de vice-ministre, du directeur général de l'Agence pour l'énergie et les ressources naturelles et du chef de l'Agence de sûreté nucléaire et industrielle.

"Nous avons discuté de ces changements depuis environ un mois", a dit M. Kaieda. Il a précisé que l'annonce officielle du départ des trois responsables interviendrait plus tard dans la journée.

Depuis l'accident survenu le 11 mars à la centrale Fukushima Daiichi, gravement endommagée par un séisme et un tsunami géants, le ministère a été au centre des critiques pour sa promotion de l'industrie nucléaire et ses tentatives de manipulation de l'opinion.

Les médias ont également évoqué la démission du ministre lui-même, dont les relations avec le Premier ministre Naoto Kan se sont détériorées au cours des derniers mois.

M. Kan, élu il y a plus d'un an, mais crédité aujourd'hui d'un taux de mécontentement record dans l'opinion, s'est prononcé récemment en faveur de l'abandon progressif de l'énergie nucléaire au Japon au profit des énergies renouvelables.

Il a critiqué les liens étroits unissant le Meti et le secteur de l'industrie énergétique, qui offre des postes confortables à de hauts fonctionnaires partant à la retraite.

L'accident de Fukushima, le plus grave depuis la catastrophe nucléaire de Tchernobyl en 1986, a développé un sentiment de méfiance de la population nippone à l'égard des centrales atomiques.

La colère de l'opinion s'est encore intensifiée après la révélation ces dernières semaines de tentatives de manipulation de la part de l'Agence de sûreté nucléaire et industrielle. Selon la presse, l'agence demandait aux compagnies d'électricité de mobiliser leurs employés pour poser des questions favorables à l'énergie nucléaire lors de forums ouverts au public.

L'agence, dont la mission est de superviser l'énergie nucléaire et non pas d'en faire sa promotion, a annoncé l'ouverture d'une enquête par une commission indépendante.

Le Premier ministre Kan a l'intention de détacher l'agence du Meti afin d'augmenter son indépendance et renforcer son efficacité.


 

Première publication : 04/08/2011

  • JAPON

    Le gouvernement bloque la vente de viande de bœuf en provenance de Fukushima

    En savoir plus

  • JAPON

    Tokyo, ville candidate aux Jeux Olympiques d'été de 2020

    En savoir plus

  • JAPON

    Tepco, l'exploitant de Fukushima, face à la colère de ses actionnaires

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)