Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

EUROPE

Le Kosovo et la Serbie parviennent à un accord temporaire sur le contrôle des frontières

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/08/2011

Le Kosovo est parvenu ce vendredi à un accord avec l'Alliance atlantique pour rétablir "un contrôle total sur ses frontières" avec la Serbie. Le 25 juillet dernier, Pristina avait tenté d'imposer son contrôle sur le nord du Kosovo.

AFP - Le Premier ministre kosovar, Hashim Thaçi, a annoncé vendredi un accord avec l'Otan concernant deux postes-frontières litigieux avec la Serbie, théâtre de tensions depuis près de deux semaines, un développement censé apaiser la situation dans le nord du Kosovo à majorité serbe.

"(Le gouvernement) est parvenu à un accord pour préserver la situation nouvellement créée à la frontière. Le Kosovo est finalement parvenu à établir un contrôle total sur ses frontières", a annoncé M. Thaçi, lors d'une session spéciale de son cabinet ouverte à la presse.

Le leader kosovar albanais a expliqué qu'aux termes de cet arrangement, les postes-frontières contestés seraient rebaptisés "zones de sécurité militaire" et contrôlés par les troupes de la force de l'Otan (Kfor).

Il a souligné que l'accord permettrait au Kosovo de maintenir un embargo commercial sur les importations de produits serbes, une décision qui avait justement provoqué les tensions.

Les autorités kosovares ont décrété cet embargo le 20 juillet, en rétorsion à la mesure similaire observée par la Serbie.

La Serbie avait pour sa part imposé un embargo visant les produits kosovars après la proclamation d'indépendance de Pristina en 2008, non reconnue par Belgrade qui continue à considérer le Kosovo comme l'une de ses provinces.

La crise avait éclaté le 25 juillet lorsque Pristina avait tenté de déployer des douaniers et des policiers relevant de son autorité sur les deux postes-frontières, de Jarinje et de Brnjak, afin de faire respecter l'embargo.

Mais par ce geste, Pristina entendait surtout imposer son contrôle sur le nord du Kosovo, ce qui n'est pas du tout le cas actuellement. Le secteur a une population majoritairement serbe qui ne veut dépendre que de Belgrade.

L'initiative des autorités kosovares a déclenché la colère des Serbes du nord du Kosovo, suscitant une très vive tension émaillée d'incidents violents: un policier kosovar a été tué et un des deux postes-frontières litigieux a été incendié par des manifestants cagoulés, de toute évidence serbes.

Les Serbes ont érigé des barrages, toujours en place vendredi, sur les routes menant vers les deux passages frontaliers.

"C'est un des plus grands succès depuis le jour de la proclamation d'indépendance de la République du Kosovo", s'est félicité M. Thaçi en commentant l'accord conclu.

Un responsable du gouvernement serbe a toutefois relativisé le "succès" du gouvernement kosovar.

"L'accord n'est pas idéal, nous avons négocié dans des mauvaises circonstances, mais notre réaction a empêché le Premier ministre kosovar, Hashim Thaçi, de mettre en oeuvre ses intentions", a déclaré le diplomate serbe Borislav Stefanovic, le négociateur en chef pour le dialogue entre Belgrade et Pristina, cité par l'agence serbe Tanjug.

Il a ajouté que l'accord assurait "la paix (...), une chance au compromis et à la stabilisation sur le terrain".

La Kfor était déjà parvenue mercredi à un accord avec des représentants serbes aux termes duquel la force de l'Otan maintiendra jusqu'à la mi-septembre au moins son contrôle sur les deux postes-frontières.

Le gouvernement kosovar avait dans un premier temps rejeté cet accord, mais M. Thaçi s'était montré jeudi plus accommodant, vraisemblablement après avoir subi les pressions de la communauté internationale.

Cet accord prévoit que les "véhicules et les camions allant jusqu'à 3,5 tonnes, ainsi que les camions avec des produits de type humanitaire, comme des produits alimentaires", pourront franchir la frontière entre la Serbie et le Kosovo par les deux postes-frontières, après avoir été contrôlés.

Cependant, Pristina et Belgrade devraient reprendre en septembre un dialogue sur la libre circulation des marchandises et autres questions en suspens, entamé en mars sous les auspices de l'Union européenne.
 

Première publication : 06/08/2011

  • SERBIE - KOSOVO

    La réconciliation serbo-kosovare se heurte à la question des frontières

    En savoir plus

  • SERBIE

    Belgrade et l'Otan déploient des renforts à la frontière kosovare

    En savoir plus

  • SERBIE

    La tension monte entre Belgrade et Pristina

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)