Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Collectif"

En savoir plus

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

  • En direct : le défilé du 14-Juillet sur les Champs Élysées

    En savoir plus

  • EN IMAGES : les meilleurs moments du Mondial

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien entaché de heurts

    En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • Scènes de liesse à Berlin, tristesse et violences à Buenos Aires

    En savoir plus

  • Les civils fuient leurs habitations dans le nord de la bande de Gaza

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

Economie

Les dirigeants européens tentent de rassurer les marchés

©

Vidéo par Noémie ROCHE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/08/2011

Les dirigeants européens se sont entretenus vendredi afin d'apaiser le climat d'incertitudes économiques qui règne sur la zone euro. Pour sa part, Silvio Berlusconi a promis une accélération des mesures d'austérité en Italie.

REUTERS - Pressé de toutes parts d'agir pour apaiser des marchés en pleine déroute, Silvio Berlusconi a promis vendredi d'accélérer la mise en oeuvre des mesures d'austérité et de réformes sociales, condition fixée par la Banque centrale européenne pour soutenir Rome.

La Banque centrale européenne est prête à racheter des obligations italiennes et espagnoles si le président du Conseil italien Silvio Berlusconi s'engage à mettre en place des réformes budgétaires précises, indiquent des sources proches du dossier.

Silvio Berlusconi, qui s'est exprimé devant la presse flanqué de son ministre de l'Economie Giulio Tremonti, a également promis l'instauration d'un principe d'équilibre budgétaire dans la Constitution.

Il a également indiqué avoir évoqué avec le président français Nicolas Sarkozy l'éventualité d'avancer la réunion des ministres des Finances du G7.

L'Italie a approuvé début juillet un plan d'économies de 48 milliards d'euros visant à éponger le déficit en 2014, mais ce dernier n'a pas convaincu les marchés, qui ont relevé que la plupart des mesures n'entreraient en vigueur qu'en 2013, après les prochaines élections législatives, et qu'elles n'aideront pas à stimuler la croissance.

Décrochage

Les dirigeants européens ont multiplié vendredi les contacts sous la pression des marchés qui réclament une action radicale pour enrayer la spirale de la crise de la dette.

Avec le décrochage des Bourses mondiales, une intervention rapide des autorités politiques apparaît nécessaire par ramener au calme une communauté financière déstabilisée par l'éventualité d'une rechute de l'économie américaine et par l'extension de la crise de la dette dans la zone euro.

Après deux semaines de baisse ininterrompue, les places de Paris, Rome, Madrid et Lisbonne sont retombées à leurs niveaux d'il y a plus de deux ans.

"Il y a une angoisse générale sur la capacité des dirigeants à gérer cette crise"

Jeudi, les investisseurs n'ont pas apprécié que la BCE n'ait pas acheté de papier espagnol et italien dans le cadre de la relance de son programme d'achats obligataires, se limitant à la dette d'Etat irlandaise et portugaise alors même que le rendement des titres espagnols et italiens dépassait 6%.

Après la Grèce, l'Irlande et le Portugal, les investisseurs craignent que ce soit maintenant au tour de l'Italie et de l'Espagne, troisième et quatrième économies de la zone euro, de
devoir solliciter un sauvetage.

La Chine et le Japon, les deux principaux créanciers étrangers des Etats-Unis, ont appelé à la coopération internationale, rejoints par l'Union européenne.

"La coordination politique internationale à travers le G7 et le G20 est d'une importance cruciale", a déclaré le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires Olli Rehn, qui a interrompu ses vacances pour rentrer à Bruxelles où il a tenu une conférence de presse.

Il a notamment annoncé que la Commission européenne présenterait après l'été un rapport sur l'idée d'obligations communes à la zone euro ("eurobonds") et les possibilités à long terme pour l'infrastructure de la zone euro.

Olli Rehn devait discuter de la situation également avec le Royaume-Uni, qui ne fait pas partie de la zone euro mais pâtit lourdement de la fébrilité des marchés.

Il devait s'entretenir avec le chancelier de l'Echiquier George Osborne et le gouverneur de la Banque d'Angleterre, selon une source du Trésor britannique.

Première publication : 05/08/2011

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Les places boursières européennes clôturent en forte baisse

    En savoir plus

  • MARCHÉS

    Dans le sillage des Bourses asiatiques, les places européennes dévissent

    En savoir plus

  • MARCHÉS

    Les Bourses mondiales dévissent sur fond de crise économique et budgétaire

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)